Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

Afrique

"Nous allons revenir", indique l'un des émissaires de la Cédéao

Vidéo par Alix LE BOURDON

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/01/2011

Les émissaires de la Cédéao et de l'Union africaine se sont entretenus avec le président sortant Laurent Gabgbo, avant de rencontrer son rival, Alassane Ouattara. Aucune indication sur l'évolution de la situation n'a été donnée.

FRANCE 24 a décidé de fermer provisoirement les commentaires de cette page en raison de la violence et/ou du caractère injurieux de certains propos postés.

 

Les émissaires de la Communauté des États d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) et de l'Union africaine (UA) ont quitté le palais présidentiel ivoirien, lundi après-midi, sans que rien ne filtre sur le contenu de leurs discussions avec le président sortant, Laurent Gbagbo.

Un pays, deux présidents

"Nous allons revenir", a simplement déclaré le président béninois, Boni Yayi, à l'issue de la rencontre. À ses côtés, Laurent Gbagbo a acquiescé, souriant. La rencontre a été "utile", a ajouté le Premier ministre kényan, Raila Odinga. "Nous sommes ici pour engager un dialogue en vue de régler la crise", a-t-il précisé.

Raila Odinga, leader des négociations 

Les présidents béninois, cap-verdien et sierra-léonais, mandatés par la Cédéao, et le Premier ministre kényan, dépêché par l'Union africaine (UA), se sont entretenus pendant près de deux heures avec Laurent Gbagbo. Ils se sont ensuite dirigés vers l'hôtel du Golf pour rencontrer son rival, Alassane Ouattara.

Les trois émissaires de la Cédéao s'étaient déjà rendus à Abidjan la semaine dernière pour demander à Laurent Gbagbo de quitter le pouvoir pacifiquement. "Ils n'avaient pas obtenu de réponse claire et Laurent Ggabgo avait réussi à gagner du temps, rappelle Pauline Simonet, envoyée spéciale de FRANCE 24 à Abidjan. Cette fois, il semble que Raila Odinga, que l'UA a envoyé en renfort, fasse figure de leader dans ces négociations."

"Raila Odinga a une position beaucoup plus ferme, poursuit Pauline Simonet. Il est l'une des premières personnalités à avoir demandé le départ de Laurent Gbagbo et à avoir envisagé un recours à la force."

Une "dernière" tentative de médiation ?

Laurent Gabgbo, qui se considère comme le seul président de Côte d'Ivoire, a toutefois répété jusqu'à ces derniers jours qu'il n'avait nullement l'intention de quitter son poste. Alassane Ouattara, de son côté, exclut toute négociation avec Laurent Gbagbo. "On ne négocie pas avec un dictateur", a déclaré sur FRANCE 24 son Premier ministre, Guillaume Soro.

Dans le camp d'Alassane Ouattara, président reconnu par la communauté internationale et la Commission électorale indépendante ivoirienne (CEI), on répète qu'en cas d'échec de cette "dernière" tentative de médiation, le recours à la force sera la seule option possible.

"Raila Odinga aura-t-il réussi, avec son ton plus ferme, à faire fléchir Laurent Gbagbo ? Celui-ci aura-t-il réussi à gagner davantage de temps ? Une déclaration des émissaires africains est attendue dans la soirée", indique Pauline Simonet.

 

Première publication : 03/01/2011

  • CÔTE D'IVOIRE

    Soro : "Après cette mission de la Cédéao, il ne restera que l'option militaire"

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Nouvelle tentative de médiation de la Cédéao et de l'UA à Abidjan

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    L'Onuci peine à enquêter sur les atteintes présumées aux droits de l'homme

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)