Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Albert Ebossé : Une contre autopsie du joueur camerounais conclut à un assassinat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Russie: il ne faut pas pas vendre la peau de l'ours

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Retour à la terre, avec le paysan-philosophe Pierre Rabhi

En savoir plus

POLITIQUE

France : "La principale opposition au gouvernement, c’est le groupe socialiste !"

En savoir plus

POLITIQUE

France : "On est dans une séquence du quinquennat très difficile"

En savoir plus

FOCUS

Journée internationale des migrants : l'Italie confrontée à de plus en plus d'enfants

En savoir plus

FACE À FACE

Discours sur l'immigration : François Hollande à la reconquête de la gauche ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'œuvre lumineuse d'Olafur Eliasson éclaire la Fondation Louis Vuitton

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile indienne affiche sa solidarité avec le Pakistan

En savoir plus

Amériques

Ouverture du procès du médecin de Michael Jackson

Vidéo par Julien FANCIULLI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/01/2011

Le 25 juin 2009, le "roi de la pop" décédait d'une surdose médicamenteuse à son domicile de Los Angeles. Dix-huit mois après sa mort, la justice californienne entame le procès de son médecin, Conrad Murray, poursuivi pour homicide involontaire.

AFP - Dix-huit mois après la mort de Michael Jackson d'une surdose de médicaments, la justice californienne a commencé mardi à se pencher sur le sort de son médecin, poursuivi pour homicide involontaire, alors que la défense s'apprête à soutenir la thèse du "suicide" de la pop star.

Le 25 juin 2009, le "roi de la pop" succombait à l'âge de 50 ans à une surdose de médicaments dans sa maison de Los Angeles. L'autopsie révèlera que la mort a été causée par le propofol, un anesthésiant extrêmement puissant utilisé en milieu hospitalier, que la star utilisait comme somnifère.

En février 2010, le procureur de Los Angeles décidait de poursuivre le dernier médecin de la pop star, Conrad Murray, pour homicide involontaire.

Peu avant 9H00 locales (17H00 GMT), la mère du chanteur, Katherine Jackson, ainsi que son frère Jackie et sa soeur La Toya, ont fait leur entrée à la Cour supérieure de Los Angeles, pour la première journée d'audiences préliminaires, à l'issue desquelles le juge Michael Pastor devra décider si Conrad Murray doit ou non passer en jugement.

Le médecin est entré au tribunal par une porte dérobée, à l'abri des regards des dizaines journalistes, paparazzi et fans amassés devant la cour.

Les débats ont commencé vers 9H00 locales, avec une première intervention de l'accusation. Le procureur adjoint de Los Angeles, David Walgren a déclaré que ses experts médicaux "montreraient que les soins apportés (à Michael Jackson par son médecin) ont été loin des standards requis".

M. Walgren a assuré que Conrad Murray "avait administré du propofol sans disposer du matériel médical nécessaire, ne disposait pas de personnel de soins (...), avait tardé à appeler les secours, n'avait pas conservé les dossiers médicaux (du chanteur) et n'avait pas informé les docteurs et les secours de la condition médicale" du patient.

Conrad Murray a toujours reconnu avoir administré du propofol au chanteur de "Thriller" le jour de sa mort, mais a également assuré qu'il avait essayé de "sevrer" le chanteur avec d'autres médicaments, et que c'est à la demande expresse de Jackson qu'il avait fini par lui injecter le médicament fatal.

Selon une déposition de l'accusation devant la cour la semaine dernière, la défense du médecin devrait soutenir la thèse d'un "suicide" du chanteur, qui se serait réveillé pour s'injecter lui-même une dose supplémentaire de propofol en l'absence du médecin.

Un avocat de la défense, Joseph Low IV, a refusé de commenter ces informations. Il a en revanche émis peu de doutes quant au renvoi de son client devant la justice. "J'ai du mal à croire que dans une affaire comme celle-là, le procureur ne soit pas en mesure de présenter les preuves nécessaires pour étayer son accusation", a-t-il déclaré.

Le père du chanteur, Joe Jackson, a balayé d'un revers de la main la théorie du suicide. "C'est un Jackson. Il n'aurait pas fait ça", a-t-il déclaré depuis Las Vegas au site X17online, spécialisé dans la vie des célébrités.

Les audiences préliminaires sont en principe très techniques et seuls un ou deux témoins sont généralement appelés à la barre. Mais "l'affaire Jackson", aussi hors norme que feu le "roi de la pop", exigeait une procédure à la mesure de l'émotion causée par la mort du chanteur. Selon le Los Angeles Times, pas moins de 35 témoins devraient être convoqués par les deux parties.

Pendant deux semaines environ devraient ainsi défiler devant la cour des experts médicaux, des enquêteurs, des proches de Michael Jackson, ses gardes du corps ou son personnel de maison.

Première publication : 04/01/2011

  • Michael Jackson : le business ne meurt jamais

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Le médecin de Jackson plaide non coupable d'homicide involontaire‎

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Le médecin de Michael Jackson inculpé d'homicide involontaire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)