Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Economie

DST, l'entreprise russe grâce à laquelle Facebook vaut des milliards

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 03/01/2011

Le célèbre réseau social vaut désormais 50 milliards de dollars, selon le quotidien américain "The New York Times". Une valeur que le site doit en partie à l'arrivée de nouveaux investisseurs, dont la société russe Digital Sky Technology (DST)...

Selon le "New York Times" du 2 janvier, Facebook vaut dorénavant 50 milliards de dollars. Comment? Grâce à deux investissements. Celui de Goldman Sachs d'une part, qui s'élève à 450 millions de dollars. Celui de la société russe Digital Sky Technology (DST) - encore largement méconnue - d'un montant de 50 millions de dollars, de l'autre. Les deux groupes ont obtenu, en échange, des parts de Facebook à un prix qui porte la valeur du géant du Web à plus de 50 milliards de dollars.

Si la banque star de Wall Street est un nouveau venu dans le capital du réseau social, le russe DST en est une vieille connaissance qui doit se frotter les mains. Depuis près de deux ans, cette entrepise a tranquillement placé ses dollars dans Facebook. En mai 2009, celle-ci avait en effet acheté pour 300 millions de dollars de parts du site américain alors qu'il ne valait, à l'époque, "que" 10 milliards de dollars. Depuis, le portefeuille Facebook de DST a donc déjà quintuplé de valeur... Une somme qui lui permet aujourd'hui de détenir plus de 10 % du géant du web social.

Fondée en 2005, Digital Sky Technology est aujourd’hui devenue, en coulisses, l’un des acteurs les plus influents du web 2.0. Deux hommes se trouvent derrière la société : Alisher Usmanov et Youri Milner.

Oligarque 2.0

Surnommé le "dur à cuire russe", le premier est un tycoon à la réputation sulfureuse qui a construit sa fortune dans l'industrie métallurgique. Un ancien ambassadeur britannique en Ouzbékistan l’a ainsi accusé, en 2007, d’être un "gangster" lié à la mafia. Comme de nombreux autres hommes d'affaires russes, Alisher Usmanov s’est intéressé au football. Il détient à ce jour 27 % du club londonien d’Arsenal. Du duo, Youri Milner semble être le plus fréquentable. Cet oligarque 2.0 est, en Russie, à la tête d’un véritable empire numérique, mail.ru, portail grâce auquel son groupe concentre 70 % du trafic internet russe.

À l'étranger, DST ne s’intéresse pas uniquement à Facebook. En décembre 2009, l'entreprise avait déjà témoigné de sa gloutonnerie pour les nouveaux services sociaux. Celle-ci avait acheté alors une participation de 5 % dans Zynga, la star montante du jeu en ligne sur Facebook, pour 180 millions de dollars. En avril dernier, rebelotte : Digital Sky Technology investit 135 millions de dollars dans Groupon, une autre start-up à la mode qui permet de bénéficier de réductions en faisant des achats groupés. Avant de racheter dans la foulée à AOL le célèbre service de messagerie instantanée ICQ pour 187,5 millions de dollars...

Aujourd'hui, tout semble indiquer que l'appétit de DST pour l'Internet n'est pas encore rassasié. Dans un entretien accordé à la chaîne américaine Bloomberg en février 2010, Youri Milner expliquait qu’il avait un trésor de guerre d'un milliard de dollars pour investir dans le web 2.0...

Première publication : 03/01/2011

  • MÉDIAS - PERSONNALITÉ 2010

    "Time" couronne Zuckerberg quand les internautes votent Assange

    En savoir plus

  • INTERNET

    Les boursicoteurs jouent déjà avec la valeur supposée de Facebook

    En savoir plus

  • INTERNET

    Cet inconnu qui prétend détenir Facebook

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)