Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

Afrique

Les manifestations contre la cherté de la vie ont frappé plusieurs villes

Vidéo par Kamel Zait

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/01/2011

Tout a commencé mercredi soir dans le quartier de Bab-el-Oued. Les émeutes lancées par des groupes de jeunes en colère contre leurs conditions de vie se sont étendues jeudi soir à plusieurs quartiers d'Alger et, au-delà, à d'autres villes du pays.

AFP - Les émeutes lancées en Algérie par des groupes de jeunes contre la cherté de la vie se sont étendues jeudi soir et ont gagné en violence sans qu'il ait été fait état de victime, selon de nombreux témoins et la presse.

De nombreux quartiers d'Alger ont été touchés par les émeutes jeudi dans le centre et la périphérie, amenant nombre de commerces à baisser leurs rideaux dès le début de l'après-midi et le centre-ville était vide de voitures en début de soirée mais bondé de jeunes gens.

Le quartier huppé d'El Biar situé sur les hauteurs a été pris d'assaut par une quarantaine de jeunes armés de sabres qui se sont attaqués à de nombreuses boutiques en début de soirée, ont constaté des journalistes.

Ils ont saccagé un restaurant et vidé une bijouterie en emportant un important butin selon les habitants du quartier, avant de se retrouver encerclés par les forces de sécurité.

Le quartier populaire de Bab el Oued connaissait pour la seconde nuit consécutive d'importantes manifestations. La police lourdement armée et venue en nombre dès la fin de l'après-midi dans cette zone très densément peuplée, a dû faire usage de canons à eau et de gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants, selon un témoin.

En début de soirée dans ce quartier traditionnellement à la pointe des manifestations, de petits groupes s'étaient positionnés en de nombreux endroits faisant face à des policiers munis de matraques ou d'armes automatiques, selon une journaliste de l'AFP. Mais en milieu de soirée, aucun coup de feu n'avait été entendu.

A l'est d'Alger, en direction de l'aéroport, des abris de tramway encore en construction ont été saccagés.

Dans le quartier dit des Bananiers, lors d'un face-à-face avec la police, des manifestants lançaient des pierres contre les policiers pour les empêcher de traverser un pont. Ces policiers devaient, selon les dires de l'un d'eux à l'AFP, aller prêter main-forte à leurs collègues qui défendaient des commerces tout proches contre les saccages.


Dans le quartier est de Belcourt, une zone pauvre aux maisons à moitié détruites et très densément peuplée, des pneus brûlaient dans des rues bondées où peu de voitures s'aventuraient, selon l'AFP.

Un peu plus haut sur les collines, un témoin a raconté avoir vu un second garage Renault incendié, tout comme celui, mercredi soir situé à Bab el Oued.

Le site du consulat de France a recommandé dans la soirée la plus grande vigilance à ses quelques 23.000 ressortissants de la wilaya d'Alger.

En Kabylie, à Bejaïa, à quelque 260 km à l'est d'Alger, tout comme à Boumerdes, plus proche de la capitale, les manifestants avaient dès l'après-midi coupé les routes principales avec des arbres notamment ou des pneus enflammés. Selon un témoin, le tribunal d'Akbou, près de Bejaia a été incendié en fin de journée.

Un peu plus loin vers la frontière tunisienne à Annaba, un correspondant de l'AFP a fait état de renforcements conséquents des forces de sécurité surtout autour des bureaux de la wilaya (département) mais la situation était calme.

En revanche, la contestation a gagné plusieurs quartiers populaires de Constantine, la grande métropole de l'est algériens, en début de soirée, où des manifestants ont coupé plusieurs routes avec des pneus en feu, a indiqué à l'AFP un habitant de cette ville.

Première publication : 07/01/2011

  • SUR LES OBSERVATEURS

    Les raisons de la révolte à Bab-el-Oued

    En savoir plus

  • ALGÉRIE

    Bab-el-Oued s'enflamme contre la flambée des prix

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)