Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burkina Faso : Compaoré victime de son entêtement

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Transition floue au Burkina Faso

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Drame de Sivens : retour sur l'affaire Rémi Fraisse

En savoir plus

TECH 24

La high tech peut-elle venir à bout du virus Ebola ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Les tests de résistance des banques sont-ils fiables ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'amendement "dividendes" qui fâche les PME

En savoir plus

#ActuElles

Au Pakistan, des femmes se mettent aux "métiers d’hommes"

En savoir plus

REPORTERS

États-Unis – Mexique : la frontière de tous les dangers

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des Arts du couturier Elie Saab

En savoir plus

Afrique

Jean-Christophe Rufin : "Washington s’implique de plus en plus dans le Sahel"

Texte par Thibault LIEURADE

Dernière modification : 11/01/2011

Ex-ambassadeur de France au Sénégal, l’écrivain Jean-Christophe Rufin est un fin connaisseur des enjeux de l’Afrique sahélienne. Pour France24.com, celui-ci décrypte la coopération anti-terroriste franco-américaine dans la région. Entretien.

Après l’assassinat de deux jeunes Français enlevés au Niger, le chef de l’État français, Nicolas Sarkozy, et le président des États-Unis, Barack Obama, ont affiché leur unité face à la menace terroriste. Pourquoi et comment les deux pays coopèrent-ils dans la bande sahélienne devenue le bastion d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) ? Éléments de réponse avec Jean-Christophe Rufin, ancien ambassadeur de France au Sénégal, membre de l'Académie française et auteur du roman "Katiba".

France24.com : En quoi consiste aujourd’hui la coopération franco-américaine dans la lutte contre le terrorisme dans la bande sahélienne ?

Jean-Christophe Rufin : Bien que Paris et Washington poursuivent des objectifs communs - à savoir protéger leurs intérêts contre les risques terroristes - leurs initiatives sont distinctes et menées en parallèle. Cependant, on observe en ce moment un renforcement de leur coopération en matière d’échange d’informations et de renseignements.

À quel genre d’informations les chancelleries ont-elles désormais accès ?

J-C. R. : Cette coopération permet surtout aux diplomaties françaises et américaines d’obtenir des renseignements émanant de zones où elles ne sont pas forcément bien implantées. En effet, la France et les États-Unis n’ont pas les mêmes alliés en Afrique du Nord et en Afrique de l’Ouest. Par exemple, Washington coopère activement avec l’Algérie qui se montre, en revanche, réticente à travailler avec Paris. En échangeant leurs informations, les deux pays peuvent donc couvrir une zone très large sur le continent. Au bout du compte, cela consolide leurs forces.

Selon une note de WikiLeaks, Paris aurait demandé il y a quelques mois à Washington de s’impliquer d’avantage dans la lutte contre le terrorisme dans la région sahélienne. Les États-Unis ont-ils intérêt à répondre favorablement à une telle requête ?

J-C.R. : La position des États-Unis a récemment évolué sur ce point. L’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) a en effet réussi à les convaincre que trafic de stupéfiants et terrorisme étaient le plus souvent liés. Si bien que, désormais, la diplomatie américaine s’implique de plus en plus dans la lutte contre le terrorisme en Afrique du Nord, région dont elle se désintéressait jusque-là. Les appels du pied de Paris ont donc bien plus de chances d’être entendus qu’auparavant.

Première publication : 11/01/2011

  • DIPLOMATIE

    Sarkozy défend sa vision du G20 à Washington

    En savoir plus

  • Pourquoi le Maghreb s'embrase t-il ?

    En savoir plus

  • NIGER

    "L'opération militaire est la moins mauvaise solution pour sauver les otages"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)