Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Moyen-orient

De retour à Beyrouth, Hariri promet de collaborer "au maximum" avec le président

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/01/2011

Deux jours après la chute de son gouvernement provoquée par le départ de ministres issus du Hezbollah, le Premier ministre libanais a promis de collaborer avec le président Michel Sleimane en vue de la formation d'un gouvernement.

AFP - Le Premier ministre libanais en exercice Saad Hariri a promis vendredi de collaborer "au maximum" avec le président Michel Sleimane à la formation d'un nouveau gouvernement, après la chute du cabinet provoquée par la démission des ministres du camp du Hezbollah.

Cette déclaration, retransmise à la télévision, est la première réaction de M. Hariri à la chute du gouvernement. Il était rentré au pays plus tôt dans la journée après une semaine de consultations internationales.

"Mes alliés et moi participerons aux consultations (pour nommer un Premier ministre) et coopérerons au maximum avec le président pour former un nouveau gouvernement conforme aux exigences de l'unité nationale", a-t-il dit à l'issue d'un entretien avec M. Sleimane.

"Je n'ai jamais cherché le pouvoir", a-t-il ajouté. "Entre le pouvoir et la dignité de ma famille et de ma nation, je choisis la dignité du Liban et des Libanais".

Le président Sleimane doit entamer lundi des consultations avec les groupes parlementaires pour nommer un nouveau Premier ministre.

La démission du camp du mouvement chiite fait suite à un bras de fer depuis des mois entre le Hezbollah et le camp de M. Hariri au sujet du Tribunal spécial pour le Liban (TSL), chargé d'identifier et de juger les responsables de l'assassinat de l'ex-Premier ministre Rafic Hariri en 2005.

Le Hezbollah conteste cette instance, estimant qu'elle cherche à mettre en cause son mouvement. Et il fait pression sur Saad Hariri, fils de Rafic, pour qu'il désavoue le TSL, ce que ce dernier refuse.

Première publication : 14/01/2011

  • LIBAN

    Le Hezbollah précipite la chute du gouvernement pour faire plier Hariri

    En savoir plus

  • LIBAN

    Le Hezbollah et ses alliés quittent le gouvernement d'union nationale

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)