Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Afrique

Les Tunisiens ne veulent plus d'une minorité qui "accapare les opportunités"

Vidéo par Sonia DRIDI

Texte par Perrine MOUTERDE

Dernière modification : 12/01/2011

Au coeur des émeutes qui agitent la Tunisie, le chômage et la précarité, qui frappent plus particulièrement les jeunes. Pour le chercheur Lahcen Achy, le modèle économique et l'ascenseur social tunisiens ne fonctionnent plus.

Depuis l'immolation de Mohamed Bouazizi le 17 décembre, la Tunisie est secouée par des émeutes sociales inédites sous la présidence de Ben Ali qui ont déjà fait des dizaines de victimes [entre une vingtaine et une cinquantaine, selon les sources]. Au coeur des revendications, la situation économique et sociale des Tunisiens, et en particulier des jeunes, confrontés à un chômage de masse et à la précarité.

Le président Zine el-Abidine Ben Ali a répondu à ces problèmes en s'engagant lundi à créer 300 000 emplois d'ici 2012. Une promesse que l'économiste Lahcen Achy, chercheur au Centre Carnegie du Moyen-Orient, juge irréaliste.

 

Lahcen Achy, du Centre Carnegie du Moyen-Orient.

France24.com : Le chômage et la précarité sont au cœur des émeutes sociales. Le "miracle économique tunisien", tant vanté, était-il un mythe ?

Lahcen Achy : L'économie tunisienne a fonctionné pendant un certain temps. Il y avait des acquis sociaux de l'époque de l'ancien président Habib Bourguiba [1957-1987, NDLR], tels que l'existence de logements sociaux et l'éducation gratuite pour tous. La Tunisie a aussi l'avantage d'être située entre l'Algérie et la Lybie, avec qui le commerce est important. Il y a donc un peu de vrai dans la notion de "miracle économique". Mais au cours de la dernière décennie, la situation s'est détériorée.

Les proches du pouvoir - notamment le clan Trabelsi - ont accaparé toutes les opportunités existant dans le domaine des affaires. Il y a aussi eu l'effet de la crise mondiale, la Tunisie étant très liée à l'Europe.

On a observé il y a une quinzaine d'années l'émergence d'une classe moyenne grâce à l'éducation. Mais l'ascenseur social ne fonctionne plus, les jeunes ne parviennent plus à entrer dans la vie active. Avant il y avait quelques opportunités, aujourd'hui il n'y en a aucune.

France24.com : L'économie tunisienne ne s'appuie-t-elle que sur le tourisme ?

Lahcen Achy : Le tourisme est un secteur important, qui représente entre 7 à 8 % du PIB. Il emploie, directement ou indirectement, près de 400 000 personnes. L'industrie manufacturière, dans les domaines du textile ou des produits électriques, est également un secteur majeur, très tourné vers les exportations et dépendant des investissements étrangers.

Le secteur de l'agriculture emploie quant à lui près de 20 % de la population active.

Tous ces secteurs emploient avant tout une main d'œuvre peu qualifiée et proposent des postes précaires. Or aujourd'hui, plus de la moitié des jeunes qui arrivent sur le marché de l'emploi en Tunisie sont titulaires d'un diplôme de l'enseignement supérieur. Que peuvent-ils espérer ? Le tourisme par exemple est un secteur saisonnier, très lié à la demande étrangère. Quand l'Europe est en crise et que les étrangers n'ont plus les moyens de voyager, cela se répercute en Tunisie. Nous ne pouvons pas bâtir une stratégie économique là-dessus.

France24.com : Le président Ben Ali a promis lundi la création de 300 000 emplois d'ici à 2012. Cet objectif est-il réaliste ?

Lahcen Achy : Au cours des dernières années, la Tunisie a créé en moyenne 75 000 emplois par an avec une croissance de l'ordre de 5 %. En 2011, le taux de croissance devrait baisser. Le FMI table sur 3,8 % cette année et moins de 5 % en 2012. Je ne vois pas quels secteurs de l'économie pourraient absorber 150 000 emplois par an.

La promesse du président Ben Ali est une fausse réponse qui peut nourrir des espoirs et susciter ensuite des réactions encore plus violentes.

La réponse doit être aussi politique et institutionnelle. Le régime doit montrer qu'il a compris le message du peuple. Les Tunisiens ne veulent plus d'une minorité qui s'accapare toutes les richesses. Ensuite, il faut élaborer une stratégie sur le long-terme en s'appuyant sur le potentiel économique du pays. Il faut créer un climat propice aux investissements, avec de la transparence, de la justice, et un État de droit.

Première publication : 11/01/2011

  • TUNISIE

    Le centre du pays en proie à des affrontements violents

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Le discours de Ben Ali n'a pas convaincu les Tunisiens

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Ben Ali risposte à la crise en promettant des créations d'emplois et de la fermeté

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)