Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Dans l'ombre de Bouteflika"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Nigéria face à Boko Haram

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ali Benflis répond aux attaques d’Abdelaziz Bouteflika

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Booty Looting", un pillage chorégraphié de Wim Vandekeybus

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Bras de fer entre Washington et Téhéran autour d’un ambassadeur

En savoir plus

SUR LE NET

San Francisco : une nouvelle agression liée aux Google Glass

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Cuisine durable

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Déficit public : la France tiendra-t-elle ses engagements?

En savoir plus

  • En images : des centaines de disparus après le naufrage d’un ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine : "L'Ukraine est au bord de la guerre civile"

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

  • Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

  • Coupe d'Espagne : une finale Barcelone-Madrid sans Ronaldo

    En savoir plus

  • La justice indienne reconnaît l’existence d’un troisième genre

    En savoir plus

  • Kiev passe à l'offensive contre les pro-russes dans l'Est

    En savoir plus

  • Ali Benflis : "La présidence à vie en Algérie, c’est terminé"

    En savoir plus

  • Les prisonniers d'Abou Ghraib transférés face à la menace djihadiste

    En savoir plus

  • Des travaux d'intérêt général pour Silvio Berlusconi

    En savoir plus

  • Vidéo : Yasmina Khadra appelle les Algériens à "chasser" le régime

    En savoir plus

  • Réforme des régions : la Bourgogne et la Franche-Comté sur la voie de la fusion

    En savoir plus

  • Reportage : à Horlivka, les insurgés s'emparent des bâtiments officiels

    En savoir plus

  • Un an après les attentats, Boston rend hommage à ses victimes

    En savoir plus

  • L'incendie de Valparaiso pourrait encore durer plusieurs jours

    En savoir plus

  • Hillsborough : 25 ans après, Liverpool demande toujours justice pour les victimes

    En savoir plus

FRANCE

Marine Le Pen remplace officiellement son père à la tête du Front national

©

Vidéo par France 2

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/01/2011

Sans surprise, Marine Le Pen a été largement plébiscitée par les militants du Front national pour prendre la tête du parti ce dimanche, lors du Congrès de Tours. Elle succède à son père, Jean-Marie Le Pen, qui incarnait le FN depuis près de 40 ans.

AFP- Marine Le Pen a officiellement succédé dimanche à Jean-Marie Le Pen à la tête du Front national qu'il dirigeait et incarnait depuis près de 40 ans, en remportant largement, par 67,65 des voix, la consultation interne organisée par le parti.

A la tribune du XIVème congrès du parti, grand-messe organisée à Tours pour cette succession, Jean-Marie Le Pen, 82 ans, a étreint sa benjamine de 42 ans, après avoir lui-même proclamé les résultats, sous les acclamations des quelque 2.000 militants et cadres du mouvement d'extrême droite.

Le nom du vainqueur, connu depuis vendredi soir, est sans surprise: Marine Le Pen, qui bénéficiait de tout le poids du soutien paternel et de l'appareil du parti, était archi-favorite face à Bruno Gollnisch, 60 ans (32,35% des voix), vieux lieutenant du chef.

Celle qui apparaît désormais comme la candidate naturelle du FN pour la présidentielle de 2012 devait prononcer un discours à 15H00.

17.127 militants ont pris part au vote sur les 22.403 inscrits, à détaillé Jean-Marie Le Pen, soit une participation de 76,45%.

Prenant la parole immédiatement après l'annonce, Bruno Gollnisch a adressé ses "chaleureuses félicitations à sa rivale": "quand on participe à une consultation, on en admet le résultat".

Dans un parti souvent miné par les scissions et les départs fracassants, il a aussi voulu rassurer sur ses intentions, assurant qu'il continuerait "à servir la cause de la défense de l'identité et de l'indépendance de notre nation, et à le faire dans la formation d'évidence la plus apte à organiser ce combat, le Front national".

Mais il a tenu à souligner que les adhérents l'ayant choisi - près d'un tiers des voix - représentaient une "composante incontournable" du mouvement.

Affirmant ne pas avoir besoin d'un "lot de consolation" ni "de titre ronflant", il est resté vague sur son avenir dans l'organigramme du parti, alors que Marine Le Pen lui a proposé de devenir vice-président du mouvement.

Les résultats au comité central sont plus équilibrés (de l'ordre de 55% pour les marinistes contre 45% pour les gollnischiens), ce qui obligera la nouvelle équipe à composer avec le camp des perdants.

Ovationné par l'assistance, Jean-Marie Le Pen a pour sa part été élu, par acclamations de la salle, "président d'honneur" du mouvement qu'il avait contribué à fonder en 1972 et dirigeait depuis, ce qui lui donne accès à toutes ses instances.

C'est la première fois que les adhérents étaient appelés à un vote en bonne et due forme pour élire leur chef.

Née en 1968 à Neuilly-sur-Seine, avocate, Marine Le Pen est la troisième fille de Jean-Marie Le Pen. Candidate pour la première fois en 1993 aux législatives (Paris), elle avait pris la tête du service juridique du parti en 1998, en pleine scission avec Bruno Mégret, dont un certain nombre de partisans ont rejoint son plus proche entourage.

Parmi ses lignes stratégiques, Marine Le Pen veut normaliser l'image de son parti pour élargir son électorat et peser davantage, voire, comme elle l'affirme régulièrement, "conquérir le pouvoir".

L'élue de Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais) ne renie aucun des fondamentaux frontistes, comme la "préférence nationale", qui réserverait une série d'avantages sociaux aux Français, le retour de la peine de mort ou la sortie de l'euro et de l'Union européenne. Mais elle adopte un registre beaucoup plus social que l'ancienne tendance libérale du FN et fait souvent appel aux "valeurs de la République" ou à la laïcité, en rupture avec la tendance contre-révolutionnaire de l'extrême droite, mieux incarnée par Bruno Gollnisch.

 

Première publication : 16/01/2011

  • FRANCE

    Un journaliste de FRANCE 24 violemment pris à parti par le service d'ordre du FN

    En savoir plus

  • FRANCE

    Jean-Marie Le Pen fait ses adieux au FN, les militants adoubent sa fille

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le Congrès de Tours s'ouvre sur l'annonce de la victoire de Marine Le Pen

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)