Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

EUROPE

La Grèce s'apprête à ériger une clôture à sa frontière avec la Turquie

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/01/2011

Le ministre grec de l'Immigration, Christos Papoutsis, a annoncé samedi que son pays se prépare à ériger une clôture à sa frontière terrestre avec la Turquie - longue de 150 km -, point d'entrée principal des sans-papiers dans l'UE.

AFP - La Grèce se prépare à clôturer sa frontière terrestre avec la Turquie, principale porte d'entrée de l'immigration irrégulière en Europe, a annoncé samedi le ministre grec chargé de l'Immigration, Christos Papoutsis.

"La société grecque a dépassé ses limites en matière de capacité d'accueil des migrants clandestins. La Grèce n'en peut plus (...). Aux frontières terrestres, nous planifions la création d'une clôture pour bloquer l'immigration irrégulière", a déclaré le ministre à l'agence de presse grecque Ana.

C'est la première fois que M. Papoutsis fait état d'un tel projet, alors que la frontière terrestre gréco-turque, qui court sur quelque 150 km, est devenue le principal point de passage des sans-papiers dans l'Union européenne avec près de la moitié des entrées illégales détectées.

De janvier à début novembre, 32.500 interceptions ont été effectuées sur son seul tronçon de 12,5 km où le fleuve d'Evros, fait un saillant en territoire turc. En contrepartie, les interceptions ont décru de près de 80% sur les îles proches des côtes turques, auparavant visées par les réseaux de passeurs.

S'affirmant débordée, la Grèce a obtenu de ses partenaires que soient déployés le long de l'Evros en novembre plus de 200 garde-frontières de l'agence européenne Frontex. En novembre, selon Frontex, leur présence avait fait chuter de 44% le nombre des entrées irrégulières repérées, passées de quelque 250 à environ 140 par jour.

M. Papoutsis n'a pas fourni à l'Ana plus de précisions sur la forme que prendrait la "clôture", alors que le Haut-commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) rappelle régulièrement la Grèce à son devoir d'accueillir les candidats à l'asile, parmi lesquels figurent nombre des arrivants irréguliers, notamment Afghans, Irakiens et Somaliens.

Première publication : 01/01/2011

  • FRANCE

    Le rapport qui tord le cou aux idées reçues sur l'immigration

    En savoir plus

  • FRANCE

    L'Assemblée adopte le projet de loi Besson sur l'immigration

    En savoir plus

  • IMMIGRATION

    Un an après, que reste-t-il de la "jungle" de Calais ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)