Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Sommet de l'ONU sur le climat : nouvelle conférence, nouvel élan ?

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État islamique : la coalition passe à l'offensive

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'organisation de l'EI

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : longtemps frileuse, la Turquie prête à s'engager

    En savoir plus

  • Les Français jihadistes présumés sont rentrés de Turquie sans être arrêtés

    En savoir plus

  • Course contre la montre pour retrouver l’otage français en Algérie

    En savoir plus

  • Frappes contre l’EI en Syrie : "Ce n'est pas le combat de l'Amérique seule"

    En savoir plus

  • Arab Bank reconnue coupable d'avoir financé des terroristes

    En savoir plus

  • Emma Watson, féministe engagée et menacée

    En savoir plus

  • Rama Yade : "C'est une guerre entre la civilisation et la barbarie"

    En savoir plus

  • Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

    En savoir plus

  • Poucettes, matraques à pointes : le marché de la torture "made in China"

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol abandonne son projet de loi

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

Afrique

Nicolas Sarkozy reçoit les familles des deux Français tués au Niger

Vidéo par Cyrielle ABEHSERA

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/01/2011

Les familles des deux Français enlevés et tués par leurs ravisseurs samedi au Niger ont été reçues par le président français mardi. Les corps d'Antoine de Léocour et Vincent Delory devraient être rapatriés à Paris mercredi.

Recommandations du Ministère des affaires étrangères

Le ministère des Affaires étrangères demande aux ressortissants français se trouvant en Mauritanie, au Mali et au Niger de "faire preuve, plus que jamais, en tout temps et en tout lieu, de la plus grande vigilance". "Au regard de la menace terroriste qui pèse sur la région, aucun endroit ne peut désormais plus être considéré comme sûr", affirme le ministère des Affaires étrangères sur son site internet.

AFP - Les corps des deux Français enlevés au Niger puis tués par leurs ravisseurs doivent être rapatriés mardi en France, ont indiqué lundi soir des parlementaires à la sortie d'une réunion d'information à Matignon autour de François Fillon.

Leur famille seront reçues ce même jour par le président Nicolas Sarkozy.

La France et le Mali ont accusé lundi Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) d'être derrière l'enlèvement des deux Français tués.

Le président du groupe Nouveau centre (NC) à l'Assemblée, François Sauvadet, et François Loncle, du groupe socialiste, ont indiqué que les corps de Vincent Delory et Antoine De Léocour seraient rapatriés en France "demain", dans l'après-midi selon M. Sauvadet. M. Loncle a précisé qu'ils feraient l'objet d'une autopsie.

La réunion d'une heure trente s'est déroulée en présence de 14 responsables parlementaires -dont les présidents de l'Assemblée et du Sénat Bernard Accoyer et Gérard Larcher- ainsi que du directeur général de la DGSE, Erard Corbin de Mangoux, et du chef d'état-major des armées, l'amiral Edouard Guillaud.

"La question des menaces terroristes sur le territoire français n'a pas été évoquée", a précisé à son terme François Sauvadet. François Loncle a répété que l'heure n'était pas à la polémique. "Très franchement, toute critique serait déplacée", a-t-il indiqué. Il s'est dit rassuré par les propos du Premier ministre selon lesquels l'opération menée au Niger ne constituait pas "un changement de stratégie". "Il n'y aura pas d'opération militaire à chaque fois qu'il y aura une prise d'otage. On raisonnera au cas par cas. Là, en l'occurrence, le gouvernement français a répondu à un appel du Niger".

Par ailleurs, selon le président du groupe socialiste au Sénat, Jean-Pierre Bel, des mesures devraient être prises "dans les jours à venir" pour la sécurité des Français au Sahel. M. Bel ainsi que M. Loncle ont évoqué une redéfinition et un élargissement de la zone de sécurité afin de protéger les Français -salariés, humanitaires ou touristes-, présents dans la région. "Les zones rouge, orange, verte vont être probablement élargies", a affirmé Jean-Pierre Bel.

"Le Premier ministre a indiqué qu'il allait saisir et sensibiliser les tours opérateurs pour éviter l'exposition de nos compatriotes sur des zones qui sont à risque face à une radicalisation évidente du mouvement Aqmi/Al-Qaïda", a pour sa part souligné François Sauvadet.

Dans un communiqué, Matignon a annoncé que les "consignes" données "dans les régions de Niamey et de Bamako" avaient été "renforcées dès aujourd'hui, afin d'appeler nos compatriotes à la plus grande vigilance".

La réunion a également été l'occasion d'évoquer le sort des autres otages. S'agissant des cinq Français qui seraient détenus dans le nord-est du Mali, François Fillon a répété ses "inquiétudes", d'après M. Sauvadet.

ENLEVÉS DANS UN RESTAURANT DE NIAMEY

En revanche, pour les deux journalistes de France 3 Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier, otages depuis plus d'un an en Afghanistan, "j'ai le sentiment qu'il y a plutôt matière à optimisme", a relevé François Loncle. Lundi midi, lors des voeux à la presse, François Fillon s'était dit davantage optimiste pour les deux Français.

Première publication : 11/01/2011

  • NIGER

    "L'opération militaire est la moins mauvaise solution pour sauver les otages"

    En savoir plus

  • NIGER

    La libération avortée des deux Français comporte des zones d'ombre

    En savoir plus

  • NIGER

    Les deux otages français tués, Sarkozy dénonce "un acte barbare et lâche"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)