Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Algérie : onze soldats tués dans une embuscade en Kabylie

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Plusieurs morts dans une fusillade à Slaviansk, dans l’est de l’Ukraine

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Le Paris Saint-Germain se console avec la Coupe de la Ligue

    En savoir plus

  • "Nous avons traversé la frontière à tête découverte, les mains dans les poches"

    En savoir plus

  • Corée du Sud : une vingtaine de corps repêchés du ferry naufragé

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : plus de 100 morts dans un raid pour du bétail

    En savoir plus

  • En images : Rencontres internationales de cerfs-volants à Berck-sur-Mer

    En savoir plus

  • "Les journalistes français retrouvés près de la zone contrôlée par l'EIIL"

    En savoir plus

  • Des tracts antisémites inquiètent la communauté juive de Donetsk

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Vidéo : l'est de l'Ukraine "deviendra un pays indépendant"

    En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

Afrique

Le camp Gbagbo indique vouloir privilégier le dialogue

©

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/01/2011

Au lendemain d'une tentative de médiation des émissaires de la Cédéao et de l'Union africaine, le leader des Jeunes patriotes, Charles Blé Goudé, répète que le camp Gbagbo entend poursuivre sur la voie du dialogue. Tout en mobilisant ses partisans.

Au lendemain d'une visite de quatre émissaires de la Communauté des États d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) et de l'Union africaine (UA) à Abidjan, le ministre de la Jeunesse et du Travail du gouvernement Gbagbo et leader des Jeunes patriotes, Charles Blé Goudé, tire un bilan nuancé de leur tentative de médiation. Il affirme croire encore aux négociations.

"Goodluck Jonathan [chef de l'État nigérian et président en exercice de la Cédéao] a dit que les discussions continuaient, a-t-il rappelé, ce mardi, dans une interview à FRANCE 24. On ne peut donc pas dire que les discussions n'ont rien donné. Il faut éviter de verser dans la précipitation et de tirer des conclusions hâtives. Une crise comme celle-là ne se règle pas en deux-trois jours ou deux-trois heures de négociations."

"Ouattara, le dialogue n'est pas son fort"

En l'absence de véritables progrès des négociations, la Côte d'Ivoire reste toutefois sous la menace d'une intervention militaire de la Cédéao. L'organisation ouest-africaine a indiqué ne pas exclure un recours à la force "pour réaliser les aspirations du peuple ivoirien". Lundi, sur FRANCE 24, le Premier ministre d'Alassane Ouattara, Guillaume Soro, a assuré que son gouvernement "s'associerait à toute initiative de recours à la force légitime."

"Alassane Ouattara n'a jamais appelé à des discussions, il a toujours dit qu'il fallait employer la force militaire, réagit Charles Blé Goudé. Le dialogue n'est pas son fort, la Constitution n'est pas son fort. Depuis 2000, il n'a pas changé du tout."

"On ne peut pas déloger par la force quelqu'un qui a remporté des élections, poursuit-il. Nous ne redoutons pas une intervention de la Cédéao, mais à chaque fois qu'on fait la guerre, on finit toujours par discuter. Autant discuter maintenant plutôt que de mettre des vies en danger."

Si le camp de Laurent Gbagbo réclame depuis le début de la crise une rencontre avec son rival, celui-ci refuse catégoriquement de négocier avec le président sortant tant qu'il n'aura pas accepté de quitter le pouvoir. Laurent Gbagbo a également appelé, lundi, à la mise en place d'une commission d'évaluation du processus électoral. 

"Le président, dont je suis le ministre, a proposé un comité d'évaluation pour aller voir si la procédure électorale a été respectée dans le nord de la Côte d'Ivoire, explique Charles Blé Goudé. Des hommes qui sont censés représenter le candidat Gbagbo dans les bureaux de vote ont été chassés par les hommes en arme de Guillaume Soro, des femmes ont été violées dans les bureaux de vote. Il faut écouter, enquêter, et à partir de là tirer des conclusions".

 

"Une feuille de route secrète"

"On ne peut pas déclarer que Laurent Gbagbo n'a eu aucune voix dans plusieurs bureaux de vote où il est censé avoir des représentants. C'est aberrant ! En Côte d'Ivoire, Alassane Ouattara, Guillaume Soro et Choi Young-jin [le chef de la mission de l'ONU en Côte d'Ivoire] avaient une feuille de route secrète, c'était d'installer Alassane Ouattara à n'importe quel prix. Nous proposons ce comité d'évaluation pour enquêter et voir qui, de Laurent Gbagbo ou d'Alassane Ouattara, a effectivement remporté les élections", ajoute-t-il.

Surnommé le "général de la rue", Charles Blé Goudé avait appelé à "libérer l'hôtel du Golf" - où est retranché le camp d'Alassane Ouattara - "à mains nues". Aujourd'hui, il assure continuer à mobiliser ses partisans, tout en privilégiant le dialogue. 

"Il n'est pas possible qu'Alassane Ouattara et son camp, avec à sa tête le rebelle Guillaume Soro, puissent être à Abidjan et concocter des plans, avec le soutien de l'ONU, pour venir attaquer les Ivoiriens. Cela est inacceptable. C'est pour ça que j'ai dit que si l'ONU ne le fait pas, nous irons à mains nues leur dire de quitter l'hôtel du Golf."

Selon les médiateurs africains, Laurent Gbagbo se serait toutefois engagé lundi à lever le blocus terrestre autour de l'hôtel du Golf.

Interrogé sur les accusations d'exactions qui pèsent sur le camp de Laurent Gbagbo, Charles Blé Goudé rétorque : "Savez-vous que quand Alassane Ouattara appelle à des manifestations, ses partisans descendent dans la rue avec des kalachnikovs et tirent sur la police ? Ils ont incendié un immeuble et un policier a été calciné par ses manifestants. Nous avons affaire à une guérilla urbaine aux mains d'Alassane Ouattara. Voilà la vérité."

 

Première publication : 04/01/2011

  • CÔTE D'IVOIRE

    Ouattara sonne la fin des discussions et exhorte Gbagbo de quitter le pouvoir

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Soro : "Après cette mission de la Cédéao, il ne restera que l'option militaire"

    En savoir plus

  • CÔTE D’IVOIRE

    Charles Blé Goudé, ministre et très influent "général de la jeunesse"

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)