Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence sociale : le gouvernement mise sur l'apprentissage

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Amnesty dénonce les violences faites aux femmes en Égypte

En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Netanyahou déterminé à "frapper les terroristes" à Gaza

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Maintenant, fais tes prières" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Nemmouche accepte d'être extradé vers la Belgique

    En savoir plus

  • Les forces kurdes revendiquent la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • Le FC Barcelone casse sa tirelire pour s’offrir le controversé Luis Suarez

    En savoir plus

  • À Kaboul, Kerry plaide pour un audit des résultats de la présidentielle

    En savoir plus

  • Vidéo : à Gaza, entre pénuries et guerre psychologique

    En savoir plus

  • La fillette américaine, "guérie" du sida, est toujours séropositive

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • En images : une station service israélienne touchée par une roquette

    En savoir plus

FRANCE

Marine Le Pen sur le point de succéder à son père à la tête du Front national

©

Vidéo par Ludovic de Foucaud

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/01/2011

Les adhérents du parti frontiste ont choisi Marine Le Pen pour succéder à son père à la tête du FN, selon un responsable du mouvement d'extrême-droite à l'issue du dépouillement. Le résultat doit être officiellement proclamé ce dimanche.

AFP - Marine Le Pen a remporté le scrutin interne au Front national face à Bruno Gollnisch et va succéder à son père, Jean-Marie Le Pen, à la tête du parti, a déclaré vendredi soir à l'AFP un haut responsable du mouvement à l'issue du dépouillement.

Contactés par l'AFP, les entourages des deux candidats se sont refusés à tout commentaire dans l'immédiat.

Le dépouillement a eu lieu vendredi dans un lieu tenu secret en région parisienne, sous contrôle d'huissiers et en présence de représentants des candidats. Le score n'a pas été détaillé par le haut responsable du Front national joint par l'AFP, qui a requis l'anonymat.



Selon le blog du Monde.fr "droites-extrêmes", qui cite des sources internes au FN, "environ 2/3 des voix se sont portées sur la fille de Jean-Marie Le Pen contre 1/3 à son concurrent".

Le parti avait prévu de garder secret le résultat jusqu'à dimanche matin, au deuxième jour du XIVe congrès de Tours.

Agée de 42 ans, vice-présidente du parti et députée européenne, la chef du file du mouvement dans le Nord-Pas-de-Calais faisait figure de grande favorite pour ce scrutin après plusieurs mois de campagne interne dans toute la France.

Elle avait reçu un soutien appuyé de son père, âgé de 82 ans, qui présidait le mouvement depuis sa création en 1972, et de l'appareil frontiste. Une forte majorité de cadres et d'élus avaient également pris fait et cause pour elle.

L'élue d'Hénin-Beaumont devrait désormais mettre le cap sur la présidentielle de 2012, où les sondages la placent en troisième position derrière le PS et l'UMP, mais où elle ambitionne de figurer au second tour, comme son père dix ans plus tôt.

C'est la première fois que les adhérents -- 23 à 24.000 selon le FN -- étaient appelés à un vote en bonne et due forme pour élire leur chef. Jusque-là, Jean-Marie Le Pen était toujours reconduit par "acclamation" lors des congrès.

Née en 1968 à Neuilly-sur-Seine, Marine Le Pen est la troisième fille de Jean-Marie Le Pen. Candidate pour la première fois en 1993 aux législatives (Paris), elle avait pris la tête du service juridique du parti en 1998, en pleine scission avec Bruno Mégret, dont un certain nombre de partisans ont rejoint son plus proche entourage.

Ses premières apparitions devant le grand public remontent à l'élection présidentielle de 2002, quand son père s'était qualifié pour le second tour devant Lionel Jospin.

Elle avait tenté de s'implanter en Ile-de-France puis a fini par se construire un bastion dans le Nord-Pas-de-Calais, où les scores du FN rivalisent avec ceux de l'UMP.

Parmi ses lignes stratégiques, Marine Le Pen veut normaliser l'image de son parti pour élargir son électorat et peser davantage, voire, comme elle l'affirme régulièrement, "conquérir le pouvoir".

L'élue d'Hénin-Beaumont ne renie aucun des fondamentaux frontistes, comme la "préférence nationale", qui réserverait toute une série d'avantages sociaux aux Français, le retour de la peine de mort ou la sortie de l'euro et de l'Union européenne. Mais elle adopte un registre beaucoup plus social que l'ancienne tendance libérale du FN et fait souvent appel aux "valeurs de la République" ou à la laïcité dans ses interventions, en rupture avec la tendance contre-révolutionnaire de l'extrême droite.
 

Première publication : 15/01/2011

  • FRANCE

    Le Front national s'apprête à vivre un congrès historique

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)