Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

Afrique

Le vendeur ambulant de Sidi Bouzid est décédé

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 23/10/2014

Le jeune qui s’était immolé par le feu le 17 décembre après s’être fait confisquer sa marchandise par la police a succombé à ses blessures ce mercredi. Il est la quatrième victime du conflit social qui avait démarré après son geste.

Mohamed Bouazizi va-t-il être érigé en martyr ? Le jeune vendeur de fruits et de légumes ambulant de 26 ans est décédé ce mercredi des suites de ses blessures. Le 17 décembre dernier, il avait tenté de s’immoler par le feu devant la préfecture de Sidi Bouzid, dans le centre-ouest de la Tunisie. La police venait de lui confisquer sa marchandise, arguant qu’il n’avait pas les autorisations nécessaires pour les vendre.

Le geste de ce jeune diplômé, qui ne trouvait pas de travail, a été le point de départ d’une série de manifestations de jeunes se trouvant dans le même cas. Dans un pays où l’information est strictement contrôlée, ce sont grâce aux réseaux sociaux que ces rassemblements se sont organisés.

Plusieurs de ces manifestations ont dégénéré en affrontements avec la police. Trois personnes ont trouvé la mort ces deux dernières semaines. Mohamed Bouazizi est aujourd’hui la quatrième victime du conflit social qui secoue le pays.

Rassemblements de soutien dans le reste du monde

Le 22 décembre, un autre jeune chômeur de Sidi Bouzid, Houcine Néji, s’était suicidé en se jetant du haut d’un pylône électrique. Le même jour, un jeune diplômé de 18 ans était tombé sous les balles des forces de l’ordre dans la ville voisine de Menzel Bouzaïane. La police avait également ouvert le feu sur un ingénieur qui est décédé des suites de ses blessures quelques jours plus tard.

Pour tenter de calmer le jeu, le président Ben Ali s'était rendu au chevet de Mohamed Bouazizi, dans un hôpital près de Tunis, le 28 décembre. Avant de procéder, le lendemain, au remaniement partiel de son gouvernement en remplaçant son ministre de la Communication, Oussama Romdhani, tout en dénonçant une "instrumentalisation politique" comme étant à l’origine des troubles sociaux.

Les funérailles de Mohamed Bouazizi devraient avoir lieu à Sidi Bouzid ce mercredi. Elles devraient donner une tout autre dimension aux manifestations prévues demain - mais planifiées avant la mort du jeune vendeur ambulant - dans plusieurs villes européennes, ainsi qu’au Canada et en Algérie. Quant à la Tunisie, si aucun rassemblement n’est pour le moment à signaler, cette annonce ne devrait pas freiner la vague de contestation.
 

Réaction d'une avocate, membre du comité de soutien de Sidi Bouzid

Première publication : 05/01/2011

COMMENTAIRE(S)