Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Transition floue au Burkina Faso

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burkina Faso: Compaoré victime de son entêtement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Drame de Sivens : retour sur l'affaire Rémi Fraisse

En savoir plus

TECH 24

La high tech peut-elle venir à bout du virus Ebola ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Les tests de résistance des banques sont-ils fiables ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'amendement "dividendes" qui fâche les PME

En savoir plus

#ActuElles

Au Pakistan, des femmes se mettent aux "métiers d’hommes"

En savoir plus

REPORTERS

États-Unis – Mexique : la frontière de tous les dangers

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des Arts du couturier Elie Saab

En savoir plus

Afrique

Une manifestation de l'opposition togolaise dispersée à Lomé

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/03/2011

À l'appel de l'opposition, plusieurs centaines de personnes ont manifesté dans les rues de Lomé pour demander le retrait d'un projet de loi réglementant les manifestations. La gendarmerie a fait usage de gaz lacrymogènes pour disperser la foule.

AFP - La gendarmerie a dispersé jeudi à Lome à coups de gaz lacrymogènes une manifestation de l'opposition togolaise contre un projet de loi qui restreindrait le droit à manifester, a rapporté un correspondant de l'AFP.

Les forces de l'ordre ont tiré des gaz lacrymogènes contre plusieurs centaines d'opposants rassemblés dans le centre de la capitale.

Les manifestants se sont dispersés, mais certains ont construit des barricades et incendié des pneus dans la rue.

L’Alliance nationale pour le changement (ANC), un des principaux partis d’opposition du Togo, avait critiqué la semaine dernière le projet de loi réglementant les manifestations sur la voie publique.

Le Front républicain pour l’alternance et le changement (FRAC), une coalition de partis d’opposition dont l’ANC, manifeste chaque samedi à Lomé pour protester contre la réélection de Faure Gnassingbé l'an dernier.

L’ANC de Jean-Pierre Fabre demande le retrait "pur et simple" de ce projet et avait appelé la population à se "mobiliser massivement pour faire échec à la volonté du gouvernement de recourir à des lois scélérates pour consolider la dictature en supprimant tous les espaces de liberté conquis de haute lutte par le peuple togolais au cours des deux dernières décennies".

Le texte, adopté le 2 mars par le gouvernement, fixe les conditions d’exercice de la liberté de réunion et de manifestation sur la voie publique ou dans les lieux publics.

Selon le ministre de l’Administration et porte-parole du gouvernement, Pascal Bodjona, ce texte a été élaboré d'un "commun accord" avec des représentants des partis politiques et de la société civile, à la suite d’une journée de réflexion sur "le cadre juridique relatif à l’exercice du droit de réunions et de manifestations pacifiques au Togo".

"Ce projet de loi n’est pas élaboré en prévision des mouvements observés dans le Maghreb comme le pensent certains, il n’est pas rédigé contre l’ANC qui manifeste tous les week-end. Ce texte passera à l'Assemblée nationale où les députés peuvent faire des propositions pour l'améliorer", avait souligné le ministre.

 

Première publication : 17/03/2011

  • TOGO

    L’implosion programmée de l’opposition risque de fragiliser la démocratie

    En savoir plus

  • TOGO

    L'officier français qui avait menacé un journaliste togolais écope de dix jours d'arrêts

    En savoir plus

  • TOGO

    L'opposition togolaise menacée d'implosion

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)