Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco s'impose, le Real cartonne

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Une roquette tirée de Gaza vers Israël, la première depuis la trêve

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

Afrique

"L'étincelle tunisienne peut embraser d'autres pays arabes"

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/01/2011

La Révolution de jasmin, comme certains la qualifient déjà, peut-elle faire tâche d’huile dans le monde arabe ? France24.com a posé la question à l'intellectuel et professeur de sociologie politique à la Sorbonne, Burhan Ghalioun.

France24.com : Peut-on s’attendre à ce que le mouvement de révolte tunisien fasse tâche d’huile dans les pays voisins dont les régimes sont également autocratiques ?

Burhan Ghalioun : le phénomène de "contamination" ne peut être mécanique. Il y aura bien sûr un impact sur la pensée, le sentiment, le tempérament de la population arabe dans les pays voisins où le régime politique est similaire. D’ailleurs, le contexte a déjà changé depuis la révolte tunisienne. Certains chefs d’Etat arabes sont en train de réviser leurs positions depuis quelques jours, et ont augmenté les salaires ou publié des chiffres concernant le chômage et la pauvreté. L’intérêt pour ces dirigeants est évidemment de montrer qu’ils s’occupent de ces problèmes. Alors oui, l’étincelle tunisienne peut embraser le monde arabe. Mais les choses vont prendre du temps. Je considère que ce qui s’est passé en Tunisie est un puissant ferment qui peut produire des bouleversements dans d’autres pays arabes qui souffrent des mêmes maux.

France24.com : Pensez-vous qu'un pays en particulier est exposé ?

Burhan Ghalioun : Je pense que l’Egypte est prête pour un bouleversement. Je ne sais pas quand, ni comment cela arrivera, mais l’Egypte est mûre. Même si le processus sera différent. Je ne vois pas comment la Libye pourrait échapper à la colère de ses habitants : c'est un pays riche où la population vit à la limite de la pauvreté extrême. Et il y a d’autres exemples au Moyen-Orient, où plus de 60% de la population vit dans des conditions très difficiles. Ce qu’il faut souligner surtout, c’est que pendant 20 ans, la question sociale en Tunisie et ailleurs a été occultée par la question sécuritaire et la lutte contre l’islamisme. Aujourd’hui, tout cela explose aux yeux du monde entier.

France24.com : Qui pourrait avoir intérêt à faire capoter le mouvement démocratique tunisien ?

Burhan Ghalioun : Tout d'abord, ceux qui ont quelque chose à perdre avec la chute de Ben Ali. Ils ont profité du système et sont aujourd’hui prêts à tout pour faire avorter le mouvement tunisien, y compris à mettre le feu à des bâtiments publics. Ils cherchent à décrédibiliser ce mouvement, à le faire passer pour une manifestation anarchique et désordonnée.

Il faut aussi évoquer les puissances occidentales qui craignent la mise en place d’un régime qu’ils ne contrôleraient plus, qui ne leur seraient pas inféodés. Les puissances européennes, surtout, ont ce point de vue. Les États-Unis verraient également d'un mauvais oeil un régime qui serait trop fidèle à la volonté du peuple. Ils réagiront surtout si la situation affecte l'ensemble du Moyen-Orient.

Enfin, Al-Qaïda ou des partis islamistes peuvent penser que la démocratisation est une impasse pour eux, et être tentés de semer la violence. Les Tunisiens ont détruit un système, mais tout reste à faire pour construire un avenir démocratique.

D’origine syrienne, Burhan Ghalioun est écrivain, professeur de sociologie politique à la Sorbonne Nouvelle (Paris III), et directeur du Centre des études arabes et de l'Orient contemporain (CEAOC). Il est l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages sur la société et la politique du monde arabe.

Première publication : 15/01/2011

COMMENTAIRE(S)