Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Abdou Diouf salue la transition démocratique au Burkina Faso

En savoir plus

REPORTERS

France : le FN à l’épreuve du terrain

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Le nucléaire iranien et Jérusalem sous tension après l’attaque contre une synagogue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Les filières jihadistes en France

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Jihadistes français : les proches sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Neutralité : il faut sauver le soldat Internet

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Urgence sécheresse

En savoir plus

#ActuElles

En finir avec les violences faites aux femmes

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : le président Ouattara exige des militaires un retour au calme

En savoir plus

Amériques

"L'argent de la reconstruction n'arrive pas au gouvernement haïtien"

Vidéo par Philippe LEVASSEUR , Lise THOMAS-RICHARD

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/01/2011

Où est passé l’argent de la communauté internationale ? Un an après le tremblement de terre du 12 janvier, c’est la question que tous les Haïtiens ont sur les lèvres. Dans la capitale Port-au-Prince, le chantier de la reconstruction reste immense.

Ce devait être une ville modèle, l'incarnation d’un nouvel Haïti. Un an après le violent séisme qui a ravagé le pays, Camp Corail est au contraire le symbole d’une reconstruction en berne. Dans les mois qui ont suivi la catastrophe, les autorités ont incité des milliers d’habitants à venir s'installer sur ce terrain, situé à une vingtaine de kilomètres de la capitale, Port-au-Prince. La promesse d’un abri en dur a vite convaincu ceux qui avaient tout perdu. Aujourd'hui, quelque 10 000 familles vivent toujours sous des tentes, sans électricité, dans ce coin de désert aride battu par les vents.

"Ils m’ont installée ici en me promettant que j’allais avoir une vie meilleure et que j'aurai une vraie maison, accuse Agathe Jean, une habitante de Camp Corail. Mais on vit sous des tentes et il n’y a rien à manger. Ils nous ont menti !"

Haïti - webdocumentaire

"L'argent n'arrive pas"

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM), qui gère ce camp, a reçu 30 millions de dollars de la communauté internationale dans les jours qui ont suivi le tremblement de terre. Elle affirme que si les travaux ont pris du retard, c’est parce que les autorités n’ont jamais délivré les permis de construire.

Et Camp Corail n’est pas un cas isolé : dans la capitale, à peine 10 % des débris ont été déblayés. Le ministère des Finances, par exemple, est dans le même état qu’au lendemain du séisme.

Face aux critiques, le Premier ministre haïtien, Jean-Max Bellerive, met en cause la communauté internationale. Les dons, assure-t-il, ne sont pas à la hauteur des promesses… "L’argent de la reconstruction, où est-il ? En tout cas, pas dans notre poche, ça c’est sûr, déclare-t-il. Le gouvernement et les institutions haïtiennes sont souvent accusés de corruption. Mais pour être corrompu, il faut être deux. Et l’argent n’arrive pas au gouvernement haïtien, il est directement affecté à des projets."

"Le plus important, c’est que cet argent n’arrive pas en Haïti, poursuit-il. À peine 20 % de l’argent promis à Haïti pour cette période a été versé."

Manque de confiance

Selon l'ONU, les donateurs avaient versé fin novembre 42 % des 2,12 milliards de dollars promis pour le relèvement d'Haïti en 2010. Lors de la conférence du 31 mars à New York, la communauté internationale s'était engagée à verser près de 10 milliards de dollars au cours des prochaines années.

Autre difficulté, les deux parties à la tête du Comité intérimaire pour la reconstruction d'Haïti (CIRH), co-présidé par Jean-Max Bellerive et l'ancien président américain Bill Clinton, ne se font pas confiance. Un conflit entre le gouvernement haïtien et la communauté internationale qui, selon l'économiste et opposant Camille Chalmers, bloque la distribution des fonds.

"La dernière réunion a été catastrophique, assure-t-il. Les douze représentants haïtiens ont carrément dit qu’ils étaient complètement marginalisés, qu’ils n’étaient pas au courant des décisions prises ni des critères utilisés pour choisir les projets... L’agence qui devrait dynamiser la reconstruction est totalement paralysée."
 

Première publication : 07/01/2011

  • Haïti : l'animateur radio qui négocie avec les gangs

    En savoir plus

  • HAÏTI

    Pour le président René Préval, son pays est "à un carrefour dangereux"

    En savoir plus

  • FRANCE

    41 des 43 immigrés haïtiens qui étaient bloqués à Roissy remis en liberté

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)