Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

  • En direct : le "non" à l'indépendance de l'Écosse remporte 55,3 % des voix

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • À Washington, Petro Porochenko réclame et obtient plus de soutien des États-Unis

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Cinq casques bleus tchadiens tués dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

Economie

Le Japon envisage d'acheter des obligations européennes pour soutenir l'euro

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/01/2011

Après la Chine, c'est au tour du Japon par la voix de son ministre des Finances, Yoshihiko Noda, d'annoncer mardi que Toyko allait acheter des obligations européennes. Objectif officiel : aider à stabiliser la zone euro.

AFP - Après la Chine, le Japon a promis à son tour d'acheter des obligations européennes pour aider à stabiliser la zone euro fragilisée par la crise de la dette de plusieurs de ses pays membres.

"Il est approprié que le Japon, un pays important, achète une certaine proportion" des obligations que la Facilité européenne de stabilité financière (EFSF) s'apprête à émettre, a annoncé mardi le ministre japonais des Finances, Yoshihiko Noda, lors d'une conférence de presse, ajoutant que cet achat nippon allait renforcer "la crédibilité" des titres européens.

Doté de 440 milliards d'euros de garanties des Etats de la zone euro, l'EFSF a été créé au printemps 2010 dans le cadre du plan d'aide européen à la Grèce lourdement endettée, puis de l'Irlande. Il prévoit de lancer un appel de fonds aux marchés d'ici à la fin janvier.

Interrogé sur le montant que Tokyo était prêt à mettre sur la table, M. Noda a évoqué "environ 20%" des montants que les Européens vont lever à cette occasion.

Le quotidien économique Nikkei a affirmé que le gouvernement allait acheter pour environ 100 milliards de yens d'obligations, soit 930 millions d'euros, sur les 5 milliards d'euros que l'EFSF pourrait proposer aux marchés.

Selon M. Noda, les autorités nippones devraient piocher dans leurs réserves en devises, en l'occurrence celles libellées en euros, pour financer cette acquisition.

Cette précision a calmé les ardeurs des investisseurs qui s'étaient précipités sur la monnaie unique européenne après les premières déclarations du ministre nippon.

L'euro, qui avait bondi de 1,2910 dollar à 1,2989 dollar en seulement quelques minutes sur le marché des changes, est rapidement retombé à ses niveaux de la veille et cotait 1,2945 dollar vers 07H00 GMT.

Les investisseurs ont "acheté des euros, sur le coup de la surprise" face aux commentaires inattendus de M. Noda, a expliqué à l'AFP Yuji Saito, spécialiste du marché des changes au Crédit Agricole. Mais lorsqu'ils se sont rendu compte que Tokyo allait utiliser ses réserves en euros pour acquérir les obligations, signifiant qu'aucun achat d'euros massif n'était à attendre, la monnaie unique a vite perdu ses gains.

Dans le cadre du plan d'aide à l'Irlande, l'EFSF adossé à la zone euro prévoit de lever au total 16,5 milliards d'euros en 2011 et la Commission européenne quelque 17,6 milliards, dont elle a émis une première tranche de 5 milliards la semaine dernière.

Dublin doit au total bénéficier d'une aide de 67,5 milliards d'euros de l'UE et du FMI pour sortir de la spirale de la dette, sauver son système bancaire et relancer l'économie de l'ancien "tigre celtique".

L'EFSF pourrait être prochainement mis à contribution pour soutenir d'autres pays européens en difficulté, comme le Portugal.

L'autre géant asiatique, la Chine, s'est déjà dit prêt ces dernières semaines à aider les économies européennes les plus exposées à une crise de la dette, promettant d'acheter directement des obligations d'Etat de la Grèce, du Portugal et de l'Espagne.

Grâce à ses dynamiques exportations, la Chine est assise sur les plus importantes réserves de change du monde, devant celles du Japon qui, comme son voisin chinois, n'a aucune envie de voir son partenaire commercial européen déstabilisé.

Mis en difficulté sur les marchés par leur haut niveau d'endettement, leur déficit élevé et leur faibles perspectives de croissance, l'Espagne et le Portugal ont vu monter en flèche leurs taux d'emprunt ces derniers mois, jusqu'à 5,5% pour Madrid et au-delà de 7% pour Lisbonne.

Ces deux pays vont encore être au centre de l'attention cette semaine en lançant de nouveaux emprunts sur le marché de la dette à moyen et long terme.
 

Première publication : 11/01/2011

  • JAPON

    Le Parlement vote une rallonge de 44 milliards d'euros pour le nouveau plan de soutien

    En savoir plus

  • BIODIVERSITÉ

    Le Japon promet deux milliards de dollars aux pays en développement

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)