Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

SUR LE NET

Hommages aux victimes du naufrage en Corée du sud

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Ukraine : fusillade à Sloviansk, les séparatistes demandent l'aide de Moscou

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Kabylie : affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Tizi Ouzou

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad se rend dans la ville chrétienne de Maaloula pour la fête de Pâques

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Algérie : 14 soldats tués dans une embuscade en Kabylie

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Le Paris Saint-Germain se console avec la Coupe de la Ligue

    En savoir plus

  • "Nous avons traversé la frontière à tête découverte, les mains dans les poches"

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

  • Corée du Sud : une vingtaine de corps repêchés du ferry naufragé

    En savoir plus

  • En images : Rencontres internationales de cerfs-volants à Berck-sur-Mer

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

Economie

Le patron de Fiat exclut une fusion avec Chrysler

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/01/2011

Fiat et Fiat Industrial, les deux nouvelles entités issues de la scission du groupe automobile italien, ont fait leur entrée à la Bourse de Milan. Cette séparation doit favoriser les partenariats avec des groupes étrangers. Mais pas avec Chrysler.

AFP - Fiat a ouvert lundi un "nouveau chapitre" de son histoire avec les bons débuts en Bourse des deux entités issues de sa scission, virage stratégique destiné à faciliter les alliances, mais le géant italien a assuré qu'une fusion avec Chrysler n'était pas à l'ordre du jour.

Alors que de nombreux observateurs estiment que cette scission pourrait aboutir à terme à une fusion avec l'américain, Sergio Marchionne, directeur général de Fiat et de Chrysler, a assuré qu'il n'avait "pas aujourd'hui le projet de fusionner" les deux groupes.

Cela ne "changerait pas nos vies", a-t-il estimé, étant donné le degré déjà atteint en terme d'"intégration industrielle".

Le patron a en revanche indiqué qu'il était "possible" que Fiat, qui détient 20% de Chrysler depuis sa sortie du dépôt de bilan en juin 2009, exerce son option pour grimper à 51% avant que l'américain ne fasse son retour en Bourse au second semestre 2011.

La scission de Fiat, effective depuis le 1er janvier, a abouti à la création de Fiat Industrial, nouvelle société rassemblant Iveco (camions et bus) et CNH (engins agricoles et de construction). Selon Fiat, elle est numéro deux mondial des machines agricoles et parmi les leaders dans les véhicules industriels.

Fiat ne conserve ainsi que les activités automobiles: marques Fiat, Lancia, Alfa Romeo, Ferrari, Maserati, moteurs et composants ainsi que la part détenue dans Chrysler.

C'est le "début d'un nouveau chapitre de l'histoire de deux sociétés indépendantes", a déclaré M. Marchionne, qui est désormais également président de Fiat Industrial.

Vers 14H10 GMT, dans un marché en hausse de 1,29%, la "nouvelle" Fiat bondissait de 5,14% à 7,04 euros tandis que Fiat Industrial prenait 2,13% à 8,92 euros par rapport aux cours théoriques de clôture de jeudi fournis par le gestionnaire de la Bourse de Milan.

Ces cours "sont conformes à ce que l'on pouvait attendre", a jugé Thierry Huon, analyste d'Exane BNP Paribas. Ensemble, les cours des deux nouvelles entités sont en hausse de plus de 3% par rapport au dernier niveau de clôture de Fiat (15,43 euros).

Les actionnaires ont reçu une action Fiat Industrial pour une action Fiat détenue. La famille fondatrice Agnelli est donc l'actionnaire de référence des deux groupes avec 30% du capital.

"Face aux grandes transformations en cours sur le marché, nous ne pouvions plus continuer à garder ensemble des secteurs qui n'ont aucune caractéristique économique et industrielle en commun", a ajouté M. Marchionne.

Le but de ce virage stratégique annoncé en avril est de permettre aux deux entités de mener leur propre stratégie et de faciliter les alliances.

Fiat pourra donc désormais se concentrer sur son partenariat avec Chrysler alors qu'il s'est fixé pour objectif de faire de l'alliance entre les deux groupes l'un des plus grands constructeurs mondiaux, capable de produire plus de 6 millions de véhicules en 2014 contre moins de 4 millions actuellement.

"Cela donne de la clarté aux investisseurs" car "cela octroie beaucoup plus de marge de manoeuvre" à Fiat, "tout est ouvert" pour les deux entités mais "la question est de savoir ce qu'ils vont faire", a souligné M. Huon.

Pour Crédit Suisse, l'actif le plus "attractif" après la scission est Fiat Industrial car ses analystes jugent que le potentiel de croissance du constructeur automobile est "limité" et sont "sceptiques" sur sa faculté d'exercer son option pour monter à 51% de Chrysler.

Première publication : 03/01/2011

  • EMPLOI

    Chômage technique pour des milliers de salariés italiens de Fiat et d'Alcoa

    En savoir plus

  • INDUSTRIE AUTOMOBILE

    Chrysler pense redevenir bénéficiaire en 2011

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)