Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ioannis Kasoulides, ministre chypriote des Affaires étrangères

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève entre dans sa deuxième semaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La revanche de David Cameron"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

SUR LE NET

Le "Blood Bucket Challenge", nouvelle tendance en Ukraine

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates des combats

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Foot européen : le Real cartonne, Manchester United sombre

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

  • Ebola : pourquoi les femmes sont-elles les premières victimes du virus ?

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Ligue 1 : l’OM vire en tête, Paris cale encore

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

Culture

L'Élysée promet un hommage national à Aimé Césaire au Panthéon

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/01/2011

En marge du voyage présidentiel de Nicolas Sarkozy en Martinique, l'Élysée a annoncé qu'un hommage national sera rendu au poète martiniquais Aimé Césaire, mort le 17 avril 2008. Une cérémonie sera organisée au Panthéon, à Paris, au mois d'avril.

AFP - Un hommage national sera rendu en avril au poète martiniquais Aimé Césaire, mort le 17 avril 2008 à 94 ans après avoir consacré sa vie à la poésie et à la politique, a annoncé vendredi l'Elysée, en marge du voyage du Président Sarkozy en Martinique.

L'Elysée a précisé qu'au cours de cette cérémonie une plaque à la mémoire de l'intellectuel et homme politique serait scellée au Panthéon, "marquant ainsi la reconnaissance de la France dans son ensemble".

Quatre jours après son décès, ce militant anti-colonialiste avait eu des obsèques nationales à Fort-de-France, présidées par le chef de l'Etat.

Père du célèbre concept de négritude - la conscience d'être noir -, Aimé Césaire se disait "fondamentalement poète, mais poète engagé" et "nègre, nègre, depuis le fond du ciel immémorial".

Célébré à l'université, à la Comédie-Française, écrasante figure de la société martiniquaise, il a écrit une oeuvre véhémente et revendicative, parfois proche du surréalisme.

Maire de Fort-de-France de 1945 (il n'avait que 32 ans) à 2001, député de 1945 à 1993, président du Conseil régional de Martinique, il avait quitté la présidence du Parti progressiste martiniquais (PPM) en 2005.

Le contraste était frappant entre la flamboyance de son écriture et le style de l'homme-Césaire, sanglé dans un strict complet et portant de grosses lunettes d'écailles.

Ses détracteurs l'appelaient "nègre costume-cravate-latin-grec" et ironisaient sur ses manières très "vieille France". Mais tout le monde le respectait et voyait bien qu'il portait sa terre natale à la semelle de ses souliers.

Né à Basse-Pointe le 25 juin 1913, ce fils surdoué d'un inspecteur des impôts est encouragé aux études par les professeurs du lycée Schoelcher de Fort-de-France.

A Louis-le-Grand, à Paris, il rencontre Léopold Sedar Senghor, le futur président sénégalais. Il rejoint Normale sup et lance, en 1932, la revue "L'Etudiant noir" où, pour la première fois, des écrivains noirs réfutent les modèles littéraires traditionnels.

En 1939, il fait une entrée fracassante en poésie avec "Cahier d'un retour au pays natal", employant, encore une première, le terme de "négritude". C'est, dit-il, "la conscience d'être noir, simple reconnaissance d'un fait qui implique acceptation, prise en charge de son destin de noir, de son histoire et de sa culture". Senghor a assuré que Césaire avait inventé ce mot mais ce dernier préférait parler de "création collective".

Césaire a écrit des pièces comme "La Tragédie du roi Christophe" (1963, sur la décolonisation) ou "Une saison au Congo" (1966, sur Patrice Lumumba), et en poésie, a signé "Les Armes miraculeuses", "Cadastre", "Soleil cou coupé", "Corps perdu" ou "Moi laminaire".

Solidaire du monde noir et de sa révolte contre le colonisateur, Césaire a aussi été polémiste avec son "Discours sur le colonialisme", texte virulent contre l'Occident, juché sur "le plus haut tas de cadavres de l'humanité".

Nombre d'intellectuels africains ou caribéens ont grandi "dans le culte de Senghor et de Césaire", selon les mots du secrétaire général de la Francophonie, Abdou Diouf. Pourtant, aux Antilles, les "fils" turbulents de "Papa Aimé", comme les écrivains Patrick Chamoiseau, Edouard Glissant ou Raphaël Confiant, ont entrepris depuis une douzaine d'années de déboulonner sa statue.

Pour eux, ce n'est plus la "négritude" ou l'Afrique "fantasmée" par Césaire qui est pertinente pour sonder l'identité antillaise mais la "créolité", un métissage des hommes et des cultures.

"Je leur apporte un monde : l'Afrique. Ils m'apportent un monde : la Caraïbe. Vous trouvez que ce sont les mêmes proportions ? La créolité, fort bien, mais ce n'est qu'un département de la négritude", estimait le poète.

Première publication : 08/01/2011

COMMENTAIRE(S)