Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"La confiance en peau de chagrin"

En savoir plus

SUR LE NET

Wikileaks dénonce les États utilisant des logiciels espions

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

"La grève à Air France doit s'arrêter"

En savoir plus

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Zinedine Zidane se verrait bien un jour sélectionneur des Bleus

    En savoir plus

  • Un obus tiré de Gaza vers Israël, le premier depuis la trêve

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco s'impose, le Real cartonne

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Didier Guillaume : "Le Medef se comporte très mal"

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

Asie - pacifique

Le gouverneur Salman Taseer, critique acharné de l'islamisme

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/01/2011

Assassiné par l'un de ses gardes du corps à Islamabad, le gouverneur de la province du Pendjab et figure de proue du parti du président pakistanais Asif Ali Zardari critiquait régulièrement les partis et organisations religieuses de son pays.

AFP - Le gouverneur de la province pakistanaise du Pendjab, Salman Taseer, tué mardi par un de ses gardes près de son domicile d'Islamabad, était un polémiste et un critique acharné de l'islamisme, une posture qui a peut-être fini par lui coûter la vie.

Selon le ministre de l'Intérieur Rehman Malik, M. Taseer, une des figures du parti du peuple pakistanais (PPP) du président Asif Ali Zardari, a été abattu en raison de son opposition à la loi sur le blasphème défendue par de nombreux partis et organisations religieux.

M. Taseer critiquait régulièrement les talibans et autres organisations islamistes. Diffusant ses opinions tranchées via des réseaux sociaux comme Twitter, il accusait également l'opposition d'avoir échoué face au terrorisme.

L'homme d'affaires devenu politicien était un vétéran de l'assemblée provinciale du Pendjab (centre) et fut un allié de l'ancien Premier ministre Benazir Bhutto, assassinée fin 2007 dans un attentat attribué aux talibans.

Ministre de l'Industrie sous l'ancien régime militaire du président Pervez Musharraf entre 2007 et 2008, il fut ensuite nommé cette année là gouverneur du Pendjab (centre) par la coalition menée par le PPP.

Ce père de six enfants a grandi au sein de l'élite intellectuelle du pays et été à l'école à Lahore, capitale du Pendjab, avec Nawaz Sharif, leader du Parti de la Ligue musulmane PML-N, qui après avoir été Premier ministre deviendra son principal opposant dans la province.

Salman Taseer a ensuite étudié en Grande-Bretagne où, selon son site internet personnel, il s'est initié à la littérature marxiste.

Il fut emprisonné à Lahore pour raisons politique par le régime de fer du général Zia-ul-Haq, promoteur de l'islamisation du pays à la fin des années 1970 et dans les années 1980.

Il devint par la suite un homme d'affaires à succès, successivement expert-comptable, directeur de cabinets de consultants et de courtage puis investisseur dans les télécoms, les médias, les assurances et l'immobilier, avant d'entrer en politique.

Marié deux fois, il passait la majeure partie de son temps à Lahore, capitale culturelle du pays.

Première publication : 04/01/2011

  • PAKISTAN

    Le gouverneur du Pendjab assassiné par son garde du corps

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)