Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

En savoir plus

FOCUS

Inde : Carrefour jette l’éponge

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Contre-productif"

En savoir plus

SUR LE NET

Les initiatives réclamant la paix à Gaza se multiplient

En savoir plus

SUR LE NET

"Tor", nouvelle cible de la NSA

En savoir plus

SUR LE NET

Un selfie pris à Auschwitz scandalise la Toile

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 2)

En savoir plus

  • Reprise des bombardements à Gaza, l'espoir d'une trêve s'éloigne

    En savoir plus

  • En images : de Gaza à la Syrie, en passant par l’Irak, la triste fête de l’Aïd

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : Paris et Alger sous le feu des critiques

    En savoir plus

  • Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

    En savoir plus

  • Un Français soupçonné de recruter des djihadistes arrêté au Maroc

    En savoir plus

  • Photos à l'appui, Washington accuse Moscou de bombarder l'Ukraine

    En savoir plus

  • Vol d'Air Algérie : les boîtes noires arrivées en France, le pays en deuil

    En savoir plus

  • Sous le choc, Sloviansk découvre sa première fosse commune

    En savoir plus

  • Vol MH17 : l’arrivée des experts de nouveau repoussée en raison des combats

    En savoir plus

  • 28 juillet 1914 : l'empire des Habsbourg signe son arrêt de mort

    En savoir plus

  • Ebola : après le Nigeria, un cas mortel confirmé à Freetown, au Sierra Leone

    En savoir plus

  • Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

    En savoir plus

  • La France demande à ses ressortissants de quitter la Libye

    En savoir plus

  • Tour de France : le requin Nibali s'offre un premier sacre

    En savoir plus

  • Boko Haram kidnappe la femme du vice-Premier ministre camerounais

    En savoir plus

  • L'épave du Costa Concordia arrive dans le port de Gênes

    En savoir plus

FRANCE

Jean-Marie Le Pen s'apprête à tirer sa révérence

Vidéo par France 2

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/12/2011

Chef incontesté du Front national (FN) depuis 1972, Jean-Marie Le Pen s'apprête à passer la main à l'occasion d'un congrès historique organisé ce week-end à Tours. Parcours politique d'un homme aussi controversé que provocateur.

La scène politique française est sur le point de tourner une page de son histoire. Pour la première fois depuis sa création en 1972, le Front national (FN) va changer de président. À 82 ans, Jean-Marie Le Pen s’apprête en effet à quitter ses fonctions à l’occasion du congrès de son parti organisé à Tours, ce samedi. En lice pour lui succéder, sa fille Marine Le Pen, jugée plus modérée et donnée grande favorite. Le leader frontiste soutient publiquement sa candidature face à celle de "son ami" Bruno Gollnisch. Sauf coup de théâtre lors de la proclamation officielle des résultats du vote des adhérents du FN, la benjamine des trois filles Le Pen devrait l’emporter.

Plus jeune député de France

Se considérant diabolisé par "l’establishment", ce "tribun du peuple" autoproclamé est un personnage aussi controversé que provocateur, qui a renvoyé constamment dos à dos les partis de droite et de gauche et n’a cessé de les accuser de collusion. Reconduit par "acclamation" lors de chaque congrès, il est le seul homme politique français à s’être maintenu aussi longtemps à la tête d’un parti (39 ans). S’il a inscrit l’extrême-droite durablement dans le paysage politique français, celui qui fut cinq fois candidat à la présidentielle, n’aura jamais réussi à exercer le pouvoir.

Militaire en Indochine, puis en Algérie et fréquentant les milieux d'ultra-droite, Jean-Marie Le Pen débute sa carrière politique en 1956, à l’âge de 27 ans, lorsqu’il est élu plus jeune député de France sur les listes de Pierre Poujade. Un siège qu’il perdra en 1962 et qu’il ne récupérera qu’en 1986. En octobre 1972, il prend la tête du Front national, dans lequel il parvient à faire cohabiter toutes les tendances de l’extrême-droite française, des partisans de l’Algérie française aux nostalgiques de Vichy, en passant par les ultra-conservateurs catholiques. Mais ce n’est que dans les années 1980 que son parti perce sur le plan électoral, quand le FN récolte 10,95 % des voix aux européennes de 1984 et envoie neuf députés, dont Le Pen, à Bruxelles. Quatre ans plus tard, le "menhir", comme on le surnomme, obtient 14,38 % des voix à la présidentielle contre 0,74 % en 1974.

Dérapages assumés



Jean-Marie Le Pen est cependant rapidement mis au banc de la vie politique en raison de ses idées extrémistes et de ses nombreux dérapages assumés. Dans son collimateur : l’immigration et l’histoire de la Seconde Guerre mondiale. Les chambres à gaz sont un de ses thèmes favoris. En 1987, il déclare que les "chambres à gaz" sont un "détail" de l'histoire de la Seconde guerre mondiale. Condamné à plusieurs reprises pour ses propos, il a été accusé, tout au long de sa carrière, d’incitation à la haine raciale.



Ses sorties sulfureuses lui valent d’incarner, aux yeux des médias et de la classe politique, le racisme et la xénophobie, bien que sa cote auprès de ses militants reste intact. De 1989 à 1998, le FN obtient des scores à deux chiffres lors de chaque élection (législatives, régionales, présidentielle et européennes).

Séisme politique

Cependant, à la fin de 1998, le parti sort considérablement affaibli d’une scission en son sein, provoquée par une contestation interne de la stratégie de Le Pen et le départ de plusieurs de ses cadres, dont son numéro deux, Bruno Mégret. Contrairement à son chef, Mégret milite pour sceller des alliances avec les partis de la droite traditionnelle. Lors des élections européennes de 1999, le FN ne récoltera que 5,69 % des voix.

Paradoxalement, bien que marginalisé, Le Pen signera son principal fait d’armes politique quelques années plus tard. Le 21 avril 2002, le président du Front national parvient à se hisser au deuxième tour de la présidentielle avec 16,86 % des voix, au dépens du candidat socialiste Lionel Jospin. Ce séisme politique pousse plusieurs millions de personnes à descendre dans les rues pour manifester contre le FN et son chef tout au long de l’entre-deux-tours. Opposé au président sortant Jacques Chirac, il est sévèrement battu avec 17,79 % des voix. "Ouf", titre le lendemain le quotidien "Libération".

En 2007, son score à la présidentielle est en chute libre (10,44 %), tandis que ses troupes ne récoltent que 4,29 % aux législatives. Le Pen accusera le président Nicolas Sarkozy d’avoir capté son électorat en s’inspirant des idées du Front national. Confronté à des difficultés financières, le parti rebondit lors des régionales de 2010 (11,42 %), sous l’égide de sa fille Marine, nommée vice-présidente du parti.

Le doyen de la scène politique française a renoncé à se présenter à l'élection présidentielle de 2012. Il sera nommé "président d'honneur" du FN après le congrès de Tours, et conservera ses mandats de député européen et de conseiller régional.
 

Première publication : 14/01/2011

  • FN : qui pour prendre la succession?

    En savoir plus

  • POLITIQUE

    Pourquoi l'extrême droite et le populisme gagnent du terrain en Europe ?

    En savoir plus

  • Marine Le Pen, vice-présidente du Front National

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)