Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle algérienne: Abdelaziz Bouteflika vote en fauteuil roulant

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bouteflika dans un fauteuil

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Un scrutin sans suspense s'achève sur fond de violence en Algérie

    En savoir plus

  • À Genève, un accord commun conclu pour une issue à la crise ukrainienne

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • L'écrivain de génie Gabriel Garcia Marquez s'est éteint à 87 ans

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

Amériques

Le commandant du plus grand porte-avions du monde limogé pour son humour douteux

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/01/2011

Grossièretés sexistes et homophobes... Les vidéos que le capitaine du porte-avions "Enterprise", Owen Honors, concoctait chaque semaine pour son équipage n'était pas du goût de tous. Mardi, la Navy l'a relevé de son commandement.

AFP - Le pacha du porte-avions américain Enterprise a été relevé mardi de son commandement après s'être retrouvé au centre d'une polémique pour avoir animé une émission à l'humour douteux diffusée sur le navire, a annoncé un responsable de la Marine.

Le capitaine de vaisseau Owen Honors a été relevé de son commandement, a affirmé l'admiral John Harvey dans une déclaration.

"J'ai perdu confiance dans sa capacité à commander efficacement", a-t-il expliqué, faisant état du "profond manque de jugement et de professionnalisme" dont a fait preuve le capitaine Honors.

A l'époque commandant en second du porte-avions, le capitaine Honors animait en 2006 et 2007 l'émission "XO Movie Night" diffusée en moyenne une fois par semaine sur le circuit de télévision interne du navire afin de divertir l'équipage.

Les sketchs diffusés montraient des aviatrices prenant leur douche ensemble ou encore des scènes de simulation de masturbation. Le capitaine Honors, animateur de l'émission, multipliait pour sa part grossièretés, blagues sexistes ou homophobes. Dans une des vidéos, cet ancien pilote de chasseur F-14 se moquait des officiers de surface, les traitant de "pédés".

L'émission avait été stoppée en 2007 après des plaintes de marins mais a refait surface lundi quand un journal local, le Virginian-Pilot, a mis en ligne plusieurs vidéos extraites de l'émission, déclenchant une tempête médiatique.

Entre-temps, le capitaine Honors a pris le commandement de l'Enterprise, de ses 6.000 hommes et femmes et quelque 80 avions et hélicoptères.

Si ses états de service en tant que commandant ne sont pas en cause, ses actions en tant que commandant en second "minent sa crédibilité" et donc sa capacité à commander aujourd'hui le navire, selon l'amiral Harvey.

Assigné à des tâches administratives, il doit être remplacé à titre définitif à la tête de l'Enterprise dès mardi après-midi par l'ancien commandant d'un autre porte-avions, l'Eisenhower, le capitaine Dee Mewbourne.

L'Enterprise doit être prochainement déployé dans l'océan Indien pour soutenir les opérations en Afghanistan.

Cette polémique intervient deux semaines après le vote historique d'une loi abolissant le tabou homosexuel dans l'armée vieux de 17 ans.

Plusieurs groupes militant pour les droits des homosexuels ont dénoncé les agissements du capitaine Honors, qui s'est comporté comme le "président d'une confrérie étudiante plutôt qu'en commandant en second de l'USS Enterprise", selon Aubry Sarvis, responsable de l'un de ces groupes, le Réseau de défense légale des membres des forces armées.

Mais le capitaine Honors compte également des soutiens: sur Facebook, une page intitulée "Nous soutenons le capitaine Honors" comptait plus de 10.200 membres mardi après-midi.

L'enquête de la Marine se poursuit, notamment afin de déterminer quelles actions ont été prises ou pas par d'autres officiers de haut rang lors de l'arrêt de l'émission en 2007, selon l'amiral Harvey.

Il n'est pas rare qu'un officier soit relevé de son commandement dans la Marine américaine: 17 officiers l'ont été en 2010, dont 11 pour des problèmes de conduite personnelle, selon le journal Navy Times. Mais ce type de mesure frappe rarement le commandant d'un des 11 porte-avions américains.

Première publication : 04/01/2011

  • ÉTATS-UNIS

    Barack Obama promulgue l'abolition de la loi "Don't ask, don't tell"

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)