Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Université d'été du PS : militants désorientés recherchent parti unifié

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

Economie

MySpace n'a plus la cote et met à la porte la moitié de ses employés

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/01/2011

MySpace vient d'annoncer la suppression de 500 postes, soit 47 % de ses effectifs. Le site Internet, ex-star des réseaux sociaux, est victime de la concurrence de Facebook, qui compterait aujourd'hui cinq fois plus d'adeptes.

AFP - Le réseau social sur internet MySpace a annoncé mardi la suppression de 500 postes, soit 47% de ses effectifs, ainsi que la fin de plusieurs partenariats internationaux, suite à son repositionnement comme rendez-vous des amateurs d'actualité culturelle.

"Aujourd'hui MySpace annonce une importante restructuration organisationnelle qui va entraîner une réduction de 47% des effectifs dans toutes les divisions dans le monde et toucher environ 500 personnes", a indiqué le directeur général de MySpace, Mike Jones, dans un communiqué.

"Avec notre récent repositionnement comme destination de divertissement pour la Génération Y (ndlr: les moins de 35 ans), nous avons un objectif beaucoup plus resserré, un produit largement simplifié et une plateforme technologique à jour", a-t-il ajouté.

MySpace, acheté au prix fort en 2005 (580 millions de dollars) par le groupe groupe News Corporation de Rupert Murdoch, s'est depuis lors largement fait dépasser par Facebook, qui compte cinq fois plus d'utilisateurs.

En novembre, le directeur d'exploitation de News Corp, Chase Carey, avait indiqué que le site avait quelques trimestres, et non quelques années, pour prouver sa viabilité. "Nous voulons voir un chiffre d'affaires allant dans la bonne direction et un chemin clairement tracé vers la rentabilité", avait-il dit.

Les licenciements, des "changements durs mais nécessaires, ont été décidés pour donner à la société un chemin clair vers la croissance durable et la rentabilité", a indiqué mardi M. Jones.

"Ces changements sont purement liés à notre activité passée, et ne reflètent en rien la performance du nouveau produit", a-t-il assuré.

M. Jones a fourni plusieurs chiffres encourageants sur la performance du nouveau MySpace: plus de 3,3 millions de nouveaux comptes créés depuis la rénovation du site fin octobre, une augmentation de 4% entre novembre et décembre du nombre de mobinautes utilisant le site sur leur téléphone portable (à 22 millions).

MySpace revendique "plus de 100 millions d'utilisateurs, dont la moitié aux Etats-Unis", où il a une part de marché de 50% parmi les 13-35 ans, et le reste dans une quinzaine de pays.

Le site est devenu plus facile à personnaliser depuis sa refonte, et facilite la synchronisation avec les réseaux sociaux Facebook et Twitter, ainsi que YouTube (groupe Google).

Pour le trimestre clos le 30 septembre, News Corp. avait fait part d'une baisse des recettes de MySpace liées à la recherche et à la publicité. Globalement, la catégorie des "autres activités de News Corp" dans laquelle s'inscrit MySpace avait creusé ses pertes trimestrielles à 156 millions de dollars.

Ces déboires contrastent fortement avec la santé de Facebook dont, selon des sources financières, le chiffre d'affaires annuel pourrait avoisiner 2 milliards de dollars pour un bénéfice d'environ 400 millions de dollars.

Première publication : 11/01/2011

  • MÉDIAS

    Le fondateur de Facebook, homme de l'année 2010 pour le magazine "Time"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)