Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Mali - pourparlers à Alger : peut-on croire à la paix ?

En savoir plus

DÉBAT

Ukraine : la Russie en guerre contre l'Europe ?

En savoir plus

FOCUS

Les géants américains du tabac à l'assaut de la cigarette électronique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ben l'Oncle Soul toujours en plein rêve pour son deuxième album

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le trio CAB, un voyage musical entre Afrique, Brésil et Caraïbes

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Quand Manuel Valls tente de faire disparaître ses tweets

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

  • Hong Kong en rébellion contre l’emprise de Pékin

    En savoir plus

  • Vidéo : une rentrée des classes pas comme les autres en Ukraine

    En savoir plus

  • L'ONU envoie une mission pour enquêter sur les crimes de l'EI en Irak

    En savoir plus

  • Vers un nouveau coup d'État militaire au Pakistan ?

    En savoir plus

  • Cisjordanie : les États-Unis exhortent Israël à renoncer aux expropriations

    En savoir plus

  • Face à l'avancée de l'EI en Irak, la peur gagne l'Iran

    En savoir plus

  • Et si la France vendait la Joconde pour éponger ses dettes ?

    En savoir plus

  • Webdoc : "Le Grand incendie" primé à Visa pour l'image

    En savoir plus

  • Le pape organise un "match pour la paix" avec des stars du foot

    En savoir plus

  • Le Premier ministre de retour au Lesotho après un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Un immeuble s'effondre en banlieue parisienne, huit morts

    En savoir plus

  • République centrafricaine : les ravages de la haine

    En savoir plus

  • Embargo russe : les producteurs français redoutent la concurrence polonaise

    En savoir plus

  • Importante victoire de l’armée irakienne face aux jihadistes de l’EI

    En savoir plus

EUROPE

Lula repousse de quelques heures sa décision sur l'extradition de Battisti

Texte par Dépêche

Dernière modification : 31/12/2010

Le président brésilien doit rencontrer le procureur général de la République Luis Inacio Lucena avant de rendre publique sa décision. Battisti est réclamée avec force par l'Italie où il a été condamné à la perpétuité.

AFP - Le président Luiz Inacio Lula da Silva a repoussé à vendredi, à quelques heures de quitter le pouvoir, sa décision très attendue sur l'extradition de Cesare Battisti, alors que l'Italie a prévenu qu'elle jugerait "inacceptable" un refus du Brésil de lui remettre l'ex-activiste d'extrême gauche.

Le report de la décision de Lula a été confirmée à l'AFP par des sources à la présidence.

Le chef de l'Etat rencontrera vendredi matin le procureur général de la République Luis Inacio Lucena. Ce dernier a remis jeudi un rapport au président brésilien, à sa demande, pour lui permettre de fonder juridiquement sa décision, a indiqué à l'AFP une source du ministère public.

L'extradition de Battisti est réclamée avec force par l'Italie où il a été condamné par contumace en 1993 à la réclusion à perpétuité pour quatre meurtres et complicité de meurtres commis en 1978 et 1979, crimes dont il se dit innocent.

Battisti, 56 ans, attendait jeudi dans une prison des environs de Brasilia la décision du chef de l'Etat brésilien qui devrait s'opposer à son extradition, selon la presse.

Le gouvernement italien a déjà vivement réagi à la perspective d'une libération de l'ancien activiste, déclarant dans un communiqué "qu'il considère absolument incompréhensible et inacceptable" un refus d'extrader Battisti.

Les plus hauts magistrats brésiliens ont remis en question, en novembre 2009, l'octroi de l'asile accordé à Battisti par le gouvernement brésilien et donné leur feu vert à l'extradition de l'italien, jugeant que ses crimes n'étaient pas de nature politique.

Ils avaient néanmoins laissé le président Lula décider en dernier ressort, et avaient précisé ultérieurement que sa décision devrait respecter le traité d'extradition liant le Brésil et l'Italie.

Sans attendre, le gouvernement italien et la presse avaient déjà vivement réagi dans la matinée. Le ministère des Affaires étrangères a averti que l'Italie envisagera "toutes les mesures nécessaires pour obtenir le respect du traité bilatéral d'extradition" avec le Brésil.

Plus offensif, le ministre de la Défense Ignazio La Russa s'est déclaré prêt à "soutenir des initiatives de boycottage" du Brésil si ce pays n'extradait pas Cesare Battisti.

Le président Lula a minimisé les réactions attendues de l'Italie. "Le Brésil est souverain, nous ne craignons pas des représailles italiennes", a-t-il dit mercredi à la presse, ajoutant que "chaque pays fait ce qu'il doit faire, et nous avons toujours respecté la décision souveraine d'un autre pays".

Battisti a été arrêté dans son pays en 1979, quand il militait dans le groupuscule des "Prolétaires armés pour le communisme" (PAC). Condamné à douze ans de prison, il s'évade en 1981.

Après un passage par le Mexique, il a trouvé refuge en France de 1990 à 2004, bénéficiant de la protection de l'ancien président socialiste François Mitterrand, et publié une dizaine de romans noirs.

Mais, en 2004, le gouvernement de Jacques Chirac change de politique et décide d'extrader Battisti vers l'Italie.

Ce dernier s'enfuit alors au Brésil sous une fausse identité. En 2007, il est arrêté à Rio de Janeiro où il vivait depuis trois ans et est incarcéré près de Brasilia.

Dans sa prison, Battisti a écrit son dernier livre, "Etre un Bambou", une autobiographie romancée publiée par une maison d'édition brésilienne).

 

Première publication : 31/12/2010

  • BRÉSIL

    La Cour suprême vote l'extradition de Battisti vers l'Italie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)