Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Vol AH5017 d'Air Algérie : Paris n'exclut "aucune hypothèse"

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

FRANCE

Pour Alain Richard, la vente de sous-marins à l'Inde n'est pas à l'origine de l'attentat

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/01/2011

Alain Richard, ministre de la Défense de 1997 à 2002, estime, dans Libération, que la vente de sous-marins à l'Inde en 2001 n'est pas à l'origine de l'attentat de Karachi orchestré par les services secrets pakistanais pour sanctionner ce contrat.

AFP - La décision de vendre des sous-marins à l'Inde en juin 2001 a suscité un "débat" avec les autorités pakistanaises de l'époque mais aucun conflit politique, a assuré Alain Richard, ministre de la Défense de 1997 à 2002, dans un entretien à paraître lundi dans Libération.

L'une des hypothèses envisagées pour expliquer l'attentat ayant tué 11 salariés de la Direction des constructions navales (DCN) le 8 mai 2002 à Karachi est celle d'une action perpétrée par un groupuscule avec l'aval de certains responsables des services secrets pakistanais (ISI) pour sanctionner la vente de sous-marins français à l'Inde.

"Quand s'est ouverte la perspective d'un marché de sous-marins avec l'Inde, les assurances normales en pareil cas ont été données au partenaire pakistanais que les équipements éventuellement livrés à son voisin ne provoqueraient pas de déséquilibre militaire", a dit M. Richard.

"Cela a été un sujet de débat avec eux mais dans mon souvenir aucun signe de conflit politique n'a été donné", a-t-il ajouté.

"Les désaccords politiques éventuellement liés à un contrat d'armement avec l'Inde n'ont pas été retenus comme un risque de sécurité pour les personnels DCN", a encore dit l'ancien ministre.

De son côté, l'ancien directeur du renseignement de la DGSE, Alain Juillet, interrogé par Libération, estime que "l'hypothèse d'un attentat commis (à la) demande de l'ISI doit être retenue" avec comme élément déclencheur le choix de la France de vendre des sous-marins à l'Inde. M. Juillet a été en poste d'octobre 2002 à décembre 2003.

Le quotidien évoque également un officier pakistanais ayant cotoyé les salariés de la DCN au Pakistan et pour qui l'attentat a été commis par un groupuscule contrôlé par les services pakistanais.

La piste d'un attentat commis avec l'aval de militaires pakistanais dissidents, par conviction islamiste ou opposés à la vente d'armement français à l'Inde, ne peut complètement être écartée mais est fragile, selon le rapport de la mission d'information parlementaire publié en mai.

L'armée se considère comme le pilier de la nation pakistanaise, son rempart face à l'Inde, rappelle le rapport.


 

Première publication : 03/01/2011

  • FRANCE

    Un témoin affirme que l'Élysée serait intervenu dans l'affaire Karachi

    En savoir plus

  • FRANCE

    Renaud Donnedieu de Vabres mis en cause dans l'affaire Karachi

    En savoir plus

  • « Karachigate » une affaire d’état

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)