Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

Amériques

Les républicains prennent position au Congrès

Vidéo par Karim YAHIAOUI

Texte par Joseph BAMAT

Dernière modification : 06/01/2011

Victorieux lors des élections de mi-mandat, les républicains ont officiellement pris le contrôle de la Chambre des représentants. Ils ne cachent leurs ambitions : réduire les dépenses publics, et préparer la présidentielle de 2012.

Le 112e Congrès américain issu des élections de mi-mandat du mois de novembre dernier entame ses travaux ce mercredi. Le camp républicain, vainqueur du scrutin, a  officiellement pris le contrôle de la Chambre des représentants, à la tête de laquelle il a élu John Boehner. Désireux de prouver aux Américains qu’ils peuvent gouverner, les adversaires du président démocrate Barack Obama vont devoir relever plusieurs défis.

Au cours des deux dernières années, la Maison Blanche a réussi à imposer son agenda et ses réformes politiques malgré l'acharnement de l'opposition républicaine, minoritaire au Congrès. Mais a donne a changé depuis les "mid-term". Forte d’une Chambre désormais sous son contrôle, l’opposition a réaffirmé, sans surprise, sa volonté de contrecarrer sans relâche la politique de l’administration Obama.

John Boehner prend les commandes de la Chambre des représentants

Les observateurs redoutent déjà des bisbilles

La bataille s'annonce donc rude entre les deux camps. D'autant plus que le Sénat reste aux mains des démocrates - même si leur majorité a été entamée (53 démocrates contre 47 républicains). En dernier recours, et pour compliquer la donne, le président peut quant à lui utiliser son droit de veto. Cela étant, les deux camps ont publiquement réaffirmé leur volonté de ne pas nuire, au travers de leurs actions, à la reprise de l'économie américaine.

Mais les observateurs restent sceptiques. "Les républicains et les démocrates disent qu’ils sont prêts à travailler ensemble", explique Stephen Ekovich, professeur de Sciences politiques à l’Université américaine de Paris. Mais cette volonté de coopérer "ne s’exercera que lorsque chaque camp y trouvera un intérêt" et "dans la mesure où l’opinion publique les suivra dans ce sens", poursuit-il.

Alors que l'économie du pays reste plombée par une dette publique abyssale et un taux de chômage de 10%, les Américains attendent des résultats concrets de la part de leurs élus. Dans ce contexte, les premiers débats à la Chambre devraient porter sur des questions économiques, telles que les dépenses publiques fédérales et la fiscalité, deux sujets sur lesquels les deux camps sont en total désaccord. Les élus républicains ont d’ors et déjà promis une coupe drastique des dépenses publiques d'un montant de 100 millions de dollars, en 2011. D'ailleurs, ce mardi, le républicain Eric Cantor, qui s'apprête à prendre ses fonctions de chef de la majorité à la Chambre, a assuré à la presse que son parti proposerait chaque semaine un projet de loi de réduction des dépenses.

En finir avec la réforme du système de santé

Le "Grand Old Party" a également sonné la charge contre la loi sur la couverture maladie, une des mesures phares de l’administration Obama. Très controversée, cette réforme, promulguée en mars dernier, reste la cible privilégiée de l’opposition. Les élus républicains de la Chambre des représentants entendent organiser rapidement, le 12 janvier prochain, un vote pour l’abroger.

Même si cette initiative risque de se heurter à l'opposition du Sénat, elle donne déjà la mesure de l’esprit combatif des républicains. Selon Stephen Ekovich, l’opposition systématique contre la politique d’Obama a porté ses fruits d’un point de vue électoral en novembre. Mais le maintien d’une telle stratégie pourrait à long terme déplaire aux électeurs.

Un horizon politique focalisé sur la présidentielle de 2012

Sur le plan interne, les républicains doivent se pencher sur le cas du mouvement ultra-conservateur Tea Party. Ce dernier a propulsé sur le devant de la scène politique américaine plusieurs candidats peu connus et parfois fantasques. "Le camp républicain doit parvenir à intégrer ce mouvement sans faire basculer le parti vers l’extrême-droite. Car pour gagner l’élection présidentielle américaine, il vaut mieux avoir des indépendants qui gravitent au centre de l’échiquier politique américain", poursuit Stephen Ekovich.

L’un des principaux enjeux politiques de l’année 2011 consistera donc pour les républicains à trouver un équilibre entre l'enthousiasme né de leur victoire électorale et une stratégie d’opposition calculée. Et ce, dans le but de faire émerger un leader présidentiable capable de défier Barack Obama en 2012. Quelques noms circulent déjà, dont celui de la superstar du Tea Party, Sarah Palin. Encore faut-il que les républicains prouvent aux électeurs qu’ils peuvent faire autre chose que s’opposer systématiquement au président démocrate.

Première publication : 05/01/2011

  • ÉTATS-UNIS

    Le budget de l'armée et l'assurance-maladie dans la ligne de mire des républicains

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Les républicains s'apprêtent à livrer bataille contre Obama au Congrès

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Barack Obama promulgue l'abolition de la loi "Don't ask, don't tell"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)