Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : la famille d'Albert Ebossé pleure le joueur tué en Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Immigration : 170 corps retrouvés près des côtes libyennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Coup d’envoi de la 71ème Mostra de Venise

En savoir plus

SUR LE NET

Après "l'Ice Bucket Challenge", place au "Rice Bucket Challenge"

En savoir plus

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

FOCUS

Sénégal : insécurité alimentaire en Casamance

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Otages en Syrie : la rançon ou la mort ?

En savoir plus

DÉBAT

Gouvernement Valls II : le bon choix ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

  • Macron vs Montebourg : deux styles opposés mais une même politique ?

    En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza : qui d'Israël ou du Hamas sort vainqueur ?

    En savoir plus

  • La déclaration d'amour de Valls aux entreprises françaises

    En savoir plus

  • Ronaldo, Robben, Neuer : qui sera sacré joueur européen de l'année ?

    En savoir plus

  • Zara retire de la vente une marinière flanquée d'une étoile jaune

    En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Syrie : l'unique passage menant au Golan tombe aux mains des rebelles

    En savoir plus

  • Vidéo : Lalish, capitale spirituelle et dernier refuge des Yazidis d'Irak

    En savoir plus

  • En images : les ministres du gouvernement Valls II

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Porto élimine Lille, reversé en Ligue Europa

    En savoir plus

Afrique

Ben Ali limoge le gouvernement et décrète l'état d'urgence

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 14/01/2011

Le président Ben Ali a successivement annoncé le limogeage du gouvernement, la tenue de législatives anticipées et l'instauration de l'état d'urgence en Tunisie après de nouvelles manifestations dans plusieurs villes du pays, ce vendredi.

Alors que l’état d’urgence et un couvre-feu s’étendant de 17h à 7h viennent d’être décrétés en Tunisie, le président Zine El-Abidine Ben Ali a décidé de limoger son gouvernement et d’organiser des élections législatives anticipées dans les six mois, a annoncé Mohammed Ghannouchi, le Premier ministre sortant que le chef de l’État a immédiatement reconduit dans ses fonctions.  

M. Ghannouchi a indiqué à la TAP, l’agence de presse officielle tunisienne, que cette décision avait été prise "dans le cadre de mesures d’apaisement".

Abderrazak Kilani, bâtonnier de l'ordre des avocats : "C'est la crédibilité du régime qui est en jeu"

Le président Ben Ali est en effet confronté à une vague de contestation sans précédent depuis son arrivée au pouvoir en 1987 qui l’a obligé a  prononcer un discours d’ouverture, jeudi soir, au cours duquel il a déclaré son intention de libéraliser le système politique du pays et de passer la main lors de la prochaine élection présidentielle, en 2014.

Ce vendredi, des milliers de manifestants se sont pourtant encore rassemblés à Tunis et dans différentes villes du pays pour demander son départ immédiat.

Tensions entre manifestants et forces de l’ordre


Des blindés se sont déployés et des bombes lacrymogènes ont explosé devant le ministère de l’Intérieur aux alentours de 14 heures (GMT +1), vidant l’avenue Bourguiba de ses manifestants qui ont pris la fuite dans les rues alentours.

"La police anti-émeute, qui était tout autour de nous d’un bout à l’autre de l’avenue Bourguiba a finalement lancé les premières cannettes de gaz lacrymogènes quand les manifestants ont escaladé les murs du ministère de l’intérieur, raconte Cyril Vanier, envoyé spécial de France24 à Tunis. L’avenue Bourguiba et les rues alentours sont transformées en champs de bataille et les manifestants érigent des barrages", poursuit celui-ci.

Des centaines de personnes ont également manifesté aujourd’hui en province, notamment à Sidi Bouzid, à Regueb, à Kairouan et à Gafsa, lançant des slogans hostiles au pouvoir comme "Soulèvement continu, non à Ben Ali", "Ben Ali dehors" ou "hommage au sang des martyrs".

Au moins 12 personnes ont été tuées lors d’affrontements avec la police dans la capitale et dans la ville côtière de Rass Jebel, dans la nuit de jeudi à vendredi, après le discours prononcé par le président Ben Ali. Depuis le début de la crise, 66 personnes auraient été tuées selon les estimations de la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH).

À la suite de ces débordements, l’ambassadeur tunisien à l’Unesco, Mezri Haddad, a annoncé sa démission. "Dans le doute, je préfère démissionner. Je ne peux plus cautionner ce qu’il se passe dans mon pays", a-t-il déclaré sur l’antenne de FRANCE 24.

Ben Ali encouragé sur la voie de l’ouverture

Dans les premières heures qui ont suivi son intervention, les promesses d'ouverture faites par le président Ben Ali ont fait souffler un vent d'espoir sur le pays et au sein de la communauté internationale.

"Nous avons écouté attentivement les mesures annoncées par le président Ben Ali pour ramener le calme et faire retomber la violence. Nous avons écouté les mesures annoncées en faveur de l'ouverture. Nous encourageons à poursuivre dans cette voie", a déclaré le porte-parole français du ministère des Affaires étrangères, Bernard Valero, lors d'un point-presse.

L’opposition tunisienne, longtemps écrasée par le régime, n’a pas caché la possibilité de revenir sur le devant de la scène. "Je suis agréablement surpris", a déclaré Nejiib Chebbi, chef historique du Parti démocratique progressiste (PDP) sur FRANCE 24, ce vendredi. " Il faut maintenant mettre en place un gouvernement de transition, les Tunisiens n’en peuvent plus du pouvoir personnel du président. Ils veulent du pluralisme", a-t-il déclaré.

"Des promesses sans lendemain" ?

Malgré le scepticisme affiché par certains, de nombreux dissidents ont également salué les décisions annoncées par le président tunisien. "Ce discours ouvre des perspectives", a ainsi déclaré Mustapha Ben Jaafar, chef du Forum démocratique pour le travail et les libertés. "C'est positif, le discours répond à des questions qui ont été soulevées par notre parti", a jugé Ahmed Brahim, chef du parti Ettajdid (parti indépendant). "C’est un discours historique", a clamé, quant à elle, Bouchra Bel Haj, avocate et figure des droits de l’Homme en Tunisie. Selon Mohamed Abbou, un autre militant des droits de l’Homme, en revanche, "le président se moque des Tunisiens avec des promesses sans lendemain".

Depuis près d’un mois, les autorités tunisiennes sont confrontées à une révolte populaire sans précédent. L'immolation d’un jeune homme, le 17 décembre dernier, à Sidi Bouzid, avait mis le feu aux poudres.

 

Première publication : 14/01/2011

  • TUNISIE

    La prudence de Paris de plus en plus contestée en France et au Maghreb

    En savoir plus

  • TUNISIE

    "Le président Ben Ali n'a plus aucune légitimité"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)