Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : les négociations de paix au point mort

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : espoir de paix à Brazzaville

En savoir plus

FOCUS

Sénégal : risque de famine en Casamance

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Maestro", intello mais pas trop !

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Gaza : les enfants, victimes du conflit

En savoir plus

DÉBAT

Israël – Gaza : la guerre s’importe–t-elle en France ?

En savoir plus

DÉBAT

Israël – Gaza : l’offensive se durcit, le bilan s’alourdit

En savoir plus

DÉBAT

Ukraine - Russie : les "Mistral" plus forts que les sanctions ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Apple mise sur la Chine

En savoir plus

  • En direct : à Paris, une manifestation pro-palestinienne sous haute surveillance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

  • Tour de France : "Depuis le temps qu'un Italien n'a pas gagné!"

    En savoir plus

  • "Le conflit israélo-palestinien est importé en France depuis longtemps"

    En savoir plus

  • Bagdad accusé d'utiliser des "barrel bombs" contre sa population

    En savoir plus

  • Ukraine : deux avions de chasse de l'armée abattus dans l’est du pays

    En savoir plus

  • Reportage : l'armée israélienne essuie de lourdes pertes à Gaza

    En savoir plus

  • Au Nigeria, la ville de Kaduna secouée par deux explosions meurtrières

    En savoir plus

  • MH17 : les premières dépouilles des victimes sont arrivées aux Pays-Bas

    En savoir plus

  • Une ville chinoise placée en quarantaine après un cas de peste bubonique

    En savoir plus

  • Manifester, une liberté qui reste "la règle"... mais sous haute surveillance

    En savoir plus

  • Au moins 45 morts lors d'un atterrissage d'urgence à Taïwan

    En savoir plus

  • Ryanair contraint de rembourser à la France 9,6 millions d’euros d’aides publiques

    En savoir plus

  • Immigration et droit d'asile : les projets de réforme du gouvernement

    En savoir plus

  • Après le gel des vols vers Tel Aviv, Israël dénonce une mesure "injustifiée"

    En savoir plus

  • Vente du Mistral à la Russie : Fabius invite Cameron à balayer devant sa porte

    En savoir plus

  • Infographie : l'ultime voyage controversé du Costa Concordia

    En savoir plus

EUROPE

L'Estonie passe de la couronne à l'euro au 1er janvier

Vidéo par Damien McGUINNESS , Markus MEYER , Ludovic de Foucaud

Texte par Dépêche

Dernière modification : 31/12/2010

Vendredi à minuit, l'Estonie adopte la monnaie européenne, remplaçant la couronne introduite en 1992 après le rouble soviétique. L'État balte, et ses 1,3 million d'habitants, devient ainsi le dix-septième membre de la zone euro.

AFP - L'Estonie adopte le 1er janvier la monnaie européenne, un décision appréhendée par la population alors que le gouvernement la présente comme avantageuse pour l'économie du pays, malgré la mauvaise passe que traverse l'euro.

Vendredi à minuit, 1,3 million d'Estoniens diront adieu à leur couronne, introduite en 1992 pour remplacer le rouble soviétique. Le pays balte deviendra alors le 17e membre de la zone euro et le 3e ancien pays communiste à adopter l'euro, après la Slovénie en 2007 et la Slovaquie en 2009.

"Avec l'entrée de l'Estonie dans la zone euro, plus de 330 millions d'Européens utilisent désormais les billets et pièces en euros. Ceci reflète bien l'attrait et la stabilité de l'euro pour les États membres de l'Union européenne", a déclaré le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, dans un communiqué diffusé vendredi à Bruxelles.

La plupart des sondages indiquent que 50% des Estoniens sont favorables à ce changement, contre 40% qui y seraient opposés.

Des affiches contre l'euro, préparées par un petit mouvement indépendant "Sauver la Couronne", étaient visibles vendredi dans le centre de Tallinn.

"Estonie! Bienvenue sur le Titanic", proclamaient ces affiches, collées sur des poubelles de la capitale, pour comparer la zone euro, dont certains membres tels que la Grèce, l'Irlande, le Portugal et l'Espagne sont en difficulté, au paquebot naufragé.

De nombreux Estoniens craignent des hausses des prix, s'inquiètent des difficultés que connaît l'euro, d'autres regrettent leur monnaie, née un an après le divorce avec l'URSS.

Debout, près de son étal du marché de la très pittoresque Tallinn, Anna Bajluk, la quarantaine, se rappelle les émotions qui ont accompagné l'adoption de la couronne. "J'ai compris ce que signifiait pour l'Estonie le passage à sa propre monnaie", déclare-t-elle à l'AFP.

"Je ne vois pas ce que l'euro pourrait apporter de bon, et puis cela m'inquiète que les problèmes de la zone euro puissent nuire à l'économie de l'Estonie", dit-elle.

Le gouvernement estonien de centre-droit souligne que le passage à l'euro est un signal important pour les investisseurs.

Surnommée "tigre de la Baltique" pour sa transition rapide d'une économie centralisée à celle du marché dans les années 1990, ainsi que pour sa croissance fulgurante, l'Estonie, devenue membre de l'UE et de l'Otan en 2004, a déjà tenté en 2007 d'adopter l'euro mais elle a raté son objectif à cause d'une inflation trop élevée.

Le pays a ensuite été touché de plein fouet par la crise mondiale.

Pour respecter les critères de Maastricht, le gouvernement a lancé des mesures d'austerité.

"L"Estonie passe à l'euro grâce à sa politique budgétaire rigoureuse", a déclaré à l'AFP le Premier ministre estonien Andrus Ansip, soulignant sa volonté de poursuivre les réformes.

A minuit pile, M. Ansip doit marquer le passage à la monnaie européenne en retirant un billet de cinq euros d'un distributeur automatique, spécialement installé pour l'occasion à l'Opéra national de Tallinn, a indiqué à l'AFP la porte-parole du gouvernement Liina Kersna.

Des centaines de distributeurs de billets étaient fermés vendredi à travers le pays pour être approvisionnés en euros. Ils fonctionneront à nouveau à minuit.

La couronne restera en circulation parallèlement à l'euro jusqu'à la mi-janvier. Elle pourra être échangée dans certaines banques jusqu'à la fin 2011, et sur une période illimitée à la Banque centrale d'Estonie.

Première publication : 31/12/2010

COMMENTAIRE(S)