Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Berlusconi condamné à rester avec des gens de son âge"

En savoir plus

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 2)

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Nigeria face à Boko Haram

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ali Benflis répond aux attaques d’Abdelaziz Bouteflika

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Chine : la croissance ralentit à 7,4% au premier trimestre

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Dans l'ombre de Bouteflika"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Booty Looting", un pillage chorégraphié de Wim Vandekeybus

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Bras de fer entre Washington et Téhéran autour d’un ambassadeur

En savoir plus

  • En direct : démonstration de force des pro-Russes dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • En images : des centaines de disparus après le naufrage d’un ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Crimes de guerre en Syrie : la France veut faire saisir la CPI

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine : "L'Ukraine est au bord de la guerre civile"

    En savoir plus

  • Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

  • Coupe d'Espagne : une finale Barcelone-Madrid sans Ronaldo

    En savoir plus

  • La justice indienne reconnaît l’existence d’un troisième genre

    En savoir plus

  • Kiev passe à l'offensive contre les pro-russes dans l'Est

    En savoir plus

  • Ali Benflis : "La présidence à vie en Algérie, c’est terminé"

    En savoir plus

  • Les prisonniers d'Abou Ghraib transférés face à la menace djihadiste

    En savoir plus

  • Des travaux d'intérêt général pour Silvio Berlusconi

    En savoir plus

  • Vidéo : Yasmina Khadra appelle les Algériens à "chasser" le régime

    En savoir plus

  • Réforme des régions : la Bourgogne et la Franche-Comté sur la voie de la fusion

    En savoir plus

  • Reportage : à Horlivka, les insurgés s'emparent des bâtiments officiels

    En savoir plus

  • Un an après les attentats, Boston rend hommage à ses victimes

    En savoir plus

Afrique

Soro : "Après cette mission de la Cédéao, il ne restera que l'option militaire"

©

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/01/2011

Dans une interview à FRANCE 24, le Premier ministre d'Alassane Ouattara estime que la diplomatie joue sa dernière carte avec la visite, ce lundi, de trois émissaires de l'organisation ouest-africaine à Abidjan.

FRANCE 24 a décidé de fermer provisoirement les commentaires de cette page en raison de la violence et/ou du caractère injurieux de certains propos postés.

 

Le Premier ministre d'Alassane Ouattara et leader des Forces nouvelles (FN), Guillaume Soro, est formel : la nouvelle tentative de médiation, menée ce lundi par trois émissaires de la Communauté des États d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) et un représentant de l'Union africaine (UA) auprès de Laurent Gbagbo, est la dernière.

Un pays, deux présidents

"Le président de la République Alassane Ouattara a privilégié la diplomatie, a affirmé à la mi-journée Guillaume Soro à FRANCE 24. On y est. Après cette dernière mission de la Cédéao, l'option militaire devra être envisagée."

"Notre position est claire, a-t-il ajouté. Nous sommes convaincus que l'on ne négocie pas avec un dictateur. Il faut qu'il parte. Si Laurent Gbagbo ne donne pas son accord pour partir pacifiquement aujourd'hui, il ne reste à la Cédéao que l'option militaire. Mon gouvernement s'associera à toute initiative de recours à la force légitime pour instaurer la démocratie en Côte d'Ivoire."

"Tueries, assassinats et charniers"

Le 28 décembre, un mois après le second tour de la présidentielle, l'organisation ouest-africaine a en effet menacé de recourir à la force "pour réaliser les aspirations du peuple ivoirien".

L'Ecomog, bras armé de la Cédéao

L'Ecomog a été créée par la communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) en 1990 pour intervenir au Liberia, alors en proie à une guerre civile. Conçue au départ comme une solution temporaire, la Cédéao en fait une force permanente en 1999.

Outre le Liberia, l'Ecomog est intervenue en Sierra Leone, en Guinée-Bissau et en Côte d'Ivoire.

Depuis, la Cédéao a enjoint le président sortant Laurent Gbagbo de céder son poste et lui a fait des propositions en ce sens. "S'il quitte pacifiquement le pouvoir, il pourrait bénéficier des avantages d'ancien chef d'État", a précisé Guillaume Soro à FRANCE 24.

Mais Laurent Gbagbo n'a cessé de répéter qu'il n'avait nullement l'intention de partir. Il a proposé en revanche de procéder à un recomptage des voix. Une option qualifiée de "totalement inacceptable" par Guillaume Soro, qui juge qu'il ne faut pas "que la crise perdure".

Depuis plus d'un mois, son camp est retranché à l'hôtel du Golf, à Abidjan, sous la protection des casques bleus. "Nous sommes à l'hôtel du Golf sous blocus, ce qui est inacceptable, a déclaré Guillaume Soro. Mais il y a plus grave que l'hôtel du Golf : il y a les populations qui continuent à être l'objet d'exactions. Ce sont ces femmes qui sont violées dans les quartiers, ce sont ces jeunes Ivoiriens aux mains nues qui sont extraits de leurs maisons et exécutés. Ce que je dis est étayé par les Nations unies qui confirment qu'il y a bien des tueries, des assassinats et même des charniers à Abidjan."

Le 23 décembre, Alassane Ouattara a demandé une enquête "rapide" à la Cour pénale internationale (CPI) sur des atteintes aux droits de l'Homme. Jeudi, à Genève, la Haute commissaire adjointe aux droits de l'Homme de l'ONU, Kyung-Wha Kang, s'est dite "alarmée par les violences occasionnées par l'élection présidentielle". Elle a fait état de 173 meurtres, 90 cas de tortures et mauvais traitements, 471 arrestations et 24 cas de disparitions forcées ou involontaires entre les 16 et 21 décembre.

"La Côte d'Ivoire est en guerre"

En revanche, les Nations unies n'ont pu jusqu'à présent confirmer l'existence de charniers. À Abidjan, l'Onuci a été empêchée à plusieurs reprises de se rendre sur différents sites. "Notre équipe a essayé d'enquêter à la suite d'informations concernant des charniers en plusieurs endroits, notamment à Anyama", dans la banlieue d'Abidjan, a déclaré, jeudi, le porte-parole des soldats de la paix de l'ONU, Nick Birnback. "Jusqu'à présent, ses efforts ont été entravés par les fidèles de l'ancien président."

Guillaume Soro accuse, lui, "les mercenaires libériens, qui ont été loués et payés par l'argent du contribuable ivoirien, et la Garde républicaine de Laurent Gbagbo", d'être responsables de ces violences.

"La Côte d'Ivoire est en situation de guerre. Quand il y a plus de 200 morts dans un pays, quand il y a plus de 20 000 réfugiés, c'est un état de guerre", dénonce-t-il.

Mais "cette crise est artificielle et imposée, poursuit-il. Le président élu par le peuple ivoirien a la légitimité pour mener la vraie réconciliation entre les fils et les filles de Côte d'Ivoire. Je n'ai aucun doute : le jour où Laurent Gbagbo quittera le pouvoir, ce sera une liesse, bien au-delà de nos frontières."

 

 

Première publication : 03/01/2011

  • CÔTE D'IVOIRE

    Nouvelle tentative de médiation de la Cédéao et de l'UA à Abidjan

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    L'Onuci peine à enquêter sur les atteintes présumées aux droits de l'homme

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)