Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Père Noël habite en Chine"

En savoir plus

FRANCE

L'ex-rebelle hutu rwandais Mbarushimana devrait être remis à la CPI "d'ici à fin janvier"

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/01/2011

Accusé de crimes de guerre et contre l'humanité dans l'est de la RD Congo en 2009, Callixte Mbarushimana pourrait être remis à la Cour pénale internationale (CPI) d'ici la fin janvier. Mardi, la Cour de cassation a validé son transfert à La Haye.

AFP - Le Rwandais hutu Callixte Mbarushimana, qui fait l'objet d'un mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale pour son rôle présumé dans des crimes de guerre et contre l'humanité commis dans l'est du Congo en 2009, devrait être remis à la CPI à La Haye "d'ici à fin janvier", a-t-on appris mercredi auprès de celle-ci.

"La loi française prévoit que le transfert doit intervenir sous un mois après la décision de justice, nous pouvons donc envisager un transfert d'ici à fin janvier", a indiqué à l'AFP un membre du bureau du procureur de la CPI.

La Cour de cassation de Paris avait rejeté mardi soir les deux pourvois déposés par M. Mbarushimana, 47 ans, qui vit en France depuis 2002 et qui s'opposait à son maintien en détention et à sa remise à la CPI.

Les modalités du transfèrement du secrétaire exécutif des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), arrêté le 11 octobre 2010 à Paris, vont être discutées entre le greffe de la CPI et les autorités françaises, selon la même source.

A son arrivée à La Haye, M. Mbarushimana participera à une audience de première comparution au cours de laquelle les juges de la CPI lui notifieront le mandat d'arrêt dont il fait l'objet. Il sera ensuite écroué au centre de détention de Scheveningen, dans la banlieue de La Haye.

La CPI, qui avait délivré à son encontre un mandat d'arrêt sous scellés, le soupçonne de cinq chefs de crimes contre l'humanité et de six chefs de crimes de guerre, notamment de meurtres, viols et tortures commis en 2009 en République démocratique du Congo pendant des opérations militaires lancées contre les FDLR par les armées congolaise et rwandaise.

M. Mbarushimana a par ailleurs été mis en examen en France le 21 décembre 2010 pour crimes contre l'humanité pour son rôle dans le génocide au Rwanda en 1994 au cours duquel environ 800.000 Tutsi et Hutu modérés avaient été tués, selon l'ONU.

Première publication : 05/01/2011

  • FRANCE

    La Cour de cassation valide le transfert du Rwandais Mbarushimana à la CPI

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le rebelle hutu rwandais Callixte Mbarushimana mis en examen pour génocide

    En savoir plus

  • RD CONGO

    "L’ONU fait des rapports depuis 15 ans, mais les atrocités se répètent"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)