Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Père Noël habite en Chine"

En savoir plus

Asie - pacifique

Des inondations font plus d'un million de déplacés

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/01/2011

Les pluies de mousson, qui ont provoqué glissements de terrain et montées des eaux, ont fait plus d'un million de déplacés, notamment dans la région de Batticaloa (est du pays). Une vingtaine de personnes ont également été tuées par ces inondations.

AFP - Les inondations la semaine dernière au Sri Lanka ont fait plus d'un million de déplacés, a annoncé jeudi le centre national de gestion des catastrophes qui a commencé à distribuer nourriture, vêtements et couchages aux sinistrés de cette île de l'océan indien.

Au moins 21 personnes ont été tuées dans les pluies de mousson qui ont provoqué glissements de terrain et montée du niveau des eaux, en particulier dans le nord et l'est du pays, a indiqué le gouvernement.

Selon un porte-parole du centre de gestion des catastrophes à Colombo, le district de Batticaloa, une région de l'est qui fut le théâtre de sanglants affrontements lors de la guerre civile avec les rebelles tamouls, a été le plus affecté par les précipitations saisonnières.

"Quelque 533.000 personnes ont été déplacées dans le seul district de Batticaloa où nous avons installé 225 camps pour les accueillir", a déclaré ce porte-parole, ajoutant que 1,066 million de personnes avaient au total dû quitter leurs maisons inondées.

Plus de 250.000 personnes ont trouvé refuge dans des camps gouvernementaux tandis que d'autres déplacés se sont provisoirement relogés par leurs propres moyens, en particulier chez des proches, a-t-il ajouté.

Un directeur d'école à la retraite, K. Ratnavel, 63 ans, a déclaré à l'AFP que le village côtier d'Ailadivembu, à environ 60 km au sud de la ville de Batticaloa, était entièrement sous l'eau.

"Ma maison est sous deux mètres d'eau et j'ai déménagé dans un bâtiment du gouvernement avec ma femme et mes trois enfants", a-t-il expliqué par téléphone. "Nous n'avons que les habits que nous portons. Tout le reste est perdu".

"Il y a environ 15.000 personnes dans les bureaux de la municipalité où on a trouvé refuge et la plupart d'entre elles ont besoin de vêtements", a-t-il ajouté. Selon ce témoin, de nombreuses maisons dévastées par le tsunami de 2004 ont été inondées.

La montée du niveau des eaux et des pluies ininterrompues ont submergé de grandes étendues et ont isolé des villages, selon les images de la télévision.

C'est "le devoir de tous d'aider (les victimes) au moment où elles en ont besoin sans aucune discrimination ni considérations mesquines", a déclaré le président Mahinda Rajapakse, cité dans le quotidien gouvernemental Daily News.

Une mauvaise météo l'a obligé la veille à renoncer à se rendre dans les régions les plus touchées.

Les forces de sécurité ont été réquisitionnées pour les opérations de secours tandis que 3.000 soldats ont déjà été déployés dans l'est. Des hélicoptères de l'armée et des bateaux de la marine ont aussi été déployés, selon les autorités.

Le Sri Lanka, une île tropicale de 20 millions d'habitants au sud-est de l'Inde, est balayé par deux saisons de mousson, entre mai et septembre puis de décembre à février.

Ce pays, relativement riche par rapport à ses voisins d'Asie du Sud, compte sur ces pluies saisonnières pour irriguer les terres et alimenter des barrages électriques. Mais chaque année, ces intempéries font des victimes et d'importants dégâts.

Première publication : 13/01/2011

COMMENTAIRE(S)