Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après le 17, le 18"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

France : les prestations sociales gelées jusqu'en octobre 2015

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après moi, le déluge"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Algérie: élection sous tension

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Veille de scrutin en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 2)

En savoir plus

  • En direct : le président sortant Bouteflika a voté en fauteuil roulant

    En savoir plus

  • Nigeria : confusion autour du sort des 129 lycéennes enlevées par des islamistes

    En savoir plus

  • Crise ukrainienne : Poutine s'adresse aux Russes, les diplomates réunis à Genève

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

  • L'aviation jordanienne détruit plusieurs véhicules blindés venant de Syrie

    En savoir plus

  • Crimes de guerre en Syrie : la France veut faire saisir la CPI

    En savoir plus

  • Anelka affirme ne pas avoir accepté l’offre du club brésilien

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

  • Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

Afrique

Le mouvement de révolte des jeunes Algériens ne cesse de s'étendre

©

Vidéo par Antoine MARIOTTI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/01/2011

Le mouvement de protestation contre la vie chère lancé mercredi par de jeunes Algériens dans la capitale s'est propagé vendredi à sa banlieue et à d'autres villes du pays. Un Conseil ministériel sur la flambée des prix doit se tenir ce samedi.

Alger, sa banlieue, Oran, Annaba, Tébessa, Tizi Ouzou... Le mouvement de protestation contre la vie chère qui agite l'Algérie s'est propagé vendredi de quartier en quartier et de ville en ville. Les manifestants, essentiellement des jeunes, entendent notamment dénoncer la hausse brutale du prix des produits de base. Le ministre du Commerce, Mustapha Benbada, a d'ailleurs annoncé qu'un conseil interministériel se tiendrait ce samedi pour discuter des moyens de juguler cette flambée des prix.

Dans une première réaction officielle, le ministre algérien de la Jeunesse et des Sports, Hachemi Djiar, a lui appelé les manifestants à un "dialogue pacifique". La violence "n'a jamais donné de résultats, ni en Algérie ni ailleurs, et cela nos jeunes le savent", a-t-il déclaré. "Ils doivent comprendre qu'ils n'ont pas de pays de rechange. Les carences décriées peuvent être résolues de façon pacifique et avec un peu de patience".

Routes barrées, jets de pierres, saccages

De nombreuses régions d'Algérie sont depuis mercredi le théâtre de manifestations, souvent violentes, qui voient s'affronter jeunes et forces de l'ordre. "Cette nuit s'annonce très chaude, indiquait Kamal Zait, correspondant de FRANCE 24 à Alger à 21h30, heure de Paris. Des émeutes ont repris dans le quartier de Bab el-Oued, à Alger. Plusieurs coups de feu de sommation ont été tirés et la plupart des Algérois ont regagné rapidement leur domicile. Un climat de peur règne dans les rues."

Les affrontements entre jeunes manifestants et forces de l'ordre se sont déclenchés en début d'après-midi, après deux nuits d'émeutes. "Depuis jeudi, des rumeurs circulaient sur le fait que ce vendredi, premier jour du week-end, serait la journée de la colère, raconte Kamal Zait. Il n'y a finalement pas eu de grandes émeutes, mais juste après la grande prière, des routes ont été barrées dans le quartier de Belcourt [un quartier populaire d'Alger, ndlr]. Des jeunes en colère ont jeté des pierres sur les policiers."

Kamal Zait, correspondant à Alger (21h)

Les forces de l'ordre ont fait usage de gaz lacrymogènes et de canons à eau pour disperser les manifestants. "On parle de dizaines de blessés par les policiers et les dégâts matériels sont très importants, ajoute le correspondant de FRANCE 24. Il y a des saccages et des pillages de biens publics et privés."

Des affrontements ont également éclaté à Annaba, dans la banlieue d'Alger. En milieu d'après-midi, des centaines de jeunes ont attaqué des policiers en leur jetant des pierres. Ces échauffourées se sont ensuite étendues à la cité voisine des Lauriers-Roses. Des quartiers de la ville d'Oran, dans l'ouest du pays, de Tébessa, à la frontière tunisienne, ou encore de Tizi Ouzou, en Kabylie, ont également été le théâtre d'incidents.

Un pays riche avec un peuple pauvre

Dans un pays où 70 % de la population a moins de 30 ans et où 20 % des jeunes sont chômeurs, les manifestants entendent dénoncer leurs mauvaises conditions de vie et la flambée des prix des denrées de base - jusqu'à 30 % depuis le 1er janvier.

Le mouvement de protestation contre la vie chère touche de plus en plus de villes algériennes.

"Ce mouvement de protestation n'est pas encadré par des partis politiques ou des syndicats, même si des islamistes ont tenté de récupérer ces évènements, affirme à FRANCE 24 Fayçal Metaoui, rédacteur en chef du quotidien El Watan. Le pouvoir d'achat des Algériens est très bas ; l'Algérie a le paradoxe d'être un pays riche avec un peuple pauvre. Et la jeunesse n'obtient pas de réponse claire à ses demandes."

"L'Algérie est un pays où les comportements d'émeutes et de violences sont assez fréquents depuis près d'un an et demi, à la différence de la Tunisie où le mouvement de contestation actuelle [provoqué par l'immolation d'un jeune chômeur, Mohamed Bouazizi, ndlr] est une surprise", précise sur FRANCE 24 Zyad Limam, directeur d'Afrique Magazine.

Pour minimiser le risque d'une contagion des émeutes, la Ligue nationale de football a reporté tous les matchs programmés ce week-end. L'envoi de messages a également été bloqué sur tous les réseaux de téléphone mobile, pour éviter qu'informations et rumeurs ne se propagent, assure notre correspondant Kamal Zait.

 

Première publication : 07/01/2011

  • ALGÉRIE

    Les manifestations contre la cherté de la vie ont frappé plusieurs villes

    En savoir plus

  • SUR LES OBSERVATEURS

    Les raisons de la révolte à Bab-el-Oued

    En savoir plus

  • ALGÉRIE

    Bab-el-Oued s'enflamme contre la flambée des prix

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)