Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Il est exclu de retrouver des survivants"

    En savoir plus

  • Cisjordanie : un Palestinien tué par l'armée israélienne

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Vol AH5017 d'Air Algérie : Paris n'exclut "aucune hypothèse"

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

Amériques

Quand les Dieux se penchent sur l'épiscopat de la Sainte-Trinité

Texte par Gaëlle LE ROUX

Dernière modification : 10/01/2011

Port-au-Prince cache bien ses merveilles. Il suffit parfois d'un coup de chance ou d'une rencontre fortuite pour qu'un coin de paradis s'offre au visiteur. Petit détour par la cour de l'épiscopat de la Sainte-Trinité.

En arrivant à Port-au-Prince, sur le tarmac de l'aéroport, j'avais échangé quelques mots avec un homme dont le sac contenait un violon. Un musicien français de l'orchestre de Stuttgart qui venait dispenser, une semaine durant, des cours de violoncelle à de jeunes Haïtiens. Quelques jours plus tard, je me suis vaguement rappelé de l'adresse qu'il m'avait alors indiquée : le quartier de l'Église de la Sainte-Trinité. J'y ai traîné mes chaussures poussiéreuses samedi après-midi, un peu par hasard, un peu par curiosité.

J'y ai vécu un moment de grâce. J'aurais pu jurer que toute la sérénité, toute l'harmonie et toute la paix du monde s'étaient donné rendez-vous dans la cour de l'épiscopat de la Sainte-Trinité, où une trentaine de jeunes musiciens ont joué la 7e symphonie de Beethoven, sous la direction du père David César. Un havre de paix en plein cœur de la chaotique capitale haïtienne.

Les instruments n'étaient pas tout à fait accordés, une fausse note fusait de temps en temps et l'ensemble, parfois, s'interrompait après une mesure ratée, mais, qu'importe, la magie opérait. Pendant deux heures, cette cour est devenue un coin de paradis, un endroit élu par les Dieux. Deux petites heures divines volées au tumulte de la ville, loin de la poussière et de la misère.

Malheureusement, les Dieux haïtiens ont le sens de l'équité. Pour un petit coin de paradis, un moment d'enfer. La grâce n'a malheureusement pas touché la discothèque qui jouxte l'hôtel où nous logeons. La nuit, les baffles y crachent du kompas agressif et des reprises douteuses de morceaux déjà peu gracieux dans leur version originale. Les boules Quiès n'y font rien. Je passe donc de Beethoven à "Barbie Girl" remixé façon haïtienne. C'est dur. Il est 2 heures 30 à Port-au-Prince, 8 heures 30 à Paris. La nuit va être longue.
 

Première publication : 09/01/2011

  • CARNET DE ROUTE EN HAÏTI

    Le nouveau visage de Port-au-Prince

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)