Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Afrique

Des émeutiers tués lors des échauffourées entre policiers et manifestants

Vidéo par Nabia MAKHLOUFI , William EDWARDS

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/01/2011

Un conseil interministériel doit se pencher, ce samedi, sur les émeutes qui ont éclaté dans de nombreuses villes d'Algérie entre jeunes manifestants et policiers. Au moins trois personnes ont été tuées depuis le début des affrontements.

Alors que les affrontements entre jeunes manifestants et policiers se sont multipliés ce vendredi dans plusieurs villes d'Algérie, un conseil interministériel devait se tenir ce samedi pour examiner la situation alarmante dans le pays. Le ministère de l'Intérieur annonce que trois personnes ont été tuées et 400 personnes blessées, dont 300 policiers, au cours des quatre derniers jours.

Un homme est mort vendredi dans la ville de Bou-Ismail, située sur le littoral à 50 km à l’ouest d'Alger, dans la wilaya (préfecture) de Tipaza. Le manifestant, âgé de 32 ans, serait décédé après avoir reçu une grenade lacrymogène en pleine figure, selon une source médicale citée par l’AFP.

À 300 km au sud-est d’Alger, dans la région de M'Sila, un jeune homme de 18 ans a été tué par balle. Selon le quotidien arabophone "El Khabar", la police tentait de repousser des manifestants qui avaient réussi à pénétrer de force à l'intérieur de la poste et de la daira (sous-préfecture) de la localité d’Ain el-Hadjel.

"La police n’avait pas fait usage de balles réelles, jusqu’à maintenant, rapporte Kamal Zait, correspondant de FRANCE 24 à Alger. La nuit dernière a été très agitée. Les jeunes ont encore investi les rues pour protester contre le coût de la vie, le chômage et les problèmes sociaux. La situation est de plus en plus critique, et la police semble dépassée par la tournure que prennent les événements. Certains commencent à réclamer les solutions prévues par la Constitution dans des cas similaires", à savoir l’état d’urgence ou l’état d’exception.

Deux ministres montent au créneau

Les autorités sont sorties de leur silence depuis vendredi, pour tenter de calmer une situation qui dégénère depuis le milieu de la semaine. Le ministre du Commerce, Mustapha Benbada, a promis la tenue ce samedi d’un conseil interministériel destiné à trouver des solutions à la hausse de prix des produits de première nécessité à l'origine de ces émeutes.

"Ce qui est scandaleux, c’est que c’est un conseil qui vient en retard", s’insurge Fodil Boumala, écrivain et journaliste, joint par FRANCE 24. Cela fait plusieurs jours que les émeutes sont là et que le gouvernement est absent. Et aujourd’hui, leur angle d’attaque est faux : ils veulent donner une lecture socio-économique aux protestations. Or la crise est plus profonde que les revendications sociales. Elle est une affaire politique."

De son côté, le ministre de la Jeunesse et des Sports, Hachemi Djiar, a appelé les jeunes manifestants à "dialoguer de façon pacifique et civilisée", à "réfléchir et à voir tout ce qui a été réalisé en Algérie en un laps de temps quand même record". La violence "n'a jamais donné des résultats, ni en Algérie ni ailleurs, et cela nos jeunes le savent", a affirmé le ministre lors d'une visite à Constantine, dans le nord-est du pays. Lors de la grande prière hebdomadaire, plusieurs imams d'Algérie ont également appelé au calme.

Extension du mouvement de protestation

Après deux nuits d'émeutes, les affrontements entre jeunes manifestants et forces de l'ordre ont pris une tournure violente en début d'après-midi vendredi. "Depuis jeudi, des rumeurs circulaient sur le fait que ce vendredi, premier jour du week-end, serait la journée de la colère, raconte Kamal Zait. Il n'y a finalement pas eu de grandes émeutes, mais juste après la grande prière, des routes ont été barrées dans le quartier de Belcourt [un quartier populaire d'Alger, ndlr]. Des jeunes en colère ont jeté des pierres sur les policiers."

Le mouvement de protestation contre la vie chère touche de plus en plus de villes algériennes.

Les forces de l'ordre ont fait usage de gaz lacrymogènes et de canons à eau pour disperser les manifestants algérois. "On parle de dizaines de blessés par les policiers et les dégâts matériels sont très importants, ajoute le correspondant de FRANCE 24. Il y a des saccages et des pillages de biens publics et privés."

Les affrontements ont également éclaté à Annaba, dans la banlieue d'Alger. En milieu d'après-midi, des centaines de jeunes ont attaqué des policiers en leur jetant des pierres. Ces échauffourées se sont ensuite étendues à la cité voisine des Lauriers-Roses.

À Oran, métropole de l'ouest algérien, les affrontements ont repris vendredi après-midi dans le quartier périphérique du Petit-Lac. Mercredi soir, plusieurs édifices avaient été saccagés. Des quartiers de Tébessa, à la frontière tunisienne, de Tizi Ouzou, en Kabylie, de la ville de Béjaïa, à 250 km à l'est d'Alger, ou encore les localités voisines de Tazmalt et Sidi Aïch, ont également vu éclater des émeutes.

Pour minimiser le risque d'une contagion des émeutes, la Ligue nationale de football a reporté tous les matchs programmés ce week-end. L'envoi de messages a également été bloqué sur tous les réseaux de téléphone mobile pour éviter qu'informations et rumeurs ne se propagent, assure notre correspondant Kamal Zait.

Première publication : 08/01/2011

  • ALGÉRIE

    Les manifestations contre la cherté de la vie ont frappé plusieurs villes

    En savoir plus

  • SUR LES OBSERVATEURS

    Les raisons de la révolte à Bab-el-Oued

    En savoir plus

  • ALGÉRIE

    Bab-el-Oued s'enflamme contre la flambée des prix

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)