Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Afrique

"L'opération militaire est la moins mauvaise solution pour sauver les otages"

Vidéo par Stéphanie DE SILGUY

Texte par Perrine MOUTERDE

Dernière modification : 10/01/2011

Après l'enlèvement et la mort de deux otages français au Niger, la France réaffirme sa "détermination" face au "terrorisme". Paris semble désormais clairement privilégier la force plutôt que la négociation pour faire face aux prises d'otages.

Après l'enlèvement vendredi soir de deux Français à Niamey, au Niger, Paris a lancé samedi une opération militaire conjointe avec les forces nigériennes pour tenter de les libérer et d'intercepter leurs ravisseurs. Les deux otages, Antoine de Léocour et Vincent Delory, ont toutefois été tués. En l'absence de revendication, les autorités françaises privilégient la piste d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), également responsable de l'enlèvement de sept otages, dont cinq Français, mi-septembre au Niger.

En juillet dernier déjà, les forces armées françaises, en collaboration avec les forces mauritaniennes, avaient lancé une opération militaire contre une base d'Al-Qaïda au Mali. 

Selon Jean-Vincent Brisset, directeur de recherche à l'Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS) et ancien général de brigade aérienne, l'intervention militaire est "la moins mauvaise solution" pour faire face aux prises d'otages dans le Sahel. 

 

Jean-Vincent Brisset, directeur de recherche à l'IRIS

France24.com : Peut-on parler d'un changement de stratégie de Paris, qui privilégierait désormais l'affrontement direct avec Aqmi plutôt que la négociation ?

Jean-Vincent Brisset : Depuis l'enlèvement des cinq Français d'Areva et Satom au Niger en septembre, la France s'est vraiment donnée les moyens de réagir. Cela a commencé au moment de l'enlèvement de Michel Germaneau [un humanitaire français enlevé en avril au Niger par Aqmi et décédé en juillet, ndlr], mais la France n'avait pas encore de moyens suffisants. Aujourd'hui, nous disposons de forces spéciales, d'avions pour la détection, d'hélicoptères pour transporter les gens très rapidement et surtout de consignes claires, ce qui manque très souvent aux militaires. La consigne, c'est que si on pense qu'il y a une chance de récupérer les otages, on y va. 

France24.com : Est-ce la bonne solution en cas de prises d'otages ?

Jean-Vincent Brisset : Oui, agir le plus vite possible est une stratégie tout à fait viable. L'expérience montre que si on réagit très vite, on a plus de chances de récupérer les otages vivants que si on attend. 

France24.com : Quelle expérience ? Dans le cas de Michel Germaneau et des deux Français enlevés à Niamey, les opérations militaires se sont soldées par la mort des otages...

Jean-Vincent Brisset : Quand on réussit à récupérer des otages très rapidement, on préfère ne pas le médiatiser et on essaie de ne pas en parler. J'ai un cas en tête, qui se déroulait dans un contexte semblable, mais je ne peux pas vous en dire plus. Ce n'est pas la peine d'en parler ; les preneurs d'otages, eux, sont au courant. Concernant Michel Germaneau d'ailleurs, on ne sait pas bien s'il a été tué à cause de l'opération militaire. Selon certaines théories, il était déjà mort à ce moment-là.

L'intervention militaire est la moins mauvaise des solutions. Les rançons encouragent de nouvelles prises d'otages. D'autant que dans le Sahel, il s'agit très souvent d'enlèvements à deux étages : les otages sont d'abord kidnappés par des mafieux, qui les revendent ensuite à Aqmi. Et Aqmi fait payer des rançons pour pouvoir acheter ces otages. Médiatiser les prises d'otages, en parler tous les jours comme c'est le cas pour les deux journalistes en Afghanistan, augmente le nombre d'otages ainsi que leur valeur, leur prix. D'ailleurs, en France, des rançons ont pu auparavant être payées. 

France24.com : Ne peut-on pas négocier avec Al-Qaïda au Maghreb islamique ?

Jean-Vincent Brisset : Que pourrait-on négocier ? Le fait de libérer des prisonniers, de payer des rançons ou de leur donner des armes ?

France24.com : Nos moyens sont-ils suffisants pour cette stratégie ?

Jean-Vincent Brisset : Les ravisseurs potentiels ne sont que quelques dizaines d'hommes. Nous n'avons donc pas besoin de milliers de soldats, mais plutôt d'hélicoptères, de moyens de communication, de surveillance, d'une bonne coordination du renseignement avec le Mali ou le Niger... ... Ce sont des aspects techniques plus qu'humains, et nous sommes assez au point là-dessus. Ce week-end, nous avons mené une opération impliquant plusieurs pays [les forces spéciales françaises et les forces nigériennes], et notre avion de surveillance Atlantique-2 a réussi à repérer les ravisseurs.

Nous nous sommes donnés les moyens militaires d'intervenir contre Aqmi ; le mieux serait bien sûr de ne pas avoir à les utiliser. Comment ? Étant donnés les revendications et l'extrémisme d'Aqmi, cela passe par une solution très brutale. Il faut que ces hommes ne puissent plus agir. Je ne connais pas de rébellion de ce genre qui ait duré indéfiniment. D'autant plus que la France n'est pas la seule à souhaiter mettre fin aux activités d'Aqmi. En Algérie ou au Maroc, le mouvement a déjà largement perdu du terrain.

  

Première publication : 10/01/2011

  • NIGER

    Paris "assume" l’opération militaire, Juppé se rend à Niamey

    En savoir plus

  • NIGER

    La libération avortée des deux Français comporte des zones d'ombre

    En savoir plus

  • BLOG FRANCE 24

    Aqmi n'a rien à faire au Niger

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)