Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le copilote de la Germanwings était-il dépressif ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Offensive militaire au Yémen - Elections départementales en France

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crash de l'A320 de Germanwings - Les élections au Nigeria

En savoir plus

REPORTERS

San Cristóbal, le chaudron vénézuélien

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Chômage, au-delà de la courbe

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Tunisie : la fête nationale endeuillée par l'attentat du Bardo

En savoir plus

MODE

Alaïa, Jarrar et Kayrouz marient l'ascèse à la sensualité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle au Nigeria : les 2 principaux rivaux signent un accord de paix

En savoir plus

#ActuElles

Les super héroïnes débarquent dans la BD

En savoir plus

Economie

La rémunération du livret A passe à 2 %

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/01/2011

La ministre de l'Économie, Christine Lagarde, a annoncé jeudi que le taux de rémunération du livret A allait être réhaussé passant de 1,7 % à 2 % à partir du 1er février afin de suivre l'évolution de l'inflation.

AFP - Le taux de rémunération du Livret A passera à 2% à compter du 1er février, en raison de la hausse du taux de l'inflation qui est désormais de 1,7% sur un an hors tabac, a annoncé jeudi la ministre de l'Economie Christine Lagarde, interrogée sur France Inter.

"Le taux du Livret A sera relevé à 2%. Il passe donc de 1,75% à 2% parce que le chiffre de l'inflation hors tabac est de 1,7%. On a une formule tout simplement mathématique", a annoncé la ministre.

"Je m'étais engagée à ce que la rémunération du Livret A puisse permettre le maintien du pouvoir d'achat et qu'il y ait donc un lien étroit avec l'inflation", a-t-elle expliqué.

La hausse des prix à la consommation en France s'est accélérée en décembre, à +0,5% sur un mois et +1,8% sur un an (+0,4% et +1,7% hors tabac), selon les chiffres publiés jeudi par l'Insee.

Le bond enregistré au dernier mois de 2010 est dû à "la poussée des prix des produits pétroliers" et à "l'augmentation saisonnière des prix des services et des produits frais", relève l'Institut national de la statistique.

Première publication : 13/01/2011

COMMENTAIRE(S)