Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"L'écureuil et le serpent"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie : la guerre oubliée

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique : comment sortir de l'impasse?

En savoir plus

SUR LE NET

Le web se met au « Ice Bucket Challenge » pour la bonne cause

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Montréal, toute une histoire

En savoir plus

FOCUS

Israël : Tsahal face aux minorités de la société israélienne

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Guillaume Foliot, directeur adjoint du Programme alimentaire mondial

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gabon : le camp d'Ali Bongo répond aux attaques de Jean Ping

En savoir plus

  • L'État islamique annonce avoir décapité un journaliste américain

    En savoir plus

  • Gaza : reprise des affrontements entre Israël et le Hamas

    En savoir plus

  • L'armée irakienne attaque les jihadistes sur plusieurs fronts

    En savoir plus

  • L'opposition pakistanaise pénètre dans la zone rouge d’Islamabad

    En savoir plus

  • Libération : raconter l’été 44 au-delà des "moments de gloire et de triomphe"

    En savoir plus

  • Ligue 1 : une enquête judiciaire ouverte après le coup de tête de Brandao

    En savoir plus

  • Championnat d'Europe : Florent Manaudou vainqueur ex æquo sur 50 m papillon

    En savoir plus

  • Le prince saoudien braqué à Paris est un fils du roi Fahd mort en 2005

    En savoir plus

  • Émeutes de Ferguson : les États-Unis face à leurs vieux démons racistes

    En savoir plus

  • Carte interactive : "Ici est tombé" pour la Libération de Paris

    En savoir plus

  • Libération de Paris : "J'accueillais mes libérateurs"

    En savoir plus

  • Dans l’est de l'Ukraine, Lougansk en proie à d’intenses combats

    En savoir plus

  • Le pape François ouvre davantage la voie à la béatification de Mgr Romero

    En savoir plus

  • Amos Gitaï : "Israël est un projet politique, pas un projet religieux"

    En savoir plus

Amériques

Le commandant du plus grand porte-avions du monde limogé pour son humour douteux

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/01/2011

Grossièretés sexistes et homophobes... Les vidéos que le capitaine du porte-avions "Enterprise", Owen Honors, concoctait chaque semaine pour son équipage n'était pas du goût de tous. Mardi, la Navy l'a relevé de son commandement.

AFP - Le pacha du porte-avions américain Enterprise a été relevé mardi de son commandement après s'être retrouvé au centre d'une polémique pour avoir animé une émission à l'humour douteux diffusée sur le navire, a annoncé un responsable de la Marine.

Le capitaine de vaisseau Owen Honors a été relevé de son commandement, a affirmé l'admiral John Harvey dans une déclaration.

"J'ai perdu confiance dans sa capacité à commander efficacement", a-t-il expliqué, faisant état du "profond manque de jugement et de professionnalisme" dont a fait preuve le capitaine Honors.

A l'époque commandant en second du porte-avions, le capitaine Honors animait en 2006 et 2007 l'émission "XO Movie Night" diffusée en moyenne une fois par semaine sur le circuit de télévision interne du navire afin de divertir l'équipage.

Les sketchs diffusés montraient des aviatrices prenant leur douche ensemble ou encore des scènes de simulation de masturbation. Le capitaine Honors, animateur de l'émission, multipliait pour sa part grossièretés, blagues sexistes ou homophobes. Dans une des vidéos, cet ancien pilote de chasseur F-14 se moquait des officiers de surface, les traitant de "pédés".

L'émission avait été stoppée en 2007 après des plaintes de marins mais a refait surface lundi quand un journal local, le Virginian-Pilot, a mis en ligne plusieurs vidéos extraites de l'émission, déclenchant une tempête médiatique.

Entre-temps, le capitaine Honors a pris le commandement de l'Enterprise, de ses 6.000 hommes et femmes et quelque 80 avions et hélicoptères.

Si ses états de service en tant que commandant ne sont pas en cause, ses actions en tant que commandant en second "minent sa crédibilité" et donc sa capacité à commander aujourd'hui le navire, selon l'amiral Harvey.

Assigné à des tâches administratives, il doit être remplacé à titre définitif à la tête de l'Enterprise dès mardi après-midi par l'ancien commandant d'un autre porte-avions, l'Eisenhower, le capitaine Dee Mewbourne.

L'Enterprise doit être prochainement déployé dans l'océan Indien pour soutenir les opérations en Afghanistan.

Cette polémique intervient deux semaines après le vote historique d'une loi abolissant le tabou homosexuel dans l'armée vieux de 17 ans.

Plusieurs groupes militant pour les droits des homosexuels ont dénoncé les agissements du capitaine Honors, qui s'est comporté comme le "président d'une confrérie étudiante plutôt qu'en commandant en second de l'USS Enterprise", selon Aubry Sarvis, responsable de l'un de ces groupes, le Réseau de défense légale des membres des forces armées.

Mais le capitaine Honors compte également des soutiens: sur Facebook, une page intitulée "Nous soutenons le capitaine Honors" comptait plus de 10.200 membres mardi après-midi.

L'enquête de la Marine se poursuit, notamment afin de déterminer quelles actions ont été prises ou pas par d'autres officiers de haut rang lors de l'arrêt de l'émission en 2007, selon l'amiral Harvey.

Il n'est pas rare qu'un officier soit relevé de son commandement dans la Marine américaine: 17 officiers l'ont été en 2010, dont 11 pour des problèmes de conduite personnelle, selon le journal Navy Times. Mais ce type de mesure frappe rarement le commandant d'un des 11 porte-avions américains.

Première publication : 04/01/2011

  • ÉTATS-UNIS

    Barack Obama promulgue l'abolition de la loi "Don't ask, don't tell"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)