Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Primaire: la gauche regarde ailleurs"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

FRANCE

Les corps des deux Français tués au Niger sont arrivés à Paris

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/01/2011

Les dépouilles d'Antoine de Léocour et Vincent Delory sont arrivées à Paris ce mercredi matin. Les corps des deux Français devraient être autopsiés. Selon le ministre de la Défense, Alain Juppé, les deux otages ont été "exécutés".

AFP - Un avion d'Air France transportant les corps de deux Français tués samedi au lendemain de leur enlèvement au Niger s'est posé mercredi à 06H10 à l'aéroport parisien de Roissy en provenance de Niamey, a constaté une journaliste de l'AFP.

Les cercueils de Vincent Delory et Antoine De Léocour, deux amis âgés de 25 ans, avaient été placés dans la soute de l'avion qui avait ensuite décollé de l'aéroport de la capitale nigérienne à 00H37 mercredi.

Le ministre chargé de la Coopération Henri de Raincourt devait se rendre à Roissy vers 07H00 pour recevoir les familles dans le Pavillon de réception de l'aéroport, avant une bénédiction des corps et une cérémonie de recueillement. Aucun accès de la presse n'est prévu.

Les dépouilles doivent être ensuite acheminées vers l’Institut médico-légal de Paris pour une autopsie.

Vendredi soir, les deux Français avaient été enlevés dans un restaurant du centre de Niamey et retrouvés morts le lendemain après un assaut des forces françaises en territoire malien contre les ravisseurs.

La France et le Mali ont accusé Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) d'être derrière le rapt -toujours non revendiqué-, commandité par Mokhtar Belmokhtar, un émir de cette mouvance, selon des sources maliennes et nigériennes.

Les deux otages ont été "exécutés" par leurs ravisseurs, a affirmé mardi le ministre français de la Défense Alain Juppé, selon qui l'un des Français a été tué d'une balle dans la tête.

Selon une source médicale qui a pu voir les corps à Niamey, les otages "avaient été attachés, les mains dans le dos, et ils avaient des traces noires sur le corps". Une source proche de la présidence nigérienne avait auparavant assuré à l'AFP que "les corps étaient calcinés".

Des sources policières françaises ont quant à elles assuré que "le corps de l'un des deux otages français était complètement calciné".

Les deux victimes étaient originaires du nord de la France: Antoine De Léocour allait se marier avec une Nigérienne et Vincent Delory devait être son témoin.

Dimanche, des membres des deux familles, qui ont été reçues mardi par le président français Nicolas Sarkozy, devraient participer à Linselles, dans le nord de la France, à une marche silencieuse organisée par les amis de Vincent et Antoine, selon un membre d'une famille.

Des funérailles communes seront organisées la semaine prochaine à une date et dans un lieu qui restent à déterminer.

ENLEVÉS DANS UN RESTAURANT DE NIAMEY


Première publication : 12/01/2011

  • SAHEL

    Deux membres d'Aqmi capturés dans le raid contre les ravisseurs des Français

    En savoir plus

  • NIGER

    "L'opération militaire est la moins mauvaise solution pour sauver les otages"

    En savoir plus

  • NIGER

    La libération avortée des deux Français comporte des zones d'ombre

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)