Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Leïla Bekhti

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande : un sursaut possible ?

En savoir plus

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre l'État islamique

    En savoir plus

  • En direct : le "non" à l'indépendance de l'Écosse remporte 55,3 % des voix

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Ebola : l'infirmière française contaminée reçoit un traitement expérimental

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Le Paris des Arts de Leïla Bekhti

    En savoir plus

  • Après le "non" de l’Écosse, la Catalogne prépare son propre référendum

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • À Washington, Petro Porochenko réclame et obtient plus de soutien des États-Unis

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao écope de six mois de suspension

    En savoir plus

  • Alibaba lève plus de 25 milliards de dollars à Wall Street

    En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Cinq casques bleus tchadiens tués dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

FRANCE

Ouverture à Paris du procès de huit "gangsterroristes" présumés

Vidéo par France 3

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/01/2011

Huit hommes accusés d'avoir voulu financé les réseaux d'Al-Qaïda avec le butin d'un braquage comparaissent à Paris, devant une cour d'assises spéciale, composée uniquement de magistrats professionnels.

REUTERS - Le procès de huit hommes soupçonnés d’avoir voulu financer la cause islamiste par des attaques à main armée en France au milieu de l’année 2000 s’est ouvert lundi devant une cour d’assises spéciale a Paris.

Ce procès, qui doit durer un mois devant une cour uniquement composée de magistrats professionnels, illustre pour l’antiterrorisme français les liens entre l’islamisme et le grand banditisme. Il survient alors que le gouvernement a fait état, ces derniers mois, d’un risque d’attentat terroriste.

Démantelé en 2005, le groupe, composé de deux Français, d’un Franco-algérien, d’un Algérien et de quatre Tunisiens, a, selon l’accusation, été formé après des contacts en détention et ses chefs étaient en liaison avec des dirigeants d’Al Qaïda.

Son principal responsable serait le Franco-algérien Ouassini Cherifi, 36 ans, qui, à sa sortie de prison après une première peine pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste, aurait entrepris de former un gang pour financer la guerre sainte en Irak.

La défense conteste toute implication des accusés dans l’islamisme radical et déplore que quatre des huit hommes comparaissent après avoir purgé cinq ans de détention provisoire.

“Il y a des amalgames qui sont faits, puisqu’on lie ce dossier au réseau Al Qaïda, alors même à mon sens que vous n’avez aucun lien de ce point de vue-là”, a dit à Reuters Me Michel Hadji, un des avocats des accusés.

“Ce qui est grave, c’est qu’on a une détention provisoire de cinq ans (...) pour beaucoup d’accusés, ce qui est inacceptable. On est dans un Etat de droit, où il y a le délai raisonnable, la présomption d’innocence”, a-t-il ajouté.

Selon des dépositions recueillies par les juges d’instruction et contestées par la défense, des contacts ont été pris par Ouassini Cherifi en Syrie, en Algérie et en Turquie, où l’éventualité d’attentats en France aurait été évoquée.

Attaque manquée en 2005

Toujours selon ces dépositions, ces liens auraient été noués avec un autre groupe démantelé ces dernières années, Ansar al Fath (Les Partisans de la victoire), qui se serait financé par des rackets de prostituées et était dirigé par Safé Bourada.

Ouassini Cherifi a rencontré en détention entre 2000 et 2004 Safé Bourada, un Français de 38 ans qui purgeait alors une peine de dix ans de prison pour son rôle dans les attentats islamistes de 1995 en France.

L’Algérien Mohammed Benyamina, autre responsable d’Ansar al Fath, apparaît aussi dans le dossier. Il a déclaré dans un interrogatoire en Algérie avoir envisagé de frapper l’aéroport d’Orly, le métro parisien et la DST, avec l’aide de l’argent qu’aurait amené Cherifi.

Le groupe Cherifi était organisé autour de boutiques de téléphonies et d’internet, et d’un restaurant à Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) qui, selon l’accusation, servait de lieu de réunion.

L’enquête s’est dénouée après une attaque manquée contre un dépôt de fonds de la société Securitas le 7 octobre 2005 à Beauvais (Oise). Il avait échoué car les explosifs utilisés n’avaient pas fait assez de dégâts pour ouvrir un accès.

Un enregistrement de vidéosurveillance montre trois hommes, dont, selon l’accusation, Ouassini Cherifi, qui nie cependant toute participation.

Une perquisition dans un garage appartenant au groupe a permis aux policiers de découvrir un stock de 19 bâtons de dynamite, deux fusils d’assaut, plusieurs revolvers et pistolets, des talkies-walkies, un pull-over de la gendarmerie et des plaques de la police.

Première publication : 03/01/2011

COMMENTAIRE(S)