Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Union Européenne : la montée des égoïsmes ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Union Européenne : la montée des égoïsmes ? (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Corée du Nord : pour Séoul, "il est encore temps" de négocier

En savoir plus

FOCUS

Chili : la version officielle de la mort de Pablo Neruda scientifiquement contredite

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ayo, le Nigeria aux couleurs de "Paname"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un plébiscite en Vénétie pour l'autonomie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après la jungle de Calais, un nouvel espoir"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Andrej Plenkovic : "Je ne pense pas qu’il y ait une menace d’éclatement des États au sein de l’UE"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Stéphanie Gibaud, lanceuse d'alerte : "Dire la vérité est un acte citoyen"

En savoir plus

Moyen-orient

Le président demande à Saad Hariri d'assurer l'intérim gouvernemental

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/01/2011

Le chef de l'État libanais, Michel Sleimane, a demandé jeudi au Premier ministre Saad Hariri d'assurer l'intérim pour les affaires courantes en attendant la formation d'un nouveau gouvernement, après la démission de onze ministres.

AFP - Le président libanais Michel Sleimane a chargé jeudi le gouvernement de Saad Hariri de la gestion des affaires courantes, le cabinet s'étant effondré après la démission du camp du Hezbollah en raison de la crise liée à l'enquête sur le meurtre de Rafic Hariri.

"Hariri n'a pas cédé aux pressions du Hezbollah"

"Etant donné que le gouvernement a perdu plus d'un tiers de ses membres (...) son Excellence a remercié le président du Conseil et les ministres et a demandé au gouvernement de continuer à gérer les affaires courantes dans l'attente de la formation d'un nouveau gouvernement", indique un communiqué de la présidence.

Le gouvernement est désormais considéré comme démissionnaire et M. Sleimane doit procéder à des consultations contraignantes avec les groupes parlementaires en vue de nommer un nouveau Premier ministre.

Le cabinet -qui comptait 30 ministres- est tombé car plus d'un tiers des ministres ont démissionné. Le Conseil des ministres nécessite un quorum des deux-tiers pour se réunir conformément à la Constitution.

M. Hariri se trouve hors du Liban. Il rencontrait le président américain Barack Obama à Washington au moment de l'annonce mercredi de la démission des 11 ministres du Hezbollah et de ses alliés. Il doit rencontrer jeudi à Paris le président Nicolas Sarkozy.

Le Tribunal spécial pour le Liban (TSL), chargé d'enquêter et de juger les responsables de l'assassinat de l'ex-Premier ministre Rafic Hariri en 2005, fait l'objet d'un bras de fer entre le camp Hariri et celui du Hezbollah qui accuse le tribunal d'être "politisé" et à la solde d'Israël et des Etats-Unis.

Première publication : 13/01/2011

COMMENTAIRE(S)