Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacob Desvarieux, l'ambassadeur international du Zouk!

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

    En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates des combats

    En savoir plus

  • Ebola : pourquoi les femmes sont-elles les premières victimes du virus ?

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Foot européen : le Real cartonne, Manchester United sombre

    En savoir plus

Afrique

Des unités spéciales de la police remplacent l'armée à Tunis, un homme tué dans la nuit

Vidéo par Tatiana MASSAD , Jérôme BONNARD , Cyril VANIER

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/01/2011

Déployée mercredi dans la capitale tunisienne, l'armée a laissé la place ce jeudi à des unités spéciales de la police. Au moins un jeune homme a été tué la nuit dernière dans la banlieue de Tunis, malgré le couvre-feu décrété hier.

AFP - L'armée s'est retirée jeudi de la capitale tunisienne où des unités spéciales de la police ont pris place dans le centre relativement animé, au lendemain d'une nuit calme dans Tunis placée sous couvre-feu, a constaté une journaliste de l'AFP.

Des blindés et des unités d'intervention de la police ont remplacé ceux de l'armée sur l'avenue centrale Habib Bourguiba et sur la place Barcelone, près d'un grand terminus des trains de la banlieue sud et du tramway.

"LES HABITANTS RESTENT MOBILISÉS, MAIS MOBILISÉS CONTRE QUI ?"

Seuls deux véhicules de l'armée avec des soldats en armes étaient encore postés depuis la veille sur la place Ibn Khaldoun, face à l'ambassade de France.

Mais des cars remplis de policiers anti-émeutes stationnaient dans les rues latérales menant à l'avenue principale.

Un témoin a indiqué jeudi à l'AFP qu'un jeune homme avait été tué par balle dans la banlieue ouest de Tunis dans la nuit de mercredi à jeudi, au cours de violents affrontements qui ont opposé les forces de sécurité à des jeunes dans la cité d'Ettadhamen.

Les autorités ont décrété mercredi à Tunis et sa banlieue un couvre-feu nocturne pour une durée illimitée, la première mesure de ce genre dans la capitale depuis l'arrivée au pouvoir du président Zine El Abidine Ben Ali en 1987.

"Malgré le couvre-feu, des gens sont sortis pour casser, on n'a pas dormi de la nuit", s'est plaint un fonctionnaire résidant dans la banlieue nord, jusque là épargnée par la violence.

A Tunis, plusieurs commerces étaient ouverts jeudi et des journalistes étrangers interrogeaient des passants dans la rue devant de nombreux policiers en civil.

"Je suis scandalisé par ce déchaînement de la violence, c'est un phénomène nouveau et inexplicable en Tunisie", a déclaré à l'AFP un libraire du centre.

Dans les cafés ouverts, les terrasses habituellement bondées étaient un peu dégarnies jeudi matin. Des clients échangeaient à haute voix des propos au sujet des affrontements de la nuit dernière en banlieue.

Dans une boutique de l'opérateur Orange, un agent s'apprêtait toutefois à baisser les rideaux, un épicier faisant de même. "Il y a de la casse, il faut être prudent", a déclaré l'agent, devant son dernier client. 

Première publication : 13/01/2011

COMMENTAIRE(S)