Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Simon Serfaty, professeur en relations internationales

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile dénonce les incursions russes en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'agneau russe"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le président du Parlement nigérien inquiété dans une affaire de trafic de bébés

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"J'aime les socialistes"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

BCE : la semaine de Mario Draghi ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

SUR LE NET

Transparence de la vie publique : la France rattrape son retard

En savoir plus

SUR LE NET

Guerre d'intimidation : EIIL contre les États-Unis

En savoir plus

  • République centrafricaine : les ravages de la haine

    En savoir plus

  • Embargo russe : les producteurs français redoutent la concurrence polonaise

    En savoir plus

  • Les troupes ukrainiennes abandonnent l'aéroport de Lougansk

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

  • Importante victoire de l’armée irakienne face aux jihadistes de l’EI

    En savoir plus

  • Des manifestants investissent le siège de la télévision d'État à Islamabad

    En savoir plus

  • Ligue 1 : le PSG frappe fort, Bordeaux lève le pied

    En savoir plus

  • Quand des selfies volés de stars nues enflamment la Toile

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine évoque la création d’un État dans l’est de l’Ukraine

    En savoir plus

  • Israël décide de s'approprier 400 hectares de terres en Cisjordanie

    En savoir plus

  • Un immeuble s'effondre en banlieue parisienne, au moins sept morts

    En savoir plus

  • Un navire ukrainien bombardé au large de Marioupol

    En savoir plus

  • "J'aime les socialistes" ou l'opération séduction de Manuel Valls à La Rochelle

    En savoir plus

  • Un présumé recruteur pour le jihad en Syrie arrêté à Nice

    En savoir plus

  • Judo : les Françaises sacrées championnes du monde par équipe

    En savoir plus

  • Situation toujours aussi confuse au lendemain du coup d’État au Lesotho

    En savoir plus

  • Golan : les Casques bleus philippins "saufs", les fidjiens toujours détenus

    En savoir plus

  • Après deux ans de captivité au Mali, deux diplomates algériens libérés

    En savoir plus

Afrique

Nicolas Sarkozy reçoit les familles des deux Français tués au Niger

Vidéo par Cyrielle ABEHSERA

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/01/2011

Les familles des deux Français enlevés et tués par leurs ravisseurs samedi au Niger ont été reçues par le président français mardi. Les corps d'Antoine de Léocour et Vincent Delory devraient être rapatriés à Paris mercredi.

Recommandations du Ministère des affaires étrangères

Le ministère des Affaires étrangères demande aux ressortissants français se trouvant en Mauritanie, au Mali et au Niger de "faire preuve, plus que jamais, en tout temps et en tout lieu, de la plus grande vigilance". "Au regard de la menace terroriste qui pèse sur la région, aucun endroit ne peut désormais plus être considéré comme sûr", affirme le ministère des Affaires étrangères sur son site internet.

AFP - Les corps des deux Français enlevés au Niger puis tués par leurs ravisseurs doivent être rapatriés mardi en France, ont indiqué lundi soir des parlementaires à la sortie d'une réunion d'information à Matignon autour de François Fillon.

Leur famille seront reçues ce même jour par le président Nicolas Sarkozy.

La France et le Mali ont accusé lundi Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) d'être derrière l'enlèvement des deux Français tués.

Le président du groupe Nouveau centre (NC) à l'Assemblée, François Sauvadet, et François Loncle, du groupe socialiste, ont indiqué que les corps de Vincent Delory et Antoine De Léocour seraient rapatriés en France "demain", dans l'après-midi selon M. Sauvadet. M. Loncle a précisé qu'ils feraient l'objet d'une autopsie.

La réunion d'une heure trente s'est déroulée en présence de 14 responsables parlementaires -dont les présidents de l'Assemblée et du Sénat Bernard Accoyer et Gérard Larcher- ainsi que du directeur général de la DGSE, Erard Corbin de Mangoux, et du chef d'état-major des armées, l'amiral Edouard Guillaud.

"La question des menaces terroristes sur le territoire français n'a pas été évoquée", a précisé à son terme François Sauvadet. François Loncle a répété que l'heure n'était pas à la polémique. "Très franchement, toute critique serait déplacée", a-t-il indiqué. Il s'est dit rassuré par les propos du Premier ministre selon lesquels l'opération menée au Niger ne constituait pas "un changement de stratégie". "Il n'y aura pas d'opération militaire à chaque fois qu'il y aura une prise d'otage. On raisonnera au cas par cas. Là, en l'occurrence, le gouvernement français a répondu à un appel du Niger".

Par ailleurs, selon le président du groupe socialiste au Sénat, Jean-Pierre Bel, des mesures devraient être prises "dans les jours à venir" pour la sécurité des Français au Sahel. M. Bel ainsi que M. Loncle ont évoqué une redéfinition et un élargissement de la zone de sécurité afin de protéger les Français -salariés, humanitaires ou touristes-, présents dans la région. "Les zones rouge, orange, verte vont être probablement élargies", a affirmé Jean-Pierre Bel.

"Le Premier ministre a indiqué qu'il allait saisir et sensibiliser les tours opérateurs pour éviter l'exposition de nos compatriotes sur des zones qui sont à risque face à une radicalisation évidente du mouvement Aqmi/Al-Qaïda", a pour sa part souligné François Sauvadet.

Dans un communiqué, Matignon a annoncé que les "consignes" données "dans les régions de Niamey et de Bamako" avaient été "renforcées dès aujourd'hui, afin d'appeler nos compatriotes à la plus grande vigilance".

La réunion a également été l'occasion d'évoquer le sort des autres otages. S'agissant des cinq Français qui seraient détenus dans le nord-est du Mali, François Fillon a répété ses "inquiétudes", d'après M. Sauvadet.

ENLEVÉS DANS UN RESTAURANT DE NIAMEY

En revanche, pour les deux journalistes de France 3 Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier, otages depuis plus d'un an en Afghanistan, "j'ai le sentiment qu'il y a plutôt matière à optimisme", a relevé François Loncle. Lundi midi, lors des voeux à la presse, François Fillon s'était dit davantage optimiste pour les deux Français.

Première publication : 11/01/2011

  • NIGER

    "L'opération militaire est la moins mauvaise solution pour sauver les otages"

    En savoir plus

  • NIGER

    La libération avortée des deux Français comporte des zones d'ombre

    En savoir plus

  • NIGER

    Les deux otages français tués, Sarkozy dénonce "un acte barbare et lâche"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)