Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC: "Nous n'excluons pas des mesures de rétorsion contre l'UE" (Léonard She Okitundu)

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Climat : faut-il encore rappeler l'urgence de la situation ?

En savoir plus

LE DÉBAT

One Planet Summit : Sans les Etats-Unis, qui va payer pour le climat ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Jean-Louis Debré : "La droite devrait prendre le temps de la réflexion"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Jean-Louis Debré : "Chirac est à l'origine de la prise de conscience" sur l'environnement

En savoir plus

FOCUS

En Espagne, le Tage est en danger

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La "très grande mélancolie" de Lamia Ziadé

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump, la Lune, Mars, et au-delà"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La finance verte peut-elle (vraiment) aider la planète ?

En savoir plus

FRANCE

Un journaliste de FRANCE 24 violemment pris à parti par le service d'ordre du FN

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/01/2011

Le journaliste de FRANCE 24 Michaël Szames a été molesté par le service d'ordre du Front national en marge du XIVe Congrès du Front national, organisé à Tours. La chaîne a décidé de ne plus couvrir l'évènement.

"Journaliste de merde". "On va te casser tes dents". Des coups infligés dans le dos et dans le ventre du journaliste. Téléphone portable et carte de presse confisqués. Voilà en substance le traitement réservé par le service d’ordre du Front national, ce samedi soir, à Michaël Szames, journaliste politique à FRANCE 24 et envoyé spécial à Tours pour suivre le Congrès du parti frontiste.

Il est environ 23 heures quand le journaliste quitte un cocktail organisé à huis clos par le parti. "Le Front national savait que nous étions là. Nous avions montré nos accréditations de presse. J’ai proposé une interview à Jean-Marie Le Pen, qui a accepté". Quand il quitte les lieux, huit gardes du corps se ruent sur lui et le couvrent de coups. Traîné à terre, frappé au ventre et dans le dos, Michaël subit un assaut provoqué, estime-t-il, par les photos prises durant le cocktail.

"Ils m’ont pris mon téléphone portable et m’ont demandé d’effacer les photos que j’avais prises et qui n’avaient d’ailleurs aucun caractère journalistique", raconte-t-il, ce dimanche matin, sur FRANCE 24. "Ils m’ont volé ma carte de presse et cassé ma montre", continue-t-il, visiblement choqué. Après le passage à tabac, il est emmené dans "une petite salle" puis à nouveau insulté. "Des propos racistes", entre autres, rapporte-t-il.

Relâché dix minutes plus tard, Michaël Szames se présente aux forces de l’ordre, postées à l’extérieur du Palais des Congrès de Tours. Ces dernières déclarent ne rien pouvoir faire face au service d’ordre du parti qui "règne en maître, ici".

Le journaliste Michaël Szames a néanmoins porté plainte dans la nuit de samedi à dimanche, notamment pour "agression".

Selon l'AFP, Alain Vizier, le directeur de communication du FN, a menacé de porter plainte au nom du parti frontiste contre le journaliste de FRANCE 24 et la chaîne i-Télé qui rapportait les faits.

C'est dans ce contexte que la direction de la rédaction de FRANCE 24 a pris la décision de mettre un terme à sa couverture du XIVe Congrès du Front national à Tours.

Première publication : 16/01/2011

  • FRANCE

    Marine Le Pen sur le point de succéder à son père à la tête du Front national

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)