Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Moriarty, l'alchimie gagnante

En savoir plus

FOCUS

Iran - Oman : avec les contrebandiers du détroit d'Ormuz

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

François Hollande maintient le cap malgré la claque électorale

En savoir plus

DÉBAT

Départementales en France : la droite gagne, la gauche encaisse, le FN trébuche (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Départementales en France : la droite gagne, la gauche encaisse, le FN trébuche (partie 1)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Grèce : Tsipras veut "un compromis honnête" avec les créanciers

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Jackson Pollock et le Moyen-Orient "

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Départementales : un humour déplacé ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Quelle gauche ?"

En savoir plus

Amériques

L'ambassadeur du Venezuela persona non grata à Washington

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/12/2010

Après le refus de Caracas d'accepter la nomination de Larry Palmer au poste d'ambassadeur américain au Venezuela, Washington a révoqué le visa de Bernardo Alvarez Herrera (photo), le représentant de l'État sud-américain aux États-Unis.

REUTERS - Les Etats-Unis ont révoqué le visa de l'ambassadeur du Venezuela à Washington, Bernardo Alvarez Herrera, a annoncé mercredi le département d'Etat américain.

Cette annonce survient après le refus des autorités vénézuéliennes d'accepter la nomination de Larry Palmer au poste d'ambassadeur américain à Caracas.

"Nous avions prévenu qu'il y aurait des conséquences quand le gouvernement vénézuélien a rejeté un accord concernant Larry Palmer. Nous avons pris des mesures adaptées, proportionnées et réciproques", a indiqué le porte-parole du département d'Etat, Mark Toner, dans un courriel envoyé à la presse.

Palmer a provoqué la fureur de Caracas en déclarant à un sénateur américain que le moral était bas dans les rangs de l'armée vénézuélienne et en assurant qu'il existait des liens évidents entre les membres du gouvernement et les rebelles colombiens des Farc (Forces armées révolutionnaires de Colombie).

Chavez appelle au respect

Cité par un média vénézuélien, le vice-ministre vénézuélien des Affaires étrangères, Temir Porras, a confirmé la révocation du visa d'Herrera.

Eva Golinger, avocate vénézuélienne et américaine, proche de Chavez et porte-parole officieuse du gouvernement, a également confirmé l'information.

"Les Etats-Unis ont révoqué le visa de l'ambassadeur vénézuélien à Washington pour se venger de la décision concernant Larry Palmer", a indiqué Golinger, dont les propos ont été rapportés par la presse.

Dans un discours prononcé mardi, le président vénézuélien, Hugo Chavez, a réitéré son opposition à la nomination de Palmer.

"Nous avons refusé la nomination de cet ambassadeur et maintenant le gouvernement américain nous menace de représailles", a-t-il déclaré.

"Et bien, ils font ce qu'ils veulent mais cet homme ne viendra pas ici en tant qu'ambassadeur. Toute personne qui vient ici pour occuper un poste d'ambassadeur doit faire preuve de respect. Ce pays doit être respecté."

Dès août dernier, Chavez avait averti que Palmer ne serait pas autorisé à venir prendre ses fonctions.

Membre de l'Opec (Organisation des pays exportateurs de pétrole), le Venezuela est le cinquième fournisseur de pétrole des Etats-Unis avec 1,2 million de barils exportés par jour.

"C'est politique comme toujours entre ces deux pays mais je pense pas qu'il y aura une crise du pétrole. Ils ont tous les deux besoin que les exportations se poursuivent", a estimé un diplomate à Caracas.
 

Première publication : 30/12/2010

  • VENEZUELA

    Le Parlement permet à Hugo Chavez de gouverner par décret pour 18 mois

    En savoir plus

  • VENEZUELA

    Chavez et Medvedev concluent un accord sur le nucléaire

    En savoir plus

  • LÉGISLATIVES VÉNÉZUÉLIENNES

    Malgré une percée de l'opposition, le parti de Chavez garde le pouvoir au Parlement

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)