Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

France - migrants illégaux : l'impasse calaisienne

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : l'Iran réaffirme son soutien à l'Irak : à quel prix ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Entretien exclusif avec José Manuel Barroso, président de la Commission européenne

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Magic in the moonlight" : la magie opère dans le dernier Woody Allen

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Total, premier groupe pétrolier en Afrique, a perdu son PDG Christophe de Margerie

En savoir plus

FACE À FACE

Martine Aubry, la gauche et ses frondeurs

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Ces étrangers qui partent combattre avec les Kurdes en Irak et en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

La sentence de Pistorius est-elle "satisfaisante" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Prisonnier Pistorius"

En savoir plus

Moyen-orient

Une Palestinienne meurt étouffée par des gaz lacrymogènes israéliens

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/01/2011

Jawaher Abou Rahmah, 36 ans, est décédée dans la nuit de vendredi à samedi à Ramallah. Son décès serait dû à une inhalation importante de gaz lacrymogènes alors qu'elle participait à une manifestation contre la barrière de séparation israélienne.

AFP - Une Palestinienne est morte après avoir avoir inhalé des gaz lacrymogènes lors d'une manifestation contre la barrière de séparation israélienne, selon des sources hospitalières, un décès qualifié de "crime de guerre" par l'Autorité palestinienne.


Jawaher Abou Rahmah, 36 ans, est décédée dans la nuit de vendredi à samedi à l'hôpital de Ramallah (Cisjordanie) après avoir perdu connaissance durant la manifestation, ont précisé les sources. Elle était dans un état critique depuis vendredi après-midi.

L'armée israélienne a déclaré dans un communiqué qu'une "enquête avait été ouverte pour déterminer les causes exactes de cette mort" affirmant avoir "en vain contacté l'Autorité palestinienne pour obtenir un rapport médical de l'hôpital" sur le décès.

"Nous condamnons ce crime abominable commis par l'armée de l'occupation israélienne à Bilin contre les participants à une manifestation pacifique", a déclaré à l'AFP Saëb Erakat, le négociateur en chef palestinien.

"Il entre dans le cadre des crimes de guerre que commet Israël contre notre peuple", a-t-il dénoncé.

Vendredi, l'armée israélienne avait annoncé avoir eu recours à "des moyens de dispersion de manifestations" contre quelque 250 manifestants qui jetaient des pierres sur des soldats à Bilin, en Cisjordanie occupée. L'armée n'avait pas évoqué de blessé.

Selon les organisateurs de la manifestation, un autre manifestant a dû être hospitalisé à Ramallah après avoir été touché au visage par une canette de gaz lacrymogène tirée par les soldats.

La jeune femme tuée, enveloppée d'un drapeau palestinien, a été inhumée en début d'après-midi samedi à Bilin, en présence de 3.000 personnes.

Un de ses frères, Bassem Abou Rahmah, était mort après avoir été touché à la tête par un tir direct de grenade lacrymogène lors d'une manifestation similaire au même endroit le 17 avril 2009.

Un autre frère, Ashraf, avait été visé par un soldat israélien et reçu dans la jambe une balle caoutchoutée, alors qu'il était ligoté, les yeux bandés, après une manifestation contre le mur dans le village voisin de Nilin en 2008.

La vidéo de la scène, filmée par des militants pro-palestiniens, avait fait scandale: un officier et un soldat furent condamnés pour "conduite indigne" deux ans plus tard.

Bilin et Nilin sont le théâtre de manifestations hebdomadaires, qui réunissent Palestiniens et militants israéliens et internationaux, contre la barrière de séparation, toute proche, érigée par Israël.

Plusieurs Palestiniens ont péri lors de ces rassemblements.

Vendredi, le Premier ministre palestinien, Salem Fayyad, s'était déplacé pour participer à la dernière manifestation hebdomadaire de 2010. Des heurts avec les soldats israéliens avaient éclaté à l'issue du rassemblement de plusieurs centaines de personnes, selon des témoins.

Un photographe de l'AFP avait vu quatre Palestiniens légèrement blessés dans ces incidents.

En février, le ministère israélien de la Défense avait annoncé avoir entamé des travaux en vue de modifier le tracé controversé de la barrière près de Bilin, pour se conformer à une décision de la Cour suprême israélienne jugeant qu'elle empiétait trop sur des terrains privés appartenant à des Palestiniens.

Le ministère avait indiqué que les travaux dureraient probablement jusqu'à la fin 2010.

Présentée par Israël comme une "clôture antiterroriste", la barrière est qualifiée de "mur de l'apartheid" par les Palestiniens. Aujourd'hui longue de 413 km, elle empiète sur la Cisjordanie et rend extrêmement problématique la création d'un Etat palestinien viable.

Dans un avis de 2004, la Cour internationale de justice a jugé cette barrière illégale et exigé son démantèlement, tout comme l'a fait ensuite l'Assemblée générale de l'ONU. Israël n'a pas tenu compte de ces demandes.

 

Première publication : 01/01/2011

  • PROCHE-ORIENT

    La tension monte à nouveau dans la bande de Gaza

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    L’Union européenne réaffirme le droit des Palestiniens à un État souverain

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Clinton réaffirme l'engagement des États-Unis dans le dossier israélo-palestinien

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)