Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Himalayesque"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Une série télé irakienne se moque de l'organisation de l'État islamique

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

FOCUS

Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Début des audiences de Charles Blé Goudé devant la CPI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacques Weber, un colosse du théâtre français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Papa Wemba, invité du Journal de l'Afrique !

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : elle filme au péril de sa vie à Raqqa, fief de l'EI en Syrie

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les sports oubliés dans le vent

En savoir plus

  • Hong Kong : les manifestants veulent court-circuiter la fête nationale chinoise

    En savoir plus

  • Ebola : le premier cas hors d’Afrique localisé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Ligue des champions : "On a montré que Paris peut être une grande équipe"

    En savoir plus

  • Londres a mené ses premières frappes aériennes contre l’EI en Irak

    En savoir plus

  • Commission européenne : un oral difficile pour certains candidats

    En savoir plus

  • Des ravisseurs d'Hervé Gourdel, décapité en Algérie, ont été identifiés

    En savoir plus

  • Barack Obama salue un accord de sécurité "historique" avec Kaboul

    En savoir plus

  • Ebola : l'expérience "désespérée" d'un médecin libérien

    En savoir plus

  • Hervé Gaymard : "Il n'y aura pas de guerre des chefs à l'UMP"

    En savoir plus

  • Terrorisme : pour Marine Le Pen, les Français musulmans sont "pris au piège"

    En savoir plus

  • Ello, le réseau social qui se la joue anti-Facebook

    En savoir plus

  • Fonds "vautours" : l’Argentine défie les États-Unis sur sa dette

    En savoir plus

  • Quinze ans de prison requis contre le leader de Sharia4Belgium

    En savoir plus

  • Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

    En savoir plus

  • À Montpellier, des pluies diluviennes créent la pagaille

    En savoir plus

Amériques

Le commandant du plus grand porte-avions du monde limogé pour son humour douteux

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/01/2011

Grossièretés sexistes et homophobes... Les vidéos que le capitaine du porte-avions "Enterprise", Owen Honors, concoctait chaque semaine pour son équipage n'était pas du goût de tous. Mardi, la Navy l'a relevé de son commandement.

AFP - Le pacha du porte-avions américain Enterprise a été relevé mardi de son commandement après s'être retrouvé au centre d'une polémique pour avoir animé une émission à l'humour douteux diffusée sur le navire, a annoncé un responsable de la Marine.

Le capitaine de vaisseau Owen Honors a été relevé de son commandement, a affirmé l'admiral John Harvey dans une déclaration.

"J'ai perdu confiance dans sa capacité à commander efficacement", a-t-il expliqué, faisant état du "profond manque de jugement et de professionnalisme" dont a fait preuve le capitaine Honors.

A l'époque commandant en second du porte-avions, le capitaine Honors animait en 2006 et 2007 l'émission "XO Movie Night" diffusée en moyenne une fois par semaine sur le circuit de télévision interne du navire afin de divertir l'équipage.

Les sketchs diffusés montraient des aviatrices prenant leur douche ensemble ou encore des scènes de simulation de masturbation. Le capitaine Honors, animateur de l'émission, multipliait pour sa part grossièretés, blagues sexistes ou homophobes. Dans une des vidéos, cet ancien pilote de chasseur F-14 se moquait des officiers de surface, les traitant de "pédés".

L'émission avait été stoppée en 2007 après des plaintes de marins mais a refait surface lundi quand un journal local, le Virginian-Pilot, a mis en ligne plusieurs vidéos extraites de l'émission, déclenchant une tempête médiatique.

Entre-temps, le capitaine Honors a pris le commandement de l'Enterprise, de ses 6.000 hommes et femmes et quelque 80 avions et hélicoptères.

Si ses états de service en tant que commandant ne sont pas en cause, ses actions en tant que commandant en second "minent sa crédibilité" et donc sa capacité à commander aujourd'hui le navire, selon l'amiral Harvey.

Assigné à des tâches administratives, il doit être remplacé à titre définitif à la tête de l'Enterprise dès mardi après-midi par l'ancien commandant d'un autre porte-avions, l'Eisenhower, le capitaine Dee Mewbourne.

L'Enterprise doit être prochainement déployé dans l'océan Indien pour soutenir les opérations en Afghanistan.

Cette polémique intervient deux semaines après le vote historique d'une loi abolissant le tabou homosexuel dans l'armée vieux de 17 ans.

Plusieurs groupes militant pour les droits des homosexuels ont dénoncé les agissements du capitaine Honors, qui s'est comporté comme le "président d'une confrérie étudiante plutôt qu'en commandant en second de l'USS Enterprise", selon Aubry Sarvis, responsable de l'un de ces groupes, le Réseau de défense légale des membres des forces armées.

Mais le capitaine Honors compte également des soutiens: sur Facebook, une page intitulée "Nous soutenons le capitaine Honors" comptait plus de 10.200 membres mardi après-midi.

L'enquête de la Marine se poursuit, notamment afin de déterminer quelles actions ont été prises ou pas par d'autres officiers de haut rang lors de l'arrêt de l'émission en 2007, selon l'amiral Harvey.

Il n'est pas rare qu'un officier soit relevé de son commandement dans la Marine américaine: 17 officiers l'ont été en 2010, dont 11 pour des problèmes de conduite personnelle, selon le journal Navy Times. Mais ce type de mesure frappe rarement le commandant d'un des 11 porte-avions américains.

Première publication : 04/01/2011

  • ÉTATS-UNIS

    Barack Obama promulgue l'abolition de la loi "Don't ask, don't tell"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)