Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

La RDC fête son indépendance mais toujours pas de calendrier pour les élections

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentat à l'aéroport d'Istanbul : 41 victimes, la Turquie pointe du doigt le groupe EI

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

La sixième extinction : comment sauver les espèces ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Salia Sanou chorégraphie son désir d'horizons

En savoir plus

TECH 24

Viva Tech : Paris se rêve en capitale de l'innovation

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La Camargue dans le sillage de ses gardiens

En savoir plus

FOCUS

À Taïwan, la démocratie se conjugue au féminin

En savoir plus

MODE

Les collections masculines 2017 tentent d’égayer un monde traumatisé

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Boris Johnson "exécuté par le Brexit"

En savoir plus

Economie

La rémunération du livret A passe à 2 %

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/01/2011

La ministre de l'Économie, Christine Lagarde, a annoncé jeudi que le taux de rémunération du livret A allait être réhaussé passant de 1,7 % à 2 % à partir du 1er février afin de suivre l'évolution de l'inflation.

AFP - Le taux de rémunération du Livret A passera à 2% à compter du 1er février, en raison de la hausse du taux de l'inflation qui est désormais de 1,7% sur un an hors tabac, a annoncé jeudi la ministre de l'Economie Christine Lagarde, interrogée sur France Inter.

"Le taux du Livret A sera relevé à 2%. Il passe donc de 1,75% à 2% parce que le chiffre de l'inflation hors tabac est de 1,7%. On a une formule tout simplement mathématique", a annoncé la ministre.

"Je m'étais engagée à ce que la rémunération du Livret A puisse permettre le maintien du pouvoir d'achat et qu'il y ait donc un lien étroit avec l'inflation", a-t-elle expliqué.

La hausse des prix à la consommation en France s'est accélérée en décembre, à +0,5% sur un mois et +1,8% sur un an (+0,4% et +1,7% hors tabac), selon les chiffres publiés jeudi par l'Insee.

Le bond enregistré au dernier mois de 2010 est dû à "la poussée des prix des produits pétroliers" et à "l'augmentation saisonnière des prix des services et des produits frais", relève l'Institut national de la statistique.

Première publication : 13/01/2011

COMMENTAIRE(S)