Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

États-Unis, Cuba: "Somos todos americanos"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

De plus en plus de réfugiés affluent au Niger

En savoir plus

DÉBAT

États-Unis - Cuba : un tournant historique

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Le dalaï-lama vante le "réalisme" du président chinois Xi Jinping

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Eau argentée" : la guerre en Syrie au cinéma

En savoir plus

FOCUS

Grands lacs : LRA, une guérilla affaiblie mais toujours menaçante

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Sanctions occidentales : "La Russie sortira renforcée", assure Lavrov

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

La Libye au cœur des discussions du Forum de Dakar

En savoir plus

SUR LE NET

Australie : la Toile solidaire de la commmunauté musulmane

En savoir plus

Moyen-orient

L'ex-président Moshe Katzav écope de sept ans de prison pour viols

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/03/2011

L'ex-chef de l'État israélien Moshe Katsav, reconnu coupable de deux viols à l'issue d'un procès qui a duré plus de quatre ans, a été condamné mardi à sept ans de prison ferme, affirment plusieurs médias israéliens.

AFP - L'ex-président israélien Moshé Katzav a été condamné mardi à 7 ans de prison ferme après avoir été reconnu coupable de deux viols et de harcèlement sexuel, une affaire sans précédent dans l'histoire de l'Etat d'Israël, selon les médias israéliens.

L'ex-chef de l'Etat, âgé de 65 ans, a en outre été condamné à deux ans de prison avec sursis et à une indemnité de 100.000 shekels (20.000 euros) en faveur de la principale femme victime, connue seulement sous le pseudonyme d'"Aleph".

Protestant à nouveau de son innocence, M. Katzav a crié "Ils se trompent, c'est un mensonge" et, pleurant, a enlacé ses fils aussitôt après l'annonce de la condamnation.

La peine a été prononcée à la majorité de deux des trois juges du tribunal de district de Tel-Aviv, présidé par le juge George Kara.

M. Katzav a décidé de faire appel, selon un de ses avocats, Tzion Amir, qui a qualifié la condamnation de "jour de deuil pour la société israélienne".

"Nous allons examiner le jugement et saisir en appel la Cour suprême dans les semaines à venir. L'opinion n'a qu'une vision partielle de la réalité de l'enquête", a plaidé Me Amir.

Le tribunal a octroyé à l'ancien président un sursis à exécution de 45 jours de la peine, demandé par ses avocats. Il doit commencer à la purger le 8 mai prochain, selon les médias.

M. Katzav avait été reconnu coupable le 30 décembre par le tribunal de district de Tel-Aviv de deux viols sur une de ses subordonnées à l'époque où il était ministre du Tourisme dans les années 1990.

Il a en outre été reconnu coupable de deux actes indécents, dont un avec usage de la force, et de harcèlement sexuel contre trois de ses employées au ministère du Tourisme puis à la présidence après son élection en 2000.

M. Katzav a d'autre part été reconnu coupable d'entrave à la Justice.

Il était passible d'un minimum de huit ans de prison pour ses crimes, et a obstinément clamé son innocence, se disant victime d'"un ignoble complot" et d'un "lynchage organisé".

Dans les attendus accompagnant la peine prononcée mardi, le tribunal a affirmé que "les activités publiques de Katzav ne peuvent pas être prises en compte pour réduire la gravité de ses crimes (...) Son passé d'homme public ne peut être retenu, et il n'y a pas lieu d'alléger la sentence".

"Une réduction de peine ne saurait être octroyée qu'à l'issue d'un processus" (de réhabilitation), selon le tribunal. "L'accusé n'est pas une victime, mais celui qui s'est rendu coupable d'attaques", indiquent encore les juges.

"Tout le monde est égal devant la loi et les juges. L'accusé est responsable de ses actes, comme n'importe qui. Le viol est un des crimes les plus graves, et la sanction doit être claire et nette. Vu les fonctions qu'il occupait, ce qu'il a commis est sans précédent et particulièrement grave", ont-ils souligné, en relevant que M. Katzav "a systématiquement perturbé le cours de la justice".

Tout au long de son procès de plus de quatre ans, M. Katzav, qui a été forcé de renoncer à ses fonctions présidentielles en 2007, a obstinément clamé son innocence, se disant victime d'"un ignoble complot" et d'un "lynchage organisé".

Première publication : 30/12/2010

COMMENTAIRE(S)