Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Mort d'un patron baroque"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Christophe de Margerie, entre hommages et polémiques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France - Allemagne : vers un accord sur l'investissement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

Economie

La guerre contre l’iPad est lancée

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 07/01/2011

Apple et son dernier gadget sont dans la ligne de mire de tous les constructeurs majeurs présents au Consumer electronic show de Las Vegas. Toutes les nouvelles tablettes tactiles annoncées misent sur les imperfections de l’iPad.

Au Consumer electronic show (CES), les absents ont toujours tort. Du moins, c’est ce que veulent faire croire les Toshiba, LG et autre Microsoft. Leur cible : Apple et son iPad. Le constructeur américain préfère organiser ses propres shows pour annoncer ses dernières trouvailles et ne se déplace jamais au salon de Las Vegas.

Cette année, la tablette tactile popularisée par Apple est de toutes les annonces majeures. Sans la citer nommément, les concurrents de la marque à la pomme se sont efforcés de dévoiler des produits plus complets que l’iPad. Petit tour d’horizon des points faibles de la tablette d’Apple exploités par l’armada de constructeurs présents à Las Vegas.

Pas de flash : Steve Jobs ne veut pas de cette technologie sur ses joujous. Pourtant plus de 90 % des sites internet actuels utilisent flash. Du coup, la navigation internet est loin d’être parfaite sur l’iPad. RIM, l’inventeur canadien des BlackBerry l’a bien compris. Sa tablette, la PlayBook, met en avant l’intégration de flash. "Si vous voulez jouer à FarmVille ou Mafia Wars, ne cherchez plus, notre tablette est faite pour vous", expliquent les représentants de RIM sur leur stand au CES. Ces fameux jeux en ligne sur Facebook (plus de 200 millions d’utilisateurs) ne fonctionnent en effet qu’avec flash.

Une connectivité imparfaite : L’iPad a beau être facile d'utilisation, on ne peut pas y brancher grand chose. La tablette tactile d’Apple n’a pas de port USB ni d’emplacement pour une carte mémoire. La dizaine de nouveaux concurrents de l’iPad veut combler ce manque. La Galapagos de Sharp, les nouvelles tablettes fonctionnant sous Windows 7 de Microsoft, ou celle annoncée par Toshiba lors de ce salon peuvent toutes se brancher à un ordinateur grâce à un port USB et acceptent les cartes mémoire des appareils photos ou des caméscopes.

Pas de caméra et d’appareil photo : Impossible de prendre des photos ou de faire des vidéoconférences sur l’iPad. La tablette d’Apple n’est pas équipée pour ça. Une aubaine pour les autres constructeurs. Le CES 2011 a été l’occasion de constater que les tablettes tactiles peuvent très bien servir à capturer des photos ou faire des chats vidéos. La G-Slate de LG ou encore la DBest du constructeurs britannique MKV proposent ces fonctionnalités. Ces tablettes sont même généralement équipées de deux caméras, une à l’arrière pour prendre des photos et une à l’avant pour les vidéoconférences.

Le CES 2011 a donc été l’occasion pour les constructeurs de mettre à mal l’iPad en le faisant passer comme un objet déjà obsolète. Mais la riposte d’Apple ne devrait pas tarder. Le géant américain est censé dévoiler un nouveau modèle de sa tablette tactile avant le printemps 2011.

Première publication : 07/01/2011

COMMENTAIRE(S)