Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

EUROPE

L'Inde, l'Allemagne et l'Afrique du Sud entrent au Conseil de sécurité de l'ONU

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/01/2011

Les trois puissances vont rejoindre le Conseil de sécurité de l'ONU, cette semaine, en tant que membres non permanents. Une entrée considérée comme un test de ce que pourrait être un mode de gouvernance élargi de l'instance, selon les diplomates.

AFP - L'Allemagne, l'Inde et l'Afrique du Sud entrent cette semaine au Conseil de sécurité de l'ONU en tant que membres non permanents, l'occasion de donner un aperçu de ce que pourrait être la gouvernance élargie des Nations unies souhaitée par nombre de pays.

Tandis que le Brésil, un autre prétendant au titre de membre permanent, entame sa seconde année de fonction au Conseil, bien des diplomates attendent des douze mois à venir une illustration de ce que les nouvelles et anciennes puissances peuvent réussir ensemble pour apaiser les points sensibles de la planète.

Les cinq membres permanents (Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni et Russie), qui ont seuls le droit de veto, dominent l'institution depuis ses débuts en 1945. Ils sont rejoints par dix membres non permanents selon un système de rotation bisannuelle.

L'Allemagne, l'Inde, l'Afrique du Sud et les deux autres nouveaux membres, le Portugal et la Colombie, vont être mis à l'épreuve dès les prochains jours, entre la crise ivoirienne, un référendum risquant d'aboutir à la partition du Soudan et la poursuite du bras de fer dans la péninsule coréenne.

Les puissances occidentales tenteront de leur côté d'interpréter les actions des aspirants à des places de membres permanents.

L'Inde et l'Afrique du Sud devraient être particulièrement scrutées, car "certains craignent des blocages du travail du Conseil", confie un ambassadeur sous couvert de l'anonymat.

Anciens et nouveaux promettent pour l'heure de collaborer harmonieusement.

Pretoria, Brasilia et New Delhi ont été réticents jusqu'à présent à imposer des sanctions contre des pays individuels, comme l'Iran. Mais l'ambassadeur de Pretoria, Baso Sangqu, a assuré que son pays ne voulait pas d'un Conseil de sécurité "bloqué".

"Chacun soulèvera les sujets importants pour lui et nous espérons avoir un impact collectif, mais il n'y aura pas de configuration +eux et nous+", déclare-t-il à l'AFP.

Toutes les puissances "seront sur la même longueur d'ondes en termes d'objectifs généraux. S'il y a des nuances, elles seront constructives", promet aussi l'émissaire indien, Singh Puri. L'Inde ne s'est pas opposée aux sanctions récentes contre l'Iran et la Corée du Nord.

"Nous réévaluons constamment nos positions. C'est la nouvelle Inde", dit l'ambassadeur.

L'Allemand Peter Wittig promet lui "de la valeur ajoutée" pendant son mandat. "Si les Etats jugent que ce Conseil fait du bon travail", espère-t-il, "cela donnera un certain élan aux débats sur la réforme du Conseil".

La France, notamment, est favorable à un élargissement du Conseil de sécurité pour faire de la place aux nouvelles puissances parmi les membres permanents. Aux Etats-Unis, le président Barack Obama s'est prononcé pour l'inclusion de l'Inde. Mais tous ces projets piétinent depuis des années.

Quoi que leur réserve l'avenir, l'Afrique du Sud, l'Inde et l'Allemagne ont d'ores et déjà l'intention de laisser une trace de leur passage au Conseil.

L'Afrique du Sud relève que les deux tiers des conflits qui occupent cette instance se situent en Afrique. Elle veut éviter, dit M. Sangqu, que les guerres africaines ne tombent dans la catégorie des "conflits oubliés" à l'instar de celui du Sahara-Occidental, contre lequel l'ONU "ne fait rien".

L'Inde, principal contributeur du contingent des Casques bleus, compte insister comme l'Allemagne sur le rôle de l'ONU dans le maintien de la paix. Son ambassadeur s'engage aussi à ce que le Conseil soit plus respectueux et à l'écoute de l'Assemblée générale.

Première publication : 02/01/2011

  • CÔTE D'IVOIRE

    Le Conseil de sécurité prolonge de six mois le mandat de l'Onuci

    En savoir plus

  • CORÉES

    Le Conseil de sécurité reste divisé sur la Corée du Nord

    En savoir plus

  • CORÉES

    Réunion d'urgence du Conseil de sécurité pour débattre de l'escalade des tensions

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)