Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DEMAIN À LA UNE

Mali : l'enjeu de la sécurité pour la présidentielle

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Pakistan : des législatives sous haute tension

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Mokobé, le retour gagnant d'un poids lourd du rap français

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Jean-Marc Ferry : "L'Italie n'est pas structurellement xénophobe"

En savoir plus

FOCUS

Après 33 ans au pouvoir, le Cambodgien Hun Sen en passe d'être réélu

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Affaire Benalla : "L'État tétanisé"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Affaire Benalla : "Macron, un silence qui fait du bruit"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

"Ici l'Europe", le best of : fractures et défis dans l'UE

En savoir plus

L'INFO ÉCO

L'automobile perd l'un de ses grands pilotes d'industrie

En savoir plus

Afrique

Ces chefs d'État africains qui ont été contraints à l'exil

Texte par Guillaume LOIRET

Dernière modification : 04/01/2011

Alors que Washington lui a proposé l'exil politique comme porte de sortie, Laurent Gbagbo semble vouloir rester au pouvoir. Revue non exhaustive des chefs d'État africains ayant été conduits, de gré ou de force, à s'expatrier.

"Rien n'empêche le président Gbagbo de partir [...] Nous voulons qu'il parte. S'il veut venir ici, nous envisagerions bien sûr cette possibilité comme un moyen de résoudre la crise actuelle". "Ici", c’est-à-dire aux États-Unis, où Laurent Gbagbo a des parents, installés à Atlanta, dans l'État de Géorgie. 

Cette proposition d’asile politique, émise par un haut responsable américain, n’est pas la première adressée au président ivoirien sortant. D’autres auraient été formulées plus tôt par le Nigeria ou l’Angola. 

Mais pour les accepter, encore faudrait-il que Laurent Gbagbo se voit confirmer plusieurs garanties : sécurité financière et physique, immunité diplomatique, absence de représailles de la part de son successeur et, éventuellement, participation à la vie de la nation ivoirienne. 

Si Laurent Gbagbo accepte de quitter le pouvoir et d’aller couler des jours plus paisibles dans un pays africain, ou en dehors du continent, il ne le fera probablement pas le cœur léger mais au moins pourra-t-il se pencher sur l’histoire politique africaine des 50 dernières années. Elle regorge d’exemples de chefs d’État, élus démocratiquement ou non, conduits de gré ou de force à abandonner le pouvoir et leur pays. Le plus célèbre d’entre eux : le maréchal Mobutu Sese Seko qui, après 32 ans de règne sans partage dans ce qu'il baptisa le Zaïre (aujourd'hui République démocratique du Congo), choisit de finir sa vie au Maroc en 1997.

Première publication : 04/01/2011

  • CÔTE D'IVOIRE

    Soro : "Après cette mission de la Cédéao, il ne restera que l'option militaire"

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Ouattara sonne la fin des discussions et exhorte Gbagbo de quitter le pouvoir

    En savoir plus

  • CÔTE D’IVOIRE

    Charles Blé Goudé, ministre et très influent "général de la jeunesse"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)