Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Les séparatistes de l'est de l'Ukraine rejettent l'accord conclu à Genève

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Arrestation du capitaine du ferry naufragé en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Près de 60 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

FRANCE

Otages français tués au Sahel : Paris maintient sa version des faits

©

Vidéo par Ludovic de Foucaud

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 13/01/2011

Paris réaffirme que les deux corps des Français tués au Sahel après avoir été enlevés par des membres présumés d'Aqmi portent des impacts de balles. Depuis mardi, une polémique a lieu entre la France et le Niger sur les circonstances de leur mort.

Les corps des deux otages français tués au Niger portent des traces de balles et étaient entravés lorsqu'ils ont été retrouvés, a déclaré jeudi le porte-parole du ministère français de la Défense.

"Un tir fratricide de l'armée française est exclu"

Laurent Teisseire a évoqué lors d'un point de presse les constatations initiales faites au Niger des corps des deux Français tués samedi au cours d'une intervention armée française contre des islamistes qui les
avaient enlevés au Niger.

"Un des morts est décédé d'une balle dans la tête, le second avait des traces de balles et de brûlure importante", a dit Laurent Teisseire. "Les deux otages étaient entravés quand ils ont été retrouvés."

Rapatriés en France mercredi, les  corps des deux jeunes Français tués dans le Sahel ont fait l'objet d'une autopsie conduite sous l'autorité du parquet de Paris. Aucun élément sur les conclusions qui en ont été tirées n'a encore été communiqué.

Zones d'ombre

L'examen médico-légal est censé mettre un terme à une polémique naissante entre Paris et Niamey portant à la fois sur les circonstances de la mort des deux otages et sur l'intervention militaire menée par la France pour tenter de les libérer. 

Mardi en effet, des sources maliennes et nigériennes ont affirmé que "les corps étaient calcinés" et que des hélicoptères de combat français avaient tiré sur le convoi de véhicules des ravisseurs dans le nord du Mali, à une quinzaine de kilomètres de la localité malienne de Tabankor (35 km au sud de Ménaka), où des épaves de voitures brûlées ont été retrouvées.

Mercredi, le ministère nigérien de l'Intérieur a par ailleurs affirmé à l'AFP ne détenir "aucun terroriste" membre présumé d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) impliqué dans l'enlèvement des deux otages français, contrairement à ce qui avait été affirmé par Paris un peu plus tôt.

Le Premier ministre français, François Fillon, avait déclaré mardi que deux ravisseurs faits prisonniers avaient "été remis aux autorités nigériennes qui actuellement les interrogent avec le concours de la justice française". Le ministère de la Défense l'a réaffirmé mercredi en renvoyant aux propos de même teneur tenus par Alain Juppé, mardi à N'Djamena.

Première publication : 13/01/2011

  • SAHEL

    Deux membres d'Aqmi capturés dans le raid contre les ravisseurs des Français

    En savoir plus

  • NIGER

    "L'opération militaire est la moins mauvaise solution pour sauver les otages"

    En savoir plus

  • NIGER

    La libération avortée des deux Français comporte des zones d'ombre

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)