Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Quelle diplomatie économique pour la France ? Avec Hubert Védrine et Pascal Lamy

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : cohue meurtrière lors d'un concert à Conakry

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crash du vol AH5017 : Hommage à 2 cinéastes disparus

En savoir plus

FOCUS

Birmanie : la transition démocratique piétine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'Argentine poussée vers le défaut de paiement

En savoir plus

SUR LE NET

Chine : de faux profils Twitter démasqués

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les cachotteries de Poutine et Merkel"

En savoir plus

  • Un rassemblement pro-israélien organisé à Paris

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Gaza : un responsable de l'ONU fond en larmes en direct

    En savoir plus

  • Royaume-Uni : HSBC ferme les comptes de plusieurs clients musulmans

    En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

  • Ebola : état d'urgence au Sierra Leone, l'inquiétude grandit dans le monde

    En savoir plus

  • La dissolution de la Ligue de défense juive à l’étude

    En savoir plus

  • Israël mobilise de nouveaux réservistes et obtient des munitions américaines

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Karim Wade, le fils de l'ex-président, jugé à Dakar pour "enrichissement illicite"

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

  • BNP Paribas subit une perte record après l'amende américaine

    En savoir plus

  • Glissement de terrain meurtrier dans l'ouest de l'Inde

    En savoir plus

  • "Accuser la Serbie du déclenchement de la guerre est absurde"

    En savoir plus

FRANCE

Les Taliban accusent les otages d'espionnage

Vidéo par Sandrina GOMES

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/01/2011

Les ravisseurs des journalistes français Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier, retenus depuis plus d'un an en Afghanistan, estiment que ceux-ci sont des espions. Des accusation "absurdes", retorque Paris.

AFP - Les talibans ont accusé samedi pour la première fois d'espionnage les deux journalistes français retenus depuis un an en Afghanistan et affirment que la France ignore leurs exigences pour la libération des otages, suscitant des démentis catégoriques de Paris.

Un porte-parole des talibans, Zabihullah Mujahid, joint par l'AFP à Kandahar (sud de l'Afghanistan), a affirmé que les journalistes de la chaîne France 3 Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier avaient été capturés parce qu'ils "collectaient du renseignement" dans une zone contrôlée par les talibans.

"Les informations qu'ils collectaient n'étaient pas des informations dont un journaliste a besoin. Les informations qu'ils récoltaient étaient plus dans l'intérêt d'agences d'espionnage", a-t-il déclaré.

"Ils ont été "arrêtés" pour deux raisons: premièrement, ils ne nous ont pas contactés (...) et s'étaient rendus dans la zone sans notre permission. Deuxièmement, il étaient en train de récolter des informations qui tenaient du renseignement", a-t-il poursuivi.

Le ministère français des Affaires étrangères a "catégoriquement" démenti "l'accusation d'espionnage absurde" portée par "un soi-disant porte-parole taliban", soulignant dans un communiqué que les deux hommes avaient été enlevés "dans l'exercice de leur profession".

De son côté, France Télévisions a rejeté "avec la plus grande vigueur" ces accusations "infondées et ridicules".

"Au moment de leur enlèvement, ils (les journalistes) recueillaient des témoignages de civils afghans en vue de compléter leur tournage et ne cherchaient pas à entrer en contact avec les talibans", ajoute le groupe public de télévision dans un communiqué.

Le porte-parole taliban Zabihullah Mujahid a également dénoncé la responsabilité des autorités françaises dans la durée de la détention des deux otages. "Nous avons présenté nos conditions et nos exigences il y a déjà un an au gouvernement français en échange de la libération des otages français", a-t-il dit. "Ce sont des exigences très simples et très faciles à remplir, mais malheureusement ils n'ont pas prêté beaucoup d'attention à nos conditions", a-t-il poursuivi, refusant de révéler ces revendications.

Si les autorités françaises "avaient accepté nos conditions, ils (les otages) auraient déjà été libérés", a assuré ce porte-parole.

Les discussions se poursuivent

De Paris, le comité de soutien aux deux journalistes a jugé "intolérables" les accusations d'espionnage, mais s'est toutefois demandé si la France "négociait vraiment avec les talibans" et s'il y avait "une réelle volonté politique ici en France" au vu des nouvelles accusations des talibans.

"Depuis un an, les discussions se poursuivent sans relâche pour permettre à nos compatriotes de retrouver leurs familles sains et saufs", a assuré de son côté le Quai d'Orsay.

La veille, le président Nicolas Sarkozy avait affirmé que la France continuerait à se mobiliser "jusqu'au jour de la libération" de tous ses otages à l'étranger, lors de la présentation des ses voeux aux Français.

Les deux journalistes français et leurs trois accompagnateurs afghans ont été enlevés le 30 décembre 2009 à une soixantaine de km à l'est de Kaboul, dans la province instable et montagneuse de la Kapisa.

Une partie des troupes françaises de la force de l'Otan (Isaf) est stationnée dans cette zone, une présence qui donne à leur enlèvement par un groupe taliban local une portée politique et complique les négociations.

Dans une vidéo transmise en avril, les talibans avaient menacé de tuer les journalistes et leurs accompagnateurs si Paris n'obtenait pas, notamment de Kaboul et de Washington, la libération de prisonniers en échange de leur remise en liberté.

Le 28 décembre, une nouvelle vidéo, qui daterait de la mi-novembre, montrant les journalistes "très amaigris" mais avec "bon moral" a été diffusée à leurs proches au Quai d'Orsay, selon le père de Stéphane Taponier.

Le 29 décembre, de très nombreuses manifestations de soutien et de solidarité ont été organisés en France pour marquer les un an de captivité des otages.
 

Première publication : 01/01/2011

  • FRANCE

    "On veut du concret" pour la libération des otages en Afghanistan

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Stéphane Taponier et Hervé Ghesquière otages depuis un an

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    80 000 signatures pour la libération des journalistes français retenus en otage

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)